Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’est révélé ? Qui a été le plus boudé par l’opinion ? Réponses dans les infographies ci-dessous.

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’est révélé ? Qui a été le plus boudé par l’opinion ? Réponses dans les infographies ci-dessous.

Tremplin pour certains, aboutissement d’une carrière pour d’autres, le poste de Premier ministre est l’un des plus ingrats conçu par notre Constitution. Si le président de la République peut traditionnellement jouer de son prestige, la chose est plus délicate pour son Premier ministre, bien souvent cantonné aux tâches plus techniques et impopulaires : réformes des retraites, lutte contre le chômage, coupes budgétaires... Même si certains locataires de l’Élysée s’autoqualifient d' "hyper-président" ou de "Jupiter" et s’impliquent personnellement dans tous les dossiers, la place du Premier ministre reste dans l’ombre du président mais en première ligne sur les sujets épineux. Ce qui, globalement, a un impact sur la popularité.

Le destructeur de popularité

Les baromètres mensuels réalisés par Ipsos sont à cet égard très révélateurs. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six sont sortis de Matignon plus impopulaires qu’ils n’y étaient entrés. Les plus à plaindre sont sans doute Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Raffarin qui, lors de leur nomination, pouvaient se vanter d’un solide socle de 50% d’opinions favorables. Hélas pour eux, ils sont sortis de leur fonction avec une baisse de popularité de 28 et 24 points. Jean-Marc Ayrault est d’ailleurs le Premier ministre le plus impopulaire lors de son départ (voir podium ci-dessous). La douche est également froide pour Manuel Valls. Lors de son premier mois, sa popularité s’élevait à 44% pour fondre comme neige au soleil et terminer à 22%, soit une chute de 16 points.

Parmi les baisses à deux chiffres, le cas de François Fillon est particulier. Certes, en cinq années, sa cote a diminué de 11 points. Mais à sa sortie, l’ancien candidat à la présidentielle de 2017 pouvait s’appuyer sur une base de 49% d’opinions favorables. Dans le baromètre Ipsos, François Fillon est donc le Premier ministre le plus populaire à son entrée à Matignon (60%), mais aussi à sa sortie (49%).

Les exceptions Philippe et de Villepin

Toutefois, il est possible de tirer son épingle du jeu. Ce n’est pas Édouard Philippe qui dira le contraire. Inconnu du grand public à l'été 2017, il recueille 39% de bonnes opinions lors de sa prise de poste, avant de baisser peu à peu après deux mois d’état de grâce. Mais sa gestion de la crise sanitaire, saluée par la grande majorité des Français, lui permet de réaliser un retour fracassant : 29% en février, 42% en mars, 41% en avril et 46% en mai. Ce qui fait de lui le second Premier ministre le plus populaire à son départ, 3 points derrière François Fillon.

Dominique de Villepin boxe lui aussi dans la catégorie des "Premiers ministres révélés à Matignon". Lorsque Jacques Chirac lui confie les clés du gouvernement en juin 2005, la situation est peu favorable : un président vieillissant, un prédécesseur usé, un conflit larvé avec Nicolas Sarkozy et une partie de l’UMP les yeux rivés vers la prochaine présidentielle. Pourtant malgré de nombreuses turbulences dont le CPE (contrat premier embauche), il part la tête haute avec 42% de bonnes opinions contre 33% à son arrivée, soit autant que Jean Castex. Qui doit sans doute espérer suivre la même trajectoire.

Autres données

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Coopération entre l’AMF et l’AFA

Coopération entre l’AMF et l’AFA

L’objectif poursuivi par l’Agence française anticorruption (AFA) est de bénéficier du concours de l’Autorité des marchés financiers (AMF) lors de sa r...

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numérique"

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numériq...

Dans une interview accordée à Décideurs, le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, évoque les grands enseignements de la crise sur la digitalisatio...

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Dans un entretien exclusif accordé à Décideurs, la ministre déléguée à la Citoyenneté revient sur le médiatique projet de loi contre le séparatisme. S...

L’accord d'Abraham est avant tout un front anti-Iran

L’accord d'Abraham est avant tout un front anti-Iran

Le traité entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn est prometteur sur le plan économique et géopolitique, mais il ne fait pas que des gagna...

Christophe Castaner, les dessous d’une campagne victorieuse

Christophe Castaner, les dessous d’une campagne victorieuse

La traversée du désert aura été de courte durée pour l’ancien ministre de l’Intérieur qui succède à Gilles Le Gendre à la tête du groupe LREM à l’Asse...

LFI, EELV : la tentation communautariste

LFI, EELV : la tentation communautariste

Influencés par la nouvelle gauche américaine et par certaines associations, une partie des Verts et des Insoumis tendent de plus en plus à abandonner...

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Maintenant que le plan de relance français est annoncé, le gouvernement doit le mettre en œuvre et continuer à suivre de près la situation. Dans un en...

Coronavirus. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

Coronavirus. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

A l'issue d'une réunion avec le conseil scientifique, le premier ministre a fait le point sur l'évolution de l'épidémie. Malgré la hausse de cas, la s...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message