Private equity : non aux idées reçues !

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.

À commencer par celle, très répandue, voulant que le capital-investissement détruise des emplois pour améliorer les performances de l’entreprise alors qu’une étude de l’Afic réalisée en partenariat avec EY démontre que les entreprises accompagnées par des fonds français ont affiché une croissance près de deux fois supérieure à la croissance du PIB en valeur et ont créé six fois plus d’emplois que le secteur marchand…

Créer de la valeur et de l’emploi

Deuxième idée reçue : le private equity permet aux fonds étrangers de prendre le contrôle de nos sociétés. S’il est vrai que de nombreux acteurs internationaux investissent dans nos entreprises, il ne s’agit pas pour eux d’en prendre le contrôle mais de les développer. Dans 80 % des cas, les centres de recherche et développement restent localisés en France. Nous devrions plutôt nous réjouir que des fonds étrangers souhaitent investir dans l’Hexagone et y voir le signe que notre économie reste compétitive. De plus, l’internationalisation du capital-investissement rend difficile un tel raisonnement. Ainsi, les fonds français ne sont pas les derniers à investir dans des sociétés étrangères.Troisième a priori : ses acteurs seraient des spéculateurs. Ce que démentent les faits : la création de valeur ne se concentre plus sur l’effet de levier réalisé lors du financement de l’opération. Ce dernier ne représente plus en moyenne que 18 % de la plus-value. Pour se démarquer, les fonds jouent surtout le rôle d’accompagnateurs, y compris sur les terrains de la stratégie, des ressources humaines et de la production. En clair, il est bien loin le temps où les professionnels de ce secteur se contentaient d’agir en purs financiers. Enfin, quatrième idée reçue : les fonds sont obsédés par les rendements. C’est encore une fois inexact. Si les fonds affichent les meilleures performances à dix ans (environ 10 %), ils savent prendre leur temps. Non cotés en Bourse, ils sont capables de supporter des pertes pendant plusieurs années pour redresser au mieux l’entreprise dans laquelle ils investissent.

En somme, en prônant le juste équilibre entre une vision à long terme des entreprises familiales et une stratégie à court terme en Bourse, le private equity représente une nouvelle forme de gouvernance. Réjouissons-nous donc qu’il se porte bien : cela permet qu’entreprises et fonds hexagonaux créent de la valeur et des emplois. 

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Le private equity étend son emprise Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
F. Coirier (Meti) : "Le portefeuille de possibilités de financements est inédit"

F. Coirier (Meti) : "Le portefeuille de possibilités de financements est inédit"

La France compte 5 400 entreprises de taille intermédiaire. Le co-président du Mouvement des ETI, Frédéric Coirier, dresse le bilan de la situation de...

Ardian lève 7,5 milliards d’euros, le plus grand fonds jamais levé dans l’Hexagone

Ardian lève 7,5 milliards d’euros, le plus grand fonds jamais levé dans l’Hexagone

Le fonds Ardian établit un nouveau record en annonçant avoir levé 7,5 milliards d’euros pour son véhicule d’investissement LBO middle market. Au-delà...

Dominique Gaillard, un des fondateurs d’Ardian, rejoint Capza

Dominique Gaillard, un des fondateurs d’Ardian, rejoint Capza

Dominique Gaillard, personnalité française du capital-investissement, intègre le fonds Capza avec pour mission d’épauler la croissance du groupe. Son...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Restructuration : 3 clés résolument humaines pour réussir la transformation

Restructuration : 3 clés résolument humaines pour réussir la transformation

La restructuration est toujours une décision difficile à prendre au sein d’une entreprise, quel que soit le motif. Pour s’assurer de son succès, il es...

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Les deux géants français, Veolia et Suez, en pourparlers depuis de nombreux mois, sont arrivés à un accord de principe sur le projet de fusion des deu...

Dossier. Femmes de pouvoir : comment elles atteignent les sommets

Dossier. Femmes de pouvoir : comment elles atteignent les sommets

Si la parité n’est pas encore une réalité dans la plupart des pays, des femmes réussissent à briser le plafond de verre. CEO, entrepreneures, scientif...

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific, un des leaders mondiaux de services bio-analytiques, a annoncé ce jeudi l’acquisition du groupe IESPM, acteur majeur de l’analyse...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte