Pierre Sorbets (HSBC) : « Il existe encore des besoins en matière d’infrastructure en France »

Les besoins de financement en infrastructures sont énormes. Chaque année, ces projets représentent 4 000 milliards de dollars. Les pays émergents sont bien sûr les plus demandeurs mais les économies développées rencontrent des problèmes de financement. Retour sur les enjeux d’un secteur en pleine mutation avec Pierre Sorbets, responsable secteur public chez HSBC France.

Les besoins de financement en infrastructures sont énormes. Chaque année, ces projets représentent 4 000 milliards de dollars. Les pays émergents sont bien sûr les plus demandeurs mais les économies développées rencontrent des problèmes de financement. Retour sur les enjeux d’un secteur en pleine mutation avec Pierre Sorbets, responsable secteur public chez HSBC France.

Décideurs. À combien estimez-vous les besoins en infrastructures au niveau mondial et en France ?

Pierre Sorbets. L’OCDE évalue à 6 300 milliards de dollars par an d’ici à 2030 le montant des investissements  nécessaires pour soutenir la croissance économique. On monte à 6 900 milliards si l’on veut rendre cette croissance compatible avec le « scénario à deux degrés » de l’Agence internationale de l’énergie, l’objectif minimum à atteindre pour contenir le réchauffement climatique dans des proportions gérables. En France, on considère que les grandes infrastructures sont réalisées et qu’il faut à présent mieux les entretenir et les utiliser. Il existe cependant encore des besoins (que le Medef chiffre à cinquante milliards d’euros par an d’ici 2020) notamment au niveau du Grand Paris (trois milliards d’euros par an entre maintenant et 2030) ou en matière de connexion informatique à très haut débit. Plusieurs grands projets (comme le canal Seine Nord ou la ligne à grande vitesse Lyon-Turin) donnent lieu à débat, et la mise en œuvre de la « stratégie bas carbone » française correspondant aux engagements pris lors de la COP21 génère d’importants besoins.    

Quels sont les secteurs les plus demandeurs ?

Ils varient d’un pays à l’autre selon que les grands équipements structurants sont ou non réalisés et en fonction de la vulnérabilité du pays au risque climatique. Mais dans de  nombreux cas, et en particulier en France, les diverses composantes de la transition énergétique (génération et transport d’énergies « propres », systèmes de transports climato-compatibles et efficacité énergétique) prennent une importance grandissante.

« Le débat entre maîtrise d’ouvrage publique et gestion déléguée doit se concentrer sur le rapport qualité-prix et sur la bonne gestion du temps »

 

En France, les collectivités locales sont confrontées à un fort endettement et n’ont plus les moyens de répondre à ces besoins. Comment le secteur privé peut-il prendre la relève ?

À l’exception des projets financés par les usagers ou s’autofinançant par les économies qu’ils génèrent (cas de l’éclairage public), les finances locales sont grevées quel que soit le mode de réalisation choisi. Recourir au secteur privé peut permettre plus de créativité, une plus grande prise de risque, notamment sur des technologies nouvelles, un meilleur respect des budgets et des délais (toutes les études le démontrent) et une approche globale du projet quand les marchés publics sont générateurs d’interfaces qui compliquent la maîtrise d’ouvrage. Enfin, le coût des financements privés demeure raisonnable compte tenu de l’abondance de l’épargne disponible. 

Pourtant, le financement privé et le recours à la gestion déléguée peinent à s’imposer en France. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

En France, le débat entre maîtrise d’ouvrage publique et gestion déléguée est d’abord placé sur un terrain de principe, alors qu’il a tout intérêt à se concentrer sur le rapport qualité-prix de la réalisation et sur la bonne gestion dans le temps des investissements publics. On ne parle jamais des nombreux partenariats publics privés qui sont mis en place et sont de belles illustrations du succès de ce type d’opérations.

Quels outils mettre en place pour inverser la tendance ?

En France, la gamme des outils juridiques est aujourd’hui complète et va des marchés publics classiques aux concessions, en passant par les marchés de partenariats et les contrats « CREM » (conception réalisation entretien maintenance). Il s’agit maintenant de bien les utiliser, ce qui suppose au niveau des décideurs publics du pragmatisme, de la formation, une meilleure culture de l’évaluation et une plus grande ouverture d’esprit à l’égard de l’externalisation.   

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte