Présidentielle américaine : quels changements pour l’UE ?

Que ce soit Joe Biden ou Donald Trump qui siège à la Maison-Blanche, le résultat sera le même pour l’UE. Les États-Unis se désintéressent peu à peu du Vieux Continent. Aux Européens de prendre, enfin, leur destin en main.

Que ce soit Joe Biden ou Donald Trump qui siège à la Maison-Blanche, le résultat sera le même pour l’UE. Les États-Unis se désintéressent peu à peu du Vieux Continent. Aux Européens de prendre, enfin, leur destin en main.

Depuis 1945, le scénario était bien rodé. L’Europe était habituée à vivre sous le parapluie américain qui prenait en charge sa sécurité grâce à l’Otan, organisation certes multilatérale, mais financée à 72% par l’oncle Sam. Une aubaine pour les pays d’Europe occidentale qui ont pu se concentrer sur l’économie. Géant commercial, nain militaire : l’UE avait trouvé un créneau semblant lui convenir.

Mais en 2016, Donald Trump a tout chamboulé. Hors de question pour lui de "voir des Mercedes à New York" mais "aucune Chevrolet en Allemagne". Inconcevable également de devoir payer pour la sécurité des autres. Pendant quatre années, le républicain a multiplié les formules chocs. Selon lui, l’Union européenne est un "ennemi" notamment "à cause de ce qu’ils nous font dans le commerce". Au-delà de la parole, le milliardaire a aussi agi. C’est ainsi que, fin juillet 2020, il a annoncé le retrait de 12 000 soldats américains d’Allemagne sur les 34 500 stationnés en justifiant ce choix de la manière suivante : "On en a marre d’être des pigeons. Nous réduisons nos forces parce qu’ils ne paient pas, c’est très simple. Si l’Allemagne commençait à payer sa facture, je réfléchirais".

Timide réaction européenne

Les Européens ont donc commencé à agir depuis 2017. Sur le plan de la Défense, l’UE a lancé la coopération structurée permanente (CSP) afin de se doter d’un complexe militaro-industriel et d’une agilité opérationnelle. Les accords bilatéraux franco-allemands en matière militaire se sont également accélérés ces dernières années, le plus emblématique étant le projet Scaf destiné à concevoir un avion de combat dont le prototype devrait voler en 2026. Sur le plan commercial, reconnaissons à la commission Von der Leyen le mérite du volontarisme notamment avec la nomination du "super commissaire" Thierry Breton en charge de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l’espace. Une offensive de souveraineté faite sous la contrainte avec, dans les esprits de certains un vœu : le départ de Donald Trump et le retour à la normale.

L’isolationnisme américain survivra à Trump

Hélas, il y a fort à parier qu’il n’en sera rien. Barack Obama avait déjà délaissé le vieux monde pour se tourner vers la zone Asie Pacifique, son successeur n’a fait que confirmer la tendance. Une victoire de Joe Biden, ancien-vice-président de Barack Obama, ne sera pas une rupture. Certes, les échanges seront bien plus policés qu’avec le truculent milliardaire. Mais le but restera le même : défendre les intérêts nationaux en se montrant inflexible face aux velléités protectionnistes communautaires et à la montée en puissance de la Chine. Quitte, pour cela, à continuer de délaisser l’Europe.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Présidentielle américaine : Trump vs Biden

Résultats, programmes, verbatims, portraits : suivez les grandes tendances de la course à la Maison Blanche dans Décideurs Magazine.
Sommaire Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden Pourquoi, désormais, la victoire démocrate semble acquise Donald Trump, les clés de sa performance Joe Biden, Mister President ? Deux livres à ne pas manquer pour se préparer à la présidentielle américaine Trump vs Biden : la bataille financière en infographie Swing states, Trump en mauvaise posture ? Trump 2020 : un programme flou dans la continuité de 2016 Ron Klain nommé directeur de cabinet de Joe Biden
Allemagne : les écolos aux portes du pouvoir

Allemagne : les écolos aux portes du pouvoir

Après quinze années à la tête du gouvernement, Angela Merkel cédera son siège en septembre. Une alternance semble plus que jamais possible et pourrait...

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Emmanuel Macron candidat des classes moyennes, des seniors et des très jeunes. Marine Le Pen plus que jamais souveraine dans les milieux populaires où...

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Mesures en faveur des classes moyennes, impact de la crise sanitaire sur les prix, choix d’un centre-ville dense… Le communiste Ian Brossat, adjoint a...

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Pour beaucoup d’observateurs, Marine Le Pen est sur la pente ascendante, au point d’envisager une victoire en 2022. Mais si l’on fait abstraction des...

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Le parti socialiste s’apprêterait à "débrancher" Audrey Pulvar. Un nom surprise sortirait du chapeau, celui de Manuel Valls qui retrouverait son parti...

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Voici les points essentiels à retenir du discours du président de la République le 31 mars. Objectif : "fixer un nouveau cap", "garder la tête hors de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte