Private equity : conséquences de la crise sanitaire sur les prix d’acquisition

Le volume des transactions LBO accuse le coup depuis plusieurs semaines. Tandis que certains dossiers trouvent tout de même preneurs, notamment dans l’industrie de la santé. Les business plans s'adaptent et subissent de nombreuses corrections qui affecteront les négociations. La question de la valorisation des actifs se retrouve au cœur des débats.

© DR

Guillaume Martinez, managing director au sein du Transaction Advisory Group d'Alvarez & Marsal

Le volume des transactions LBO accuse le coup depuis plusieurs semaines. Tandis que certains dossiers trouvent tout de même preneurs, notamment dans l’industrie de la santé. Les business plans s'adaptent et subissent de nombreuses corrections qui affecteront les négociations. La question de la valorisation des actifs se retrouve au cœur des débats.

Historiquement, les valorisations sur les marchés boursiers et les opérations de capital-investissement tendent à converger, et se situaient à leur plus haut niveau avant la pandémie du coronavirus. On peut donc se demander si la chute des bourses, due à l’éclatement de la crise sanitaire, suffit à fournir une indication sur les valorisations à venir pour les opérations de private equity.

Les valorisations du non-coté ne devraient pas chuter

À ce stade, et nous ne sommes qu’au début de la crise, nous ne voyons pas se profiler de chute des valorisations dans les transactions LBO. Et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, là où les équipes ont pu continuer à travailler et voir certains dossiers aboutir, les deals les plus compliqués ou fragiles se sont simplement arrêtés.

Ensuite, peu de vendeurs, sponsors comme stratégiques, se trouvent dans une situation qui les obligent à vendre à court terme et à n'importe quel prix. En effet, comme cette classe d’actifs s'est montrée attractive sur la dernière décennie, beaucoup de sociétés de gestion ont levé des sommes importantes au cours des vingt-quatre derniers mois. Les portefeuilles sont donc encore jeunes et les actifs pourront être travaillés avant d'être cédés sous de meilleures auspices.

Par ailleurs, cela fait déjà un certain temps que les fonds choisissent des actifs résilients, en prévision d'une crise attendue par le marché à plus ou moins brève échéance. À tel point que nous accompagnons peu de fonds de retournement, et principalement des fonds "mainstream" qui souhaitent acquérir des actifs dont la valeur à long terme n’est pas matériellement affectée par la crise, voire qui en bénéficient.

De nouveaux mécanismes s’appliquent

Les conditions autour de l’expression du prix sont néanmoins affectées. Ainsi, nous ne voyons plus de "locked box", du fait de la grande difficulté à établir des prévisions à court terme. Dans les cas où la valeur d’entreprise s’appuie encore sur une vue long terme de l’actif, les négociations sont désormais plus fréquentes en vue de partager le risque sur les différents scénarios de retour "à la normale", au travers de mécanismes comme l’earn-out.

Guillaume Martinez, managing director au sein du Transaction Advisory Group d'Alvarez & Marsal

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

Processus d’introduction en Bourse officiellement lancé pour le français OVHcloud

Processus d’introduction en Bourse officiellement lancé pour le français OVHcloud

Le groupe français OVHcloud, premier fournisseur européen dans le secteur des services informatiques dématérialisés (communément appelés "cloud"), vie...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

O. Tichit (AdVini) : "L’étiquette tricolore joue de moins en moins"

O. Tichit (AdVini) : "L’étiquette tricolore joue de moins en moins"

À la tête de la direction financière du producteur et négociant en vins AdVini depuis 2018, Olivier Tichit s’attèle, avec ses équipes, à moderniser le...

Hip hip hip, IPO

Hip hip hip, IPO

Les introductions en Bourse ont le vent en poupe. Après une année 2020 particulièrement décevante, l’année 2021 a démarré sur les chapeaux de roues et...

G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A"

G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A"

Aramis Group, leader européen de la vente en ligne de voitures d’occasion, a réalisé au mois de juin 2021 la plus grosse introduction en Bourse de Par...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte