Pour Marc Andreesen, "Nous devons exiger davantage de notre société"

Entrepreneur américain à succès et venture capitalist de renom, Marc Andreessen a publié un essai, It’s time to build, pour dénoncer le manque de préparation et la réponse désorganisée de l’Occident face à la pandémie du coronavirus.

Entrepreneur américain à succès et venture capitalist de renom, Marc Andreessen a publié un essai, It’s time to build, pour dénoncer le manque de préparation et la réponse désorganisée de l’Occident face à la pandémie du coronavirus.

À moins de 50 ans, Marc Andreessen a déjà eu plusieurs vies. Avant de devenir un influent venture capitalist de la Silicon Valley et de siéger au conseil d’administration de Facebook, cet Américain a d’abord été un entrepreneur à succès. Il a cocréé l’entreprise Netscape, pionnière d’Internet, rachetée en 1998 par AOL pour 4,2 milliards de dollars, et Loudcloud (renommée Opsware), gestionnaire de centres de traitement de données, acquis en 2007 par Hewlett-Packard pour 1,6 milliard de dollars. En 2009, il lance le fonds Andreessen Horowitz pour "soutenir les entrepreneurs audacieux qui construisent l’avenir grâce à la technologie". Forbes a classé cette personnalité hors norme, qui a récemment confié planifier toute sa journée dans son calendrier, au rang 89 de son "Top Tech Investors".

Construire pour relancer

"Software is eating the world", écrivait en 2011 Marc Andreessen, dans un essai devenu célèbre publié dans le Wall Street Journal. En avril, sur le site internet de son fonds, il en publiait un nouveau d’une portée tout autre It’s time to build. Objectif : appeler à une renaissance de la grandeur de l’Amérique. Opposant les mythiques grattes-ciels américains aux pénuries de masques et à l’absence de vaccin, il dénonce la perte de "désir" de la société occidentale pour bâtir son avenir de ses propres mains.

La volonté comme seul mot d’ordre

Le texte a beau être grandiloquent, la pensée entrepreneuriale et volontariste de Marc Andreessen y transparaît à chaque ligne alors qu’il s’attache à mettre en lumière l’inertie de la société occidentale et plus particulièrement de son pays. "Nous pourrions avoir ces choses mais nous avons choisi de ne pas les avoir – plus précisément nous avons choisi de ne pas avoir les mécanismes, les usines, les systèmes pour les fabriquer. Nous avons choisi de ne pas construire", explique-t-il.

En incitant à voir plus grand et à faire preuve de plus d’ambition, l’homme s’érige en coach de la société moderne et le message passe. "Le problème, c’est le désir", "le problème, c’est l’inertie", "le problème, c’est la capture réglementaire", et "le problème, c’est la volonté", scande l’entrepreneur.

Face à tous ces problèmes une seule solution, construire : "Je pense que c’est en construisant que nous redémarrons le rêve américain." Plus qu’un essai idéologique et idéaliste, les propos se veulent rassurants. En estimant que la société actuelle a les moyens ­ financiers comme intellectuels de faire face aux conséquences de la pandémie et de maîtriser les prochaines, il l’incite à réparer ses erreurs en l’amenant à s’interroger sur sa responsabilité : "Construire n’est pas facile, sinon nous serions déjà en train de faire tout cela. Nous devons exiger davantage de nos dirigeants politiques, de nos PDG, de nos entrepreneurs et de nos investisseurs. Nous devons exiger davantage de notre culture, de notre société. Et nous devons exiger davantage des uns et des autres. Nous sommes tous nécessaires, et nous pouvons tous contribuer à la construction."

Montrer l’exemple

Joignant le geste à la parole et alors que beaucoup de sociétés de capital-risque s’efforcent de sécuriser leurs portefeuilles, Andreessen Horowitz passe à l’attaque en avril dernier, redoublant alors d’efforts pour s’engager dans le domaine spéculatif des technologies émergentes. La société lève un deuxième fonds d’investissement axé sur les monnaies cryptographiques, d’une valeur de 515 millions de dollars, en plus de celui initial de 300 millions, deux ans plus tôt. De quoi montrer à ses détracteurs que son essai ne peut se résumer à un simple effet de manche.

Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Ces idées et personnalités inspirantes pour le monde d'après

Alors que le monde post-covid est en pleine construction, certaines voix s'élèvent et sont force de proposition.
Sommaire Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre" Rencontre avec Patrick Pelloux Esther Duflo, économiste de terrain Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintenant" Il est libre Musk J. de Funès (philosophe) : "Le télétravail redonne au travail sa juste place" Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"
P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleurs collaborateurs"

P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleur...

Parmi les nombreuses répercussions de la crise sanitaire, l’accélération de la dématérialisation a été l’une des plus retentissantes pour l’entreprise...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Vous êtes chargé d’organiser un évènement professionnel ou une soirée pour vos collègues de travail. Et la date de votre soirée d’entreprise se rappro...

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Avec un profil axé sur la tech, Boris Bakech ne se destinait pas au métier d’investisseur. C’est animé désormais par l’envie de soutenir les pépites t...

Marianne Harlé (Andera Croissance), la passionnée

Marianne Harlé (Andera Croissance), la passionnée

Après dix ans au sein de TCR Capital, Marianne Harlé a fait le choix de rejoindre Andera Expansion puis de participer au lancement d’Andera Croissance...

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Fonds de venture capital dédié à la transition écologique du secteur vitivinicole, VitiRev Innovation a annoncé, début 2022, son premier closing à hau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message