Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie

Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie

© European Union, 2020

Thierry Breton, le 17 juin 2020.

Après les mesures d’urgence pour faire face à la crise liée au coronavirus, la Commission européenne propose un examen de sa politique commerciale. Pour ce faire, elle dévoile un projet de consultation sur le long cours ainsi qu’un livre blanc.

Avec la crise, la Commission européenne adapte ses normes et autres dispositifs financiers afin de donner de l’air à l’économie du Vieux Continent. Des mesures d’urgence ont été prises : Bruxelles desserre la vis sur les déficits budgétaires, octroyant ainsi aux États membres davantage de marges de manœuvre pour soutenir leurs économies, ou encore assouplit l’encadrement des aides d’États. Ces évolutions répondent à un besoin de flexibilité et de pragmatisme en ces temps de crise. S’il n’est pas exclu que certaines puissent perdurer, la Commission européenne entame déjà des réflexions sur le plus long terme. Réflexions qui rythment sa communication cette semaine.

Ainsi mercredi 17 juin, le Collège adopte un livre blanc sur les effets de distorsion causés par les subventions étrangères au sein du marché unique. La veille, Bruxelles proposait d’examiner en profondeur la politique commerciale de l’UE et lançait pour cela une consultation sur le sujet à destination des différentes parties prenantes (États membres, Parlement, société civile, etc.). Enfin, jeudi, le rapport annuel sur les barrières techniques au commerce sera dévoilé.

Les initiatives européennes se multiplient à cause de la crise du coronavirus et des défaillances que celle-ci a mises à jour mais aussi parce que l’UE doit s’adapter plus globalement au nouvel ordre économique, que ce soit pour faire face à une Chine toujours plus agressive sur le plan concurrentiel ou à l’unilatéralisme américain exacerbé sous la présidence de Donald Trump.

Le livre blanc

En ce qui concerne le livre blanc : il s’agit pour l’UE de garantir que les subventions étrangères ne pervertissent pas notre marché, tout comme les subventions nationales. « L'UE figure parmi les économies les plus ouvertes du monde, ce qui attire des niveaux d'investissement élevés de la part de nos partenaires commerciaux, note Phil Hogan, commissaire chargé du commerce. Toutefois, notre ouverture est de plus en plus remise en question par des pratiques commerciales étrangères, y compris les subventions, qui faussent les conditions de concurrence équitables pour les entreprises de l'UE. » Le livre blanc, ouvert à la consultation jusqu’au 23 septembre, complète la boîte à outils, qui contient déjà des règles telles que le filtrage des investissements directs étrangers et les mesures de défense commerciale.

"Notre ouverture est de plus en plus remise en question par des pratiques commerciales étrangères"

Celui-ci vise notamment à combler un vide réglementaire qui permet à des pays tiers d’octroyer des subventions étrangères parfois sources de distorsions. Par exemple, lorsque ces subventions prennent la forme de flux financiers simplifiant l'acquisition d'entreprises de l'UE ou lorsqu'elles soutiennent directement l'activité d'une société.

Plusieurs approches sont proposées afin de pallier cette situation. La première consiste à mettre en place un instrument général de contrôle du marché pour identifier toutes les situations dans lesquelles des subventions étrangères peuvent entraîner des distorsions au sein du marché unique. Par ailleurs, les entreprises bénéficiant d'un soutien financier de la part d'autorités de pays tiers devraient notifier leurs acquisitions d'entreprises de l'UE, au-delà d'un certain seuil, à l'autorité de surveillance compétente. Ces évolutions sont un vrai changement de paradigme pour l'exécutif européen, qui jusque-là ne semblait pas prendre la mesure du niveau de concurrence déloyale que pouvait subir certains pans de son économie.

La consultation

Outre cette petite révolution, Bruxelles a lancé mardi 16 juin un autre grand chantier. Elle a donné le coup d’envoi à la révision de sa politique commerciale, à travers une consultation dont les résultats seront présentés vers la fin de l’année. « Une Union européenne forte a besoin d'une politique commerciale et d'investissement solide pour soutenir la relance économique, créer des emplois de qualité, protéger les entreprises européennes contre les pratiques déloyales dans l'Union et en dehors de celle-ci, et assurer la cohérence avec les priorités plus larges dans les domaines de la durabilité, du changement climatique, de l'économie numérique et de la sécurité. »

La consultation met l’accent sur les points suivants : bâtir une économie européenne résiliente et durable après le coronavirus, réformer l'Organisation mondiale du commerce, créer des débouchés commerciaux à l'échelle mondiale pour les entreprises, notamment les PME, optimiser la contribution de la politique commerciale face aux grands défis mondiaux tels que le changement climatique, le développement durable ou la transition numérique. Elle vise aussi à renforcer les relations commerciales et d'investissement avec les principaux partenaires commerciaux ainsi qu’à améliorer les conditions de concurrence et protéger les entreprises et les populations de l'Union. Ces sujets devraient engendrer de nombreux débats, d’où le calendrier de plusieurs mois annoncé cette semaine. Néanmoins, l’Europe ne peut se permettre l’économie de ce travail de fond.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Come back de l'économie : les plans de relance, un défi collectif

Prévisions - acteurs de la relance - secteurs
Sommaire L'État dégaine un plan de 8 milliards d'euros pour l'automobile La relance post-Covid sera verte ou ne sera pas La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise Plan de relance : Bruxelles met 750 milliards d'euros sur la table Aéronautique : l’État débloque 15 milliards d’euros BTP : un plan de façade ? K. Courboin (J.P. Morgan) "Les petites entreprises n'ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort de l Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message