Pollution de l’air : l’État condamné à payer une astreinte de 10 millions d’euros

Pollution de l’air : l’État condamné à payer une astreinte de 10 millions d’euros

Malgré la menace d'une astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard prononcée il y a un an par le Conseil d’État, le gouvernement n’a toujours pas efficacement lutté contre la pollution de l’air.

Le 12 juillet 2017, le Conseil d’État, saisi par l’association Les amis de la Terre en 2015, avait ordonné au gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires afin de réduire les concentrations de dioxyde d’azote et de particules fines dans treize zones en France. Cette décision avait pour but de répondre aux exigences de la directive européenne de 2008 sur la qualité de l’air qui détermine des valeurs limites à ne pas dépasser pour ces concentrations. En juillet 2020, ayant constaté que les objectifs fixés n’étaient toujours pas atteints dans huit zones, le Conseil d’État avait imposé au gouvernement d’agir dans les six mois, en le menaçant cette fois d'une astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard s'il ne se conformait pas à sa décision. Ce montant reste le plus élevé qu'on ait jamais imposé au gouvernement pour le contraindre à exécuter une décision prise par le juge administratif.

Un an plus tard, après l’étude des actions de l’État, celle des observations des associations requérantes et la tenue une audience publique, le couperet est tombé. Le 4 août, le Conseil d’État a décidé d’infliger cette astreinte record au gouvernement pour la période allant de janvier à juillet 2021. En effet, les données provisoires fournies par les parties pour 2020 indiquaient que les dépassements des seuils européens persistaient pour Paris et Lyon, et que les taux n’étaient que légèrement inférieurs aux valeurs limites à Marseille-Aix, Toulouse et Grenoble. Le juge administratif donc a estimé que les mesures prises par l’exécutif n’apparaissaient pas suffisantes pour considérer que sa décision de 2017 était pleinement exécutée et l’a par conséquent condamné au paiement de l’astreinte fixée en juillet 2020. Les 10 millions d’euros seront répartis entre l’association Les Amis de la Terre et plusieurs autres organismes et associations engagés dans la lutte contre la pollution de l’air. Début 2022, le Conseil d’État réexaminera les actions du gouvernement pour la période de juillet 2021 à janvier 2022 et pourra, si elles ne sont pas toujours suffisantes, de nouveau ordonner le paiement d’une astreinte de 10 millions d’euros.

Léna Fernandes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message