Plan de relance économique : le rapprochement franco-allemand

Ce lundi 18 mai 2020, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont annoncé, lors d'une conférence de presse commune, avoir trouvé un accord sur la création d’un fonds de relance inédit. La Commission européenne doterait ce fonds de relance de 500 milliards d’euros afin d'aider les régions et les secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus.

Ce lundi 18 mai 2020, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont annoncé, lors d'une conférence de presse commune, avoir trouvé un accord sur la création d’un fonds de relance inédit. La Commission européenne doterait ce fonds de relance de 500 milliards d’euros afin d'aider les régions et les secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus.

La France et l'Allemagne n'ont pas attendu le retour de la Commission européenne pour lancer leur propre initiative. Elle a été annoncée ce lundi 18 mai 2020, lors d'une conférence de presse qui a réuni Emmanuel Macron et Angela Merkel. Le président de la République a énoncé les quatre piliers de l'initiative franco-allemande : "protection sanitaire, relance budgétaire, transition écologique et souveraineté économique". Le volet de la relance budgétaire se matérialiserait par la mise en place d'un fonds de relance de 500 milliards d'euros destiné à soutenir économiquement les régions et les secteurs mis en difficulté par la pandémie.

500 milliards d’euros de dotation budgétaire

L'Allemagne s'est donc finalement ralliée à l'opinion française sur la nécessité d'une mutualisation de la dette européenne. "Il faut un effort colossal que la France et l'Allemagne sont prêts à fournir", a justifié la chancelière allemande. Le président de la République a insisté pour sa part sur le soucis de "cohérence" de cette initiative dans un "contexte inédit". Cette annonce s'est accompagnée de précisions techniques. Le fonds sera limité dans le temps, il ne s'agira pas de crédit ni de dépense budgétaire et l'argent avancé devra être remboursé en accord avec les traités et les règles européennes. La Commission européenne devra lever l’équivalent de 500 milliards d’euros sur les marchés puis les redistribuer, sous la forme de dotations budgétaires, aux régions et aux secteurs affaiblis par la crise.

"L'initiative franco-allemande est ambitieuse, ciblée et bienvenue", a salué, le soir même, la présidente de la BCE, Christine Lagarde. Cette enveloppe de 500 milliards viendra compléter les 540 milliards d'euros du plan d'urgence élaboré par les ministres des Finances pour répondre au choc économique de la crise du coronavirus.

Convaincre les pays frugaux

Le sujet du fonds de relance européen a déjà fait couler beaucoup d'encre et a mis en exergue le clivage européen entre les pays du Nord et les pays du Sud. "Cette proposition va dans le sens de celle préparée par la Commission, laquelle tiendra également compte des points de vue de tous les États membres et du Parlement européen", a précisé Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission. L'initiative du coupe franco-allemand devra, en effet, convaincre en premier lieu les pays frugaux, opposés à une mutualisation de la dette européenne. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire l'a rappelé ce mardi lors d'une audition à l'Assemblée nationale, "il restera à emporter la conviction d'autres États membres, en particulier de quatre États : l'Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas". Les négociations auront lieu au mois de juin, lors du Conseil européen.

Mise à jour 25 mai 2020

Les pays frugaux n'ont pas tardé à régir à l'initiative franco-allemande. Leur réponse a pris la forme d'une contre-proposition transmise à la Commission européenne samedi 23 mai. Sans surprise, l'Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas campent sur leurs positions et rejettent le principe même de la mutualisation de dette. Ils lui préfèrent la mise en place de prêts. "Nous ne pouvons pas accepter quelque instrument menant à une mutualisation de la dette ou une augmentation significative du budget européen", précisent les quatre États frugaux. L'Allemagne n'a donc pas réussi à entrainer avec elle l'adhésion des pays du Nord.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission chargé de l’économie a déjà assuré aux eurodéputés que la Commission européenne soutiendrai l’idée d’émettre de la dette commune. "Nous allons créer un fonds supplémentaire qui sera financé par des emprunts sur les marchés", a-t-il précisé. La Commission devra présenter ce mercredi sa proposition de fonds de relance économique et de budget pluriannuel 2021-2027.

Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Avec une fortune avoisinant les 5 milliards d’euros, Ariane de Rothschild est désormais seule à la tête du groupe Edmond de Rothschild, après la mort...

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

Le fournisseur de services et d’équipements aux entreprises et collectivités John Cockerill ouvrira en 2022 une usine d’électrolyseurs en Alsace. Un a...

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La start-up 360Learning, qui développe une plateforme SaaS de formation collaborative en entreprise, vient de boucler un financement de 200 millions d...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

Olivier Larrat (Signadile) : "C’est notre travail d’aider la nouvelle génération à trouver les axes de développement de valeur"

Olivier Larrat (Signadile) : "C’est notre travail d’aider la nouvelle génération à trouver les axes...

À la suite d’une période fortement marquée par la crise sanitaire, le nombre de managers se lançant dans la reprise de leur entreprise s’est accru. An...

La fintech N26 lève 900 millions de dollars

La fintech N26 lève 900 millions de dollars

La néobanque allemande N26 vient de boucler un financement de 900 millions de dollars. Grâce à cette opération, la licorne d’outre-Rhin atteint une va...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte