Près de 7 cadres sur 10 prêts à partir vivre au vert

Grâce au développement du télétravail, de nombreux cadres qui mûrissaient le projet de s’éloigner des métropoles semblent vouloir désormais le concrétiser selon un sondage réalisé par Cadremploi. Explications.

Grâce au développement du télétravail, de nombreux cadres qui mûrissaient le projet de s’éloigner des métropoles semblent vouloir désormais le concrétiser selon un sondage réalisé par Cadremploi. Explications.

La période de confinement a engendré chez les cadres beaucoup de réflexion et de remise en  question sur différents éléments. Selon un sondage réalisé par Cadremploi, la pratique du télétravail a poussé une majorité de cadres à s’interroger sur leur rythme de travail (63 %) ainsi que sur leur équilibre vie professionnelle-vie personnelle (58 %). Autre conséquence, près d’un cadre sur deux a entamé une réflexion sur son lieu d’habitation.

Certains points de tension déjà plus ou moins identifiés tels que les temps de transport (70%), la pollution (66 %) ou encore les prix de l’immobilier (64 %) ont eu pour effet d’exacerber le désir des cadres de partir s’installer au vert.

Ils sont ainsi 68 % à déclarer être prêts à déménager dans l’hypothèse où ils n’ont pas besoin de démissionner pour réaliser ce projet. Pour ce déménagement, la campagne et les petites villes semblent tirer leur épingle du jeu puisqu’elles seraient privilégiées par respectivement 36 % et 29 % des cadres. Certains d’entre eux souhaiteraient même une rupture totale avec leur situation actuelle en s’installant dans une autre région (69 %). Parmi les principales motivations à s’installer ailleurs figurent l’amélioration de leur qualité de vie (84 %), le fait d’avoir un extérieur (58 %) et un logement plus grand (53 %).

Les cadres prêts à partir... sous certaines conditions

Si cette volonté de vivre au vert semble de plus en plus pressante suite à cette période de confinement  (73 % des cadres souhaitent déménager dans les 2 ans à venir) le passage à l’acte reste néanmoins soumis à conditions. Le télétravail apparaît naturellement comme la clé de ces mobilités puisque 90 % des cadres seraient prêts à s’éloigner de leur lieu de travail si leur entreprise autorisait plusieurs jours de télétravail par semaine.

Pour vivre leur vie au vert, 43 % des cadres seraient prêts à faire quelques concessions telles que s’éloigner du domicile familial plusieurs jours par semaine si cela est nécessaire pour l’activité professionnelle. Mais là encore, le télétravail se positionne comme une condition sine qua non, 7 0% des cadres acceptant cette concession uniquement avec un rythme de plus de 3 jours de travail à distance.

L’aspect financier (dont les prix de l’immobilier), le temps de trajet et la proximité avec la mer ou montagne apparaissent également comme des enjeux importants dans la prise de décision. Près de 7 cadres sur 10 alloueraient un budget de moins de 200 € pour leurs frais de déplacement dans l’hypothèse où leur entreprise ne les prendrait pas en charge, et 63 % estiment à 1 heure maximum le temps de trajet idéal entre domicile et lieu de travail.

François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Futur du travail: ce qui va changer

L’expérience du confinement marquera durablement les esprits et le monde de l’entreprise. Elle a bouleversé la vision traditionnelle du
Sommaire Comment la crise bouleverse les relations de travail Les contours des bureaux de demain se précisent Le bureau, élément-clé de l'empowerment au féminin ? B.Frankiel (Giphar) : "La crise fait de la fonction RH le moteur de l’accélération" Jean-François Ode (Aviva) : « Le télétravail génère de la monotonie que nous combattons »
Dossier spécial : ces directeurs formation qui innovent

Dossier spécial : ces directeurs formation qui innovent

Bras droits des directions des ressources humaines, au premier plan pour accompagner l’évolution des métiers, les directeurs de la formation se sont i...

Patrick Benammar (groupe Renault), fédérateur de communautés

Patrick Benammar (groupe Renault), fédérateur de communautés

Arrivé chez Renault en 2018, Patrick Benammar y dirige les activités de formation et de développement des compétences et anime une large communauté d’...

Vincent Gailhaguet (Engie), générateur d’esprits agiles

Vincent Gailhaguet (Engie), générateur d’esprits agiles

Vincent Gailhaguet a accompagné la transformation de différentes sociétés telles Scor, Vivendi, EDF, Le Monde dans des postes RH avant de rejoindre GD...

Franck Gaillard (Alstom), du classroom training au digital

Franck Gaillard (Alstom), du classroom training au digital

Global learning director chez Alstom depuis cinq ans et chez Alstom depuis treize, les projets en digital learning de Franck Gaillard ont retenu l’att...

Ilhem Alleaume (L'Oréal), apprenante continue

Ilhem Alleaume (L'Oréal), apprenante continue

Arrivée chez L’Oréal en avril 2020, Ilhem Alleaume est convaincue que la flamme de l’apprentissage doit être entretenue. Forte de 23 années d’expérien...

Bérengère Vuaillat (Canal +), de l’IT au L&D

Bérengère Vuaillat (Canal +), de l’IT au L&D

Learning & development manager au sein de Canal+, Bérengère Vuaillat a été sélectionnée par la rédaction de Décideurs RH pour figurer parmi les st...

Jean-Roch Houllier (Safran), créateur de passerelles

Jean-Roch Houllier (Safran), créateur de passerelles

Après une quinzaine d’années passées dans la conduite de projets, Jean-Roch Houllier a rejoint le département formation de Thales. En 2020, il intègre...

Adilson Borges (Carrefour), le Growth Mindset

Adilson Borges (Carrefour), le Growth Mindset

Du Brésil à la France, en passant par les États-Unis et l’Asie, Adilson Borges cumule plus de vingt-cinq ans d’expérience entre monde de l’entreprise...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message