Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite entre les avocats

Le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a mis en place mardi un dispositif exceptionnel dans le cadre de la tenue du procès de terroristes : les rémunérations perçues par les avocats des parties civiles seront en partie reversées à leurs confrères de la défense.

Le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a mis en place mardi un dispositif exceptionnel dans le cadre de la tenue du procès de terroristes : les rémunérations perçues par les avocats des parties civiles seront en partie reversées à leurs confrères de la défense.

Le très attendu procès des attentats du 13 novembre débutera au mois de septembre prochain. S’annonçant aussi complexe que médiatique, l’affaire fait déjà figure d’exception en ce qui concerne la rémunération des avocats intervenant : le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a voté en début de semaine un dispositif permettant d’assurer une compensation financière équilibrée entre eux. Concrètement, les avocats des parties civiles dans le dossier devront verser une partie de leur rémunération à leurs confrères, avocats de la défense.

Cette décision inédite s’explique par le déséquilibre important existant dans ce dossier : les avocats conseils sont rémunérés par l’aide juridictionnelle dans ce type de procès, en l’occurrence un procès de terrorisme. L’État fixe et verse une somme forfaitaire s’élevant à 272 euros par jour, qui varie en fonction du nombre de clients défendus.

Dans cette affaire, quatorze accusés sont mis en cause contre des centaines de victimes : celles du Bataclan, celles des restaurants et des terrasses visées par les attaques. Les avocats de la défense avaient ainsi exprimé leurs craintes quant à leur difficulté à se faire rémunérer : une seule aide juridictionnelle est accordée par accusé, ce qui signifie que les avocats défendant un même accusé devront se partager la somme. Du côté des parties civiles, les avocats accumulent les aides juridictionnelles jusqu'à recevoir plusieurs centaines de milliers d'euros. Le procès qui devrait s’étaler sur neuf mois exige par là même un engagement continu des avocats qui, occupés par cette affaire, ne pourront intervenir sur d’autres dossiers.

Le Conseil de l'ordre des avocats aura finalement choisi de trancher équitablement, tandis que la Chancellerie, également interrogée sur la question, ne s’est, pour sa part, pas encore prononcée.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pirola Pennuto Zei & Associati rejoint l’organisation internationale de cabinets Unyer

Pirola Pennuto Zei & Associati rejoint l’organisation internationale de cabinets Unyer

Unyer étend son réseau de cabinets internationaux à l’Italie en intégrant l’enseigne indépendante Pirola Pennuto Zei & Associati. Le réseau regrou...

Arst Avocats nomme une nouvelle associée

Arst Avocats nomme une nouvelle associée

Pauline Jacquemin Cuny est nommée associée au sein du cabinet Arst Avocats.

Avocats : lancement du réseau Junction

Avocats : lancement du réseau Junction

Hugues de La Forge et Sally El Sawah créent Junction, un réseau non exclusif d’avocats et de cabinets indépendants.

Sylvie Le Damany rejoint Adaltys en tant qu’associée

Sylvie Le Damany rejoint Adaltys en tant qu’associée

Adaltys attire l’avocate Sylvie Le Damany et en fait la septième associée de son bureau parisien. Elle intègre le cabinet avec son collaborateur Marti...

Gouvernance chez Bird & Bird : Emmanuelle Porte remplace Benjamine Fiedler

Gouvernance chez Bird & Bird : Emmanuelle Porte remplace Benjamine Fiedler

L’avocate spécialiste du corporate/M&A dans le secteur des sciences de la vie Emmanuelle Porte devient la co-managing partner des bureaux français...

Kramer Levin lance un département propriété intellectuelle

Kramer Levin lance un département propriété intellectuelle

Avec l’arrivée de l'avocate counsel Mathilde Carle, Kramer Levin équipe son bureau parisien d’une pratique consacrée à la propriété intellectuelle. Re...

Transport routier : le régulateur de la concurrence défend les plateformes numériques

Transport routier : le régulateur de la concurrence défend les plateformes numériques

Le 9 septembre, l'Autorité de la concurrence française (ADLC) a condamné une Bourse de fret, un groupement de transporteurs et des organisations syndi...

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

L’enseigne parisienne Chemarin & Limbour coopte Valentine Foucher-Créteau au rang d’associée au sein de son équipe chargée des contentieux d’affai...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte