Private equity : non aux idées reçues !

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.

À commencer par celle, très répandue, voulant que le capital-investissement détruise des emplois pour améliorer les performances de l’entreprise alors qu’une étude de l’Afic réalisée en partenariat avec EY démontre que les entreprises accompagnées par des fonds français ont affiché une croissance près de deux fois supérieure à la croissance du PIB en valeur et ont créé six fois plus d’emplois que le secteur marchand…

Créer de la valeur et de l’emploi

Deuxième idée reçue : le private equity permet aux fonds étrangers de prendre le contrôle de nos sociétés. S’il est vrai que de nombreux acteurs internationaux investissent dans nos entreprises, il ne s’agit pas pour eux d’en prendre le contrôle mais de les développer. Dans 80 % des cas, les centres de recherche et développement restent localisés en France. Nous devrions plutôt nous réjouir que des fonds étrangers souhaitent investir dans l’Hexagone et y voir le signe que notre économie reste compétitive. De plus, l’internationalisation du capital-investissement rend difficile un tel raisonnement. Ainsi, les fonds français ne sont pas les derniers à investir dans des sociétés étrangères.Troisième a priori : ses acteurs seraient des spéculateurs. Ce que démentent les faits : la création de valeur ne se concentre plus sur l’effet de levier réalisé lors du financement de l’opération. Ce dernier ne représente plus en moyenne que 18 % de la plus-value. Pour se démarquer, les fonds jouent surtout le rôle d’accompagnateurs, y compris sur les terrains de la stratégie, des ressources humaines et de la production. En clair, il est bien loin le temps où les professionnels de ce secteur se contentaient d’agir en purs financiers. Enfin, quatrième idée reçue : les fonds sont obsédés par les rendements. C’est encore une fois inexact. Si les fonds affichent les meilleures performances à dix ans (environ 10 %), ils savent prendre leur temps. Non cotés en Bourse, ils sont capables de supporter des pertes pendant plusieurs années pour redresser au mieux l’entreprise dans laquelle ils investissent.

En somme, en prônant le juste équilibre entre une vision à long terme des entreprises familiales et une stratégie à court terme en Bourse, le private equity représente une nouvelle forme de gouvernance. Réjouissons-nous donc qu’il se porte bien : cela permet qu’entreprises et fonds hexagonaux créent de la valeur et des emplois. 

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Le private equity étend son emprise Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
R. Ardant (Spendesk) : "Atteindre le statut de licorne donne un signal fort aux talents de demain"

R. Ardant (Spendesk) : "Atteindre le statut de licorne donne un signal fort aux talents de demain"

Et de 26 ! C’est au tour de Spendesk de passer la barre de valorisation du milliard de dollars et d’intégrer le club – de moins en moins fermé – des l...

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fournitures de bureau, Adveo

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fourniture...

Adveo, un des principaux grossistes européens de la distribution de fournitures de bureau, annonce la nomination de Dominique Bernard au poste de prés...

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Coup de force dans l’univers du gaming ! Microsoft annonce le projet d’acquisition de l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard pour 68,7 milliards...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robotisés"

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robot...

En bouclant une levée de fonds de 335 millions d’euros, Exotec, concepteur de robots préparateurs de commandes depuis 2015, devient la 25e licorne fra...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte