Private Equity : l’hypercroissance de l'adolescent de la finance

Depuis sa création dans les années 1950, le private equity n’a cessé de grandir pour couvrir davantage de franges du financement des entreprises. Aujourd’hui, l’industrie continue à séduire investisseurs et entrepreneurs tandis que la Bourse marque le pas.

Depuis sa création dans les années 1950, le private equity n’a cessé de grandir pour couvrir davantage de franges du financement des entreprises. Aujourd’hui, l’industrie continue à séduire investisseurs et entrepreneurs tandis que la Bourse marque le pas.

Le private equity (« capital-investissement » ou « non coté » en français) est né aux États-Unis dans les années 1950, si l’on prend pour point de départ sa forme la plus célèbre, le Leveraged Buyout (LBO) ou l’acquisition avec effet de levier. La Bourse, quant à elle, a plus de quatre siècles d’histoire depuis ses débuts à Amsterdam. Traditionnellement, en dehors du concours bancaire, les entreprises occidentales ont donc très largement fait appel aux marchés publics pour se financer. Mais les temps changent. Et le private equity, cet adolescent de la finance, ne mord plus avec ses dents de lait. Il s’est en fait renforcé de la tête aux pieds. Aujourd'hui, il assure non seulement le développement, le sauvetage et la transmission des sociétés, mais aussi l'émergence de pépites technologiques grâce au capital-innovation. De même, il couvre tous les secteurs d'activités indistinctement, ou parfois, au contraire, au soutien d'un axe thématique bien défini (santé, infrastructures, immobilier, énergie, food...). Probablement cause et conséquence de cette montée en puissance du private equity, les grands investisseurs institutionnels (fonds de pension, assurances, fonds souverains, family offices...) lui confient toujours plus d'argent. Et s'il ne faut pas opposer frontalement le marché du coté à celui du non coté, force est de constater que la Bourse n'est pas aussi dynamique. L'économiste Patrick Artus relevait d'ailleurs que le nombre de sociétés cotées aux États-Unis avait drastiquement chuté en vingt ans (de 8 000 à 3 800). De son côté, le capital-investissement n’a jamais levé autant qu’en 2017 avec 72 milliards de dollars d’engagements rien que pour les fonds à vocation européenne. Les chiffres affichés par le private equity sont sans équivoque : selon une étude EY, il a généré une performance de 8,7 % par an contre 3 % pour l'indice Cac 40 entre 2007 et 2016. David Rubenstein, l’un des pères fondateurs de la discipline et co-fondateur du géant Carlyle, l’a toujours affirmé : « le private equity est davantage un moyen d’améliorer la productivité des entreprises qu’un simple schéma de compensation financière ». La valorisation des actifs mise en place par le capital-investissement séduit aussi les entrepreneurs, dirigeants et financiers. Comme l'explique Philippe Lagarde, directeur général du cabinet de conseil Edulis, « l'alignement des intérêts entre capital investi, patrimoine et management rémunère le risque en fonction de la performance réelle de l'activité » – et non en raison d'un tweet malencontreux ou d'un contrat flambant neuf dont on ne connaît pas encore les applications concrètes.        

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Remaniement de la direction de la Société Générale

Remaniement de la direction de la Société Générale

L’équipe, à la tête du groupe bancaire Société Générale, se renouvelle avec le départ de deux de ses directeurs généraux délégués et avec la création...

Changement de patron pour Natixis

Changement de patron pour Natixis

La banque d’investissement Natixis annonce la démission de son directeur général, François Riahi, pour "divergences stratégiques". Il sera remplacé pa...

W. Di Marco (Big Mamma) : "Nos partenaires bancaires ont été exemplaires durant la crise"

W. Di Marco (Big Mamma) : "Nos partenaires bancaires ont été exemplaires durant la crise"

Le secteur de la restauration fait partie de ceux qui ont été les plus violemment touchés par la crise. Le groupe de trattorias Big Mamma, avec douze...

Marie Lebec (LREM) : "Le plan de relance est l'occasion de moderniser notre économie"

Marie Lebec (LREM) : "Le plan de relance est l'occasion de moderniser notre économie"

Alors que l’exécutif peaufine les détails du plan de relance qui sera présenté le 24 août, la députée LREM des Yvelines Marie Lebec revient sur ses gr...

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alors que, partout, l’émergence imminente d’un monde d’après Covid semble faire consensus, Alain Afflelou le reconnaît : il n’y croit pas. Sans cynism...

Soutien à l’aéronautique : Ace Aéro Partenaires lève 630 millions d’euros

Soutien à l’aéronautique : Ace Aéro Partenaires lève 630 millions d’euros

Ace Aéro Partenaires décolle avec un premier closing d’un montant initial de 630 millions d’euros pour l’industrie aéronautique française. Le fonds e...

Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintenant"

Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintena...

De même qu’il perçoit la crise sanitaire comme une formidable "leçon d’humilité', Geoffroy Roux de Bézieux y voit une 'fenêtre de tir inestimable". Un...

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants"

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants...

Julien Seraqui, président de la CNCGP, fait ses propositions pour favoriser la transition énergétique et la relance économique.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message