Plan logement : le chaos redouté n'aura (peut-être) pas lieu

Ils s'attendaient au pire mais les premières mesures du futur plan logement ont été moins douloureuses que ne le craignaient les opérateurs du marché immobilier. Seuls les bailleurs sociaux pâtiront largement de la nouvelle loi.

Ils s'attendaient au pire mais les premières mesures du futur plan logement ont été moins douloureuses que ne le craignaient les opérateurs du marché immobilier. Seuls les bailleurs sociaux pâtiront largement de la nouvelle loi.

Le choc de l'offre, ce n'est pas pour maintenant. C'est ainsi que l'on peut résumer la pensée de l'ensemble des professionnels du secteur de l'immobilier suite à l'annonce des mesures de la future loi logement. Si la révolution n'aura pas lieu en 2018, celles-ci ont tout de même été accueillies avec un certain soulagement de la part des opérateurs qui redoutaient le remaniement, voire la suppression, de dispositifs piliers du marché tels que le Prêt à Taux Zéro (PTZ) et le Pinel. Ils seront finalement reconduits pendant quatre ans. « Nous regrettons que toutes les mesures présentées par le nouveau gouvernement soient moins généreuses qu'en 2014 mais l'engagement de quatre ans sur le Pinel et le PTZ, dans les zones tendues, permet d'apporter une pérennité au marché », concède Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB). Le satisfecit est d'autant plus modéré que les avantages fiscaux du dispositif Pinel seront réservés aux zones tendues Abis, A et B1, les zones rurales et les petites communes (B2 et C) comme Angers ou Valence n'en bénéficieront plus. Ces mêmes villes ont, par ailleurs, bénéficié d'un sursis de deux ans pour le maintien du PTZ dans l'immobilier neuf, mais avec une quotité maximum de 20 % du coût de l'acquisition, contre 40 % jusqu'alors. De quoi stabiliser, pour un temps, le marché. « Le projet actuel n'est pas pénalisant pour les primo-accédants », soutient ainsi le président de la FFB. Côté investisseurs, la nouvelle loi logement signe l'arrêt de mort du dispositif d'investissement locatif Censi-Bouvard en 2018 mais conserve les avantages des LMNP et LMP qui assurent, notamment, le financement des logements étudiants.

Un monde HLM sous haute tension
Mais c'est surtout le logement social qui cristallise les inquiétudes. L'article 52 du projet de loi finances (PLF) pour 2018 prévoit une baisse forfaitaire de l'Aide Personnalisée au Logement (APL) de 60 euros par mois qui aura pour effet, selon la Fédération des Offices Publics de l'Habitat (OPH), une perte de recettes de 822 millions d'euros par an. « Notre pronostic vital est engagé », s'alarme Alain Cacheux, président des OPH. Seuls concernés par cette mesure (le parc privé est épargné), les bailleurs publics crient à l'injustice et annoncent vouloir reporter leurs opérations de construction et de rénovation. Des menaces fort mal reçues par la fédération du bâtiment. « Certes, ce qui a été proposé par le gouvernement affaibli un certain nombre d'organismes déjà fragiles et l'on peut comprendre qu'il faille réformer le marché HLM. Toutefois, il est inacceptable que ces organismes fassent du chantage aux travaux pour mettre la pression sur les politiques », affirme Jacques Chanut. Les HLM représentant, en effet 12 % à 15 % de l'activité des acteurs du bâtiment - qui plus est dans territoires ruraux - ces derniers en seraient les premiers impactés, en termes d'emplois et de survie des entreprises. Quant aux loyers, « non seulement, un blocage du monde social ne fera pas baisser les prix des logements mais, au contraire il déclenchera une hausse sur l'ancien », prévient Alain Dinin, président directeur général de Nexity qui rappelle, par ailleurs, que la production de logements en France va mécaniquement baisser en 2019. Or, il faudra loger 4 millions de ménages supplémentaires d'ici à 2030, ce qui implique de construire à minima 400 000 logements par an (on en compte 130 000 en 2017). Pour répondre à ces besoins, le PDG de Nexity préconise un choc de la demande : « Plutôt qu'un choc de l'offre, mieux vaudrait s'occuper de la demande et mettre autour de la table tous les acteurs qui peuvent agir sur le pouvoir d'achat des Français ». Par exemple, en desserrant l'étau fiscal sur le logement dont les prélèvements obligatoires, hors ISF, se sont élevés à 70 milliards d'euros en 2017. 
 

Charlotte Danjou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe continentale”

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe...

Propulsé en mai dernier au poste de coresponsable de la Banque de financement et d’investissement (BFI) de HSBC Continental Europe à Paris, Jean-Manue...

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte