Private equity : non aux idées reçues !

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.

À commencer par celle, très répandue, voulant que le capital-investissement détruise des emplois pour améliorer les performances de l’entreprise alors qu’une étude de l’Afic réalisée en partenariat avec EY démontre que les entreprises accompagnées par des fonds français ont affiché une croissance près de deux fois supérieure à la croissance du PIB en valeur et ont créé six fois plus d’emplois que le secteur marchand…

Créer de la valeur et de l’emploi

Deuxième idée reçue : le private equity permet aux fonds étrangers de prendre le contrôle de nos sociétés. S’il est vrai que de nombreux acteurs internationaux investissent dans nos entreprises, il ne s’agit pas pour eux d’en prendre le contrôle mais de les développer. Dans 80 % des cas, les centres de recherche et développement restent localisés en France. Nous devrions plutôt nous réjouir que des fonds étrangers souhaitent investir dans l’Hexagone et y voir le signe que notre économie reste compétitive. De plus, l’internationalisation du capital-investissement rend difficile un tel raisonnement. Ainsi, les fonds français ne sont pas les derniers à investir dans des sociétés étrangères.Troisième a priori : ses acteurs seraient des spéculateurs. Ce que démentent les faits : la création de valeur ne se concentre plus sur l’effet de levier réalisé lors du financement de l’opération. Ce dernier ne représente plus en moyenne que 18 % de la plus-value. Pour se démarquer, les fonds jouent surtout le rôle d’accompagnateurs, y compris sur les terrains de la stratégie, des ressources humaines et de la production. En clair, il est bien loin le temps où les professionnels de ce secteur se contentaient d’agir en purs financiers. Enfin, quatrième idée reçue : les fonds sont obsédés par les rendements. C’est encore une fois inexact. Si les fonds affichent les meilleures performances à dix ans (environ 10 %), ils savent prendre leur temps. Non cotés en Bourse, ils sont capables de supporter des pertes pendant plusieurs années pour redresser au mieux l’entreprise dans laquelle ils investissent.

En somme, en prônant le juste équilibre entre une vision à long terme des entreprises familiales et une stratégie à court terme en Bourse, le private equity représente une nouvelle forme de gouvernance. Réjouissons-nous donc qu’il se porte bien : cela permet qu’entreprises et fonds hexagonaux créent de la valeur et des emplois. 

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Le private equity étend son emprise Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleurs collaborateurs"

P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleur...

Parmi les nombreuses répercussions de la crise sanitaire, l’accélération de la dématérialisation a été l’une des plus retentissantes pour l’entreprise...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Vous êtes chargé d’organiser un évènement professionnel ou une soirée pour vos collègues de travail. Et la date de votre soirée d’entreprise se rappro...

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Avec un profil axé sur la tech, Boris Bakech ne se destinait pas au métier d’investisseur. C’est animé désormais par l’envie de soutenir les pépites t...

Marianne Harlé (Andera Croissance), la passionnée

Marianne Harlé (Andera Croissance), la passionnée

Après dix ans au sein de TCR Capital, Marianne Harlé a fait le choix de rejoindre Andera Expansion puis de participer au lancement d’Andera Croissance...

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Fonds de venture capital dédié à la transition écologique du secteur vitivinicole, VitiRev Innovation a annoncé, début 2022, son premier closing à hau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message