Plan de relance : le secteur de la construction distribue ses bons et ses mauvais points

Quelques heures après le grand oral de Jean Castex, la FFB, la FPI, l’Unam et la Capeb ont livré leurs analyses des décisions prises par le gouvernement pour relancer l’activité économique. Décryptage.

Quelques heures après le grand oral de Jean Castex, la FFB, la FPI, l’Unam et la Capeb ont livré leurs analyses des décisions prises par le gouvernement pour relancer l’activité économique. Décryptage.

Au lendemain de la présentation du plan "France Relance", les réactions des organisations professionnelles du secteur de la construction sont mitigées. "Sous réserve des barèmes à préciser dans la loi de finances pour 2021", la Fédération française du bâtiment (FFB) se félicite de retrouver plusieurs de ses demandes. C’est notamment le cas de l’ouverture confirmée de MaPrimeRénov’ à l’ensemble des ménages, aux bailleurs privés et aux copropriétés. C’est aussi le cas du soutien massif aux bâtiments publics, notamment d’enseignement, hospitaliers et les EHPAD. Ou encore celui des aides à la rénovation énergétique des bâtiments des PME, TPE et indépendants, "bien que pour un montant assez faible" (200 M€ sur deux ans). En revanche, la FFB déplore "l’absence inquiétantes de mesures fortes" en faveur du logement neuf. "La FFB, très inquiète du décrochage du neuf, réitère sa demande d’un soutien fort et immédiat à la construction de logements, qui manque encore dans "France relance", précise Olivier Salleron, président de la fédération. Cela passe notamment par un retour au PTZ à 40 % pour toutes les zones et par une prolongation du Pinel au-delà de 2021. Construire des logements pour tous permet aussi de préserver l’emploi dans un secteur qui a toujours accueilli et formé les bâtisseurs du quotidien."

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) se montre encore plus critique. "Si les entreprises de promotion seront bien soutenues par les mesures générales du plan (financement, formation, fiscalité etc.), leur activité ne bénéficiera que de deux aides "métier" : une aide aux maires "densificateurs" (350 M€ sur deux ans) que la FPI réclamait depuis longtemps et un fonds "friches" (300 M€), détaille l’organisation. Soutiens de la production, elles vont dans le bon sens, mais elles ont trois défauts : une portée limitée au regard des enjeux, une grande complexité de mise en œuvre et un effet différé. Si rien ne les complète, le risque est fort de voir la production durablement affaiblie." La FPI demande par conséquent la prolongation des dispositifs de soutien (Pinel et PTZ) qui arrivent à échéance en 2021, "en les faisant évoluer si nécessaire" dans le cadre du projet de loi de finances 2021.

L’Union nationale des aménageurs (Unam) fait quant à elle grise mine : "650 M€ dédiés à la création d’un fond de recyclage des friches (300 M€) en ORT ou PPA et à des incitations pour optimiser le foncier disponible (350 M€), c’est pour l’aménagement 10 fois moins que les 7 milliards consacrés à la rénovation énergétique ! Aucun chiffre pour la construction, il faudra attendre le PLF pour connaître les mesures de soutien à la primo-accession, évincée du marché. Aucune piste de mesures réglementaires ou législatives pour simplifier ou accélérer les procédures, faudra-t-il attendre le projet de loi 3D annoncé à l’automne 2020 ?"

Enfin, la confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) donne un satisfecit au gouvernement tout en demandant des décisions complémentaires : "Nous accueillons bien sûr favorablement la hausse de financement de 2 Mds€ de MaPrimeRénov’, qui s’ouvrira à davantage de bénéficiaires, prévue dans le Plan de relance, explique Jean-Christophe Repon, président de la Capeb. Toutefois nous rappelons que pour atteindre cet objectif ambitieux de logements rénovés, il faudra également réunir plusieurs conditions, notamment simplifier le dispositif RGE, fluidifier le dispositif des CEE, accompagner les entreprises et informer les clients. Ce que nous demandons au gouvernement, c'est de fluidifier ces dispositifs, de les rendre plus lisibles et plus stables. D’autre part, en ce qui concerne les bâtiments publics et logements sociaux, pour lesquels des mesures importantes sont également prévues, nous rappelons que nous sommes attachés à ce que les entreprises artisanales puissent réaliser une part significative de ces futurs marchés, ce qui passe par davantage de recours à l’allotissement et plus de simplification des cahiers des charges."

Les discussions entre le gouvernement et les organisations professionnelles du secteur de la construction sur la relance économique sont loin d’être terminées.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 5 mars 2021

La veille urbaine du 5 mars 2021

L’Est du quartier Flaubert qui commence sa métamorphose à Rouen, « Le 168 » d’AG2R La Mondiale à Neuilly-sur-Seine qui acquiert le label WiredScore Go...

Séverine Chapus devient membre du directoire de BNP Paribas Real Estate

Séverine Chapus devient membre du directoire de BNP Paribas Real Estate

Chargée du développement des grands projets mixtes depuis 2018 chez BNP Paribas Real Estate, Séverine Chapus intègre le directoire suite à la fusion d...

La veille urbaine du 4 mars 2021

La veille urbaine du 4 mars 2021

Le marqueur de fermeture des centres commerciaux passe de 20 000 m² à 10 000 m² dans les départements à risque, la nomination de Séverine Chapus au di...

Sophie Rosso, promotrice de sens

Sophie Rosso, promotrice de sens

Après être passée par Bouygues Immobilier, la mairie de Paris et Quartus, Sophie Rosso vient de rejoindre le promoteur Redman. Un parcours guidé par s...

La veille urbaine du 3 mars 2021

La veille urbaine du 3 mars 2021

Gulf Islamic Investments qui signe son entrée sur le marché français en acquérant la tour Altaïs à Montreuil, les territoires urbains prêts à investir...

Bye Bye le bail classique, bienvenue dans le flexible

Bye Bye le bail classique, bienvenue dans le flexible

Bonjour télétravail ! Depuis un an, le monde de l’entreprise entrait à marche forcée dans l’ère du travail à distance. En 2021, et avec une situation...

S. Perron : "Foncière Magellan vise 3 Mds€ d’actifs sous gestion hors croissance externe à horizon 2025"

S. Perron : "Foncière Magellan vise 3 Mds€ d’actifs sous gestion hors croissance externe à horizon 2...

Foncière Magellan a dépassé le seuil du milliard d’euros d’actifs sous gestion en 2020 malgré un contexte sanitaire et économique dégradé. Steven Perr...

La veille urbaine du 2 mars 2021

La veille urbaine du 2 mars 2021

Paris qui dévoile son nouveau pacte pour la construction, Aviva Investors qui loue 42 000 m² à ID Logistics à Nanteuil-le-Haudouin, les expérimentatio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte