Pierre Valentin (Ecofi Investissements) « L’investissement socialement responsable n’est pas un simple phénomène de mode »

Pionnier du secteur, Ecofi Investissements renforce l’investissement socialement responsable et s’implique dans l’intelligence artificielle. Retour sur l’actualité de cette société de gestion engagée avec Pierre Valentin, président du directoire.

© DR

Pionnier du secteur, Ecofi Investissements renforce l’investissement socialement responsable et s’implique dans l’intelligence artificielle. Retour sur l’actualité de cette société de gestion engagée avec Pierre Valentin, président du directoire.

Décideurs. Quelles sont les actualités d’Ecofi Investissements ?

Pierre Valentin. L’actualité principale d‘Ecofi Investissements a trait à l’investissement socialement responsable (ISR). Nous sommes déjà l’une des principales sociétés de gestion actives dans ce type d’investissement, notre objectif est désormais que l’intégralité de nos fonds soient, à terme, conformes aux exigences ISR. La seconde actualité du groupe concerne l’innovation dans les processus de gestion. Ecofi Investissements a déjà recours, pour trois de ses fonds, à un process fondé sur de l’intelligence artificielle. Nous souhaitons mieux faire connaître ces processus de gestion, et faciliter leur acceptabilité en montrant qu’ils ne sont pas aussi opaques que certains le prétendent.

Quelle est votre conception de l’intelligence artificielle dans le métier d’asset manager ?

Nous ne souhaitons pas substituer la gestion artificielle à la gestion humaine, mais au contraire les faire dialoguer. L’intelligence artificielle, telle que nous la concevons, laisse aux gérants la possibilité d’avoir accès aux informations relatives au fonctionnement de l’algorithme. Pour certains fonds, nous suivons le conseil issu du processus informatique de manière presque systématique. Pour d’autres, ce conseil n’est qu’une source d’information complémentaire.

2018 a été une année compliquée sur les marchés, quelle thématique serait à même de capter de la performance à long terme ?

Bien que l’année 2018 ait été une période compliquée pour les gérants d’actifs, nous avons confiance dans la stabilité des processus de gestion et des équipes. De plus, nous conservons une approche fondamentale portée par l’idée qu’à la longue les marchés donnent raison aux approches les plus rationnelles. L’un de nos fonds, baptisé « Ecofi Enjeux futurs » est un fonds actions internationales qui investit dans des entreprises agissant sur les thématiques du développement durable liées à l'homme et à son environnement. Il porte sur six thématiques, dont une moitié se rapporte au développement durable et l’autre au développement humain qui comprend l’éducation, la santé et les services à la personne. Nous avons identifié ces thématiques comme porteuses de croissance à long terme, et, effectivement, le fonds a obtenu sur le long terme de belles performances.

Comment jugez-vous l’état de la concurrence actuelle sur votre marché ?

La concurrence est extrêmement forte, sauf peut-être sur le compartiment monétaire, où le contexte à la fois de taux et réglementaire n’attire guère les sociétés de gestion. En revanche, on voit de plus en plus de sociétés de gestion attirées par l’ISR !

L’ISR : un phénomène de mode ou une réelle conviction ?

L’ISR constitue depuis de nombreuses années un enjeu majeur pour Ecofi Investissements. Ecofi a lancé son premier fonds ISR en 2000. Nous pratiquons l’ISR avec une réelle conviction, non seulement parce que nous sommes conscients de notre responsabilité sociale en tant qu’investisseur, mais aussi parce que nous avons constaté que cela permet une approche plus fine des risques auxquels les entreprises sont confrontées, et donc sur le long terme une performance financière plus solide ! Nous pensons que l’ISR n’est pas un simple phénomène de mode, mais prendra indubitablement une importance croissante. Nous pensons notamment que les investisseurs responsables ne vont pas se contenter d’analyser les entreprises du point de vue environnemental, social et de gouvernance, mais vont de plus en plus s’engager, à travers le dialogue et le vote, ce à quoi la réglementation les invite (je pense à l’article 173 de la loi sur la transition énergétique). C’est ce que nous faisons en votant à plus de 300 assemblées générales d’actionnaires et cela de façon très active : il est fréquent que lors des délibérations nous votions contre certaines résolutions proposées par le management, et nous avons un pourcentage de votes « contre » beaucoup plus élevé que la moyenne des sociétés de gestion.

Quels sont d’après vous les éléments auxquels il faudra apporter une attention particulière dans les mois à venir dans le secteur de la gestion d’actifs ?

Au-delà des fluctuations des marchés, qui influent évidemment sur la situation des sociétés de gestion, il y a des grandes tendances dans l’industrie de la gestion d’actifs. Je crois qu’il est important que le phénomène de consolidation que connaissent aujourd’hui les sociétés de gestion ne fasse pas disparaître la diversité entre les sociétés. Je ne pense pas que la performance financière et l’innovation auraient pu atteindre le niveau actuel si le marché était composé uniquement de grandes sociétés de gestion. Pour assurer cette diversité il est nécessaire d’avoir un fort renouvellement des sociétés de gestion et un écosystème où coexistent différentes tailles.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Entre l’obligatoire réorganisation du travail et une stratégie immobilière à revoir, la reprise annoncée s’accompagne de nombreuses problématiques. Et...

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

AmazingContent, spécialiste de l’influence des dirigeants et top managers sur les réseaux sociaux, a récemment publié une enquête sur le classement de...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

En 2020, Kingfisher France enregistrait des résultats en hausse de plus de 3 % à 5 milliards d'euros. À la tête depuis 2019 de 123 Brico Dépôt et 93 C...

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

La directrice des opérations a permis au groupe de Mark Zuckerberg d’atteindre des niveaux de performance historiques. Son réseau, mais aussi son expé...

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Jack Dorsey, fondateur du réseau social Twitter et CEO de Square, a annoncé que la société spécialisée dans le paiement digital s’apprête à lancer une...

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Entreprise française spécialisée dans l’automatisation de la paie et la gestion des ressources humaines, PayFit annonce l’arrivée de Thomas Jeanjean,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte