Pierre-Étienne Lorenceau (Leaders League) : « Le leadership est un système de gouvernance, et de valeurs, fondé sur l’adhésion »

 

 

Décideurs. Qu’est-ce que le leadership ? Quelle en est l’essence ?

Pierre-Étienne Lorenceau. Le leadership est un système de gouvernance, et de valeurs, fondé sur :

1- l’adhésion, pas le pouvoir ni la contrainte.

2- l’autorité de l’exemplarité (donner/ incarner un bel exemple), pas de la fonction ni du statut,

3- la noblesse d’une cause, d’idées et d’objectifs solides et inspirés,

4- le mouvement, car qui suivrait un homme à quai, statique ?

5- l’affection : la passion pour une cause, pour ceux qui la suivent, pour « les siens ».

 

Décideurs. Quelle différence faitesvous entre un leader et un manager ?

P.-É. L. La différence est fondamentale : un leader aime sortir des sentiers battus, cherche la rupture (disruption), et veut établir de nouveaux équilibres. Le manager aime gérer leséquilibres existants, déjà si difficiles à maintenir dans un monde qui change. Cette différence est relative : aucun grand leader ne peut émerger sans s’entourer de brillants managers, et sans avoir aussi, en lui, conscience de l’importance du management. Mais le souci des équilibres existants ne doit pas l’empêcher de chercher une vision nouvelle, une rupture, la voie propre pour son entreprise et ses clients.

 

Décideurs. Quel est l’usage de l’autorité et du pouvoir pour un leader ?

P.-É. L. Le pouvoir et l’autorité sont deux choses distinctes. Le pouvoir ne se négocie pas : il décide, tranche, impose. La position du pouvoir peut être légitime, en droit, ou non (abus de pouvoir). L’autorité est fondée sur une foule de faits explicites ou implicites (solidité des arguments, expérience, charisme, etc.). L’autorité n’est pas conférée nécessairement par « en haut » mais par « en soi » : on fait, ou non, autorité. L’autorité entraîne l’adhésion. L’adhésion entraîne la décision, collective - et non unilatérale et top down.

 

Décideurs. En quoi le leadership estil distinct du pouvoir ?

P.-É. L. Le leadership est fondé sur l’adhésion. Le pouvoir sur la légitimité (sauf abus). Le leadership, comme mode de gouvernance, a trois grandes distinctions par rapport au pouvoir : il unit pour mieux régler quand le pouvoir tend à diviser pour mieux régner. Ensuite, le leadership entraîne un mouvement bottom up fondé sur l’écoute des moins gradés, voire des non-gradés. À l’inverse, le pouvoir est top down : il descend du haut de la hiérarchie vers le bas. Si le pouvoir n’écoute plus, il peut rester légitime, mais perd son autorité, et peut devenir étouffant, absurde, mal ressenti. Enfin, le leadership cherche l’adhésion. Le pouvoir vise l’exécution (des ordres). L’usage des deux modes de gouvernance est à la fois antinomique, mais paradoxalement complémentaire. Néanmoins, plus on utilise le mode leadership, plus on rend les siens créatifs, fiers, autonomes. Au contraire, en utilisant le pouvoir, on gagne en rapidité ce qu’on perd en adhésion. Jusqu’au dérapage ?

 

Décideurs. Être un leader et être un homme de pouvoir, est-ce distinct ?

P.-É. L. Un leader peut utiliser les pouvoirs que son poste (top management ou pas) lui donne légitimement. Utiliser ces pouvoirs ne veut pas dire en abuser. Mais, au fond de lui-même, chaque décideur doit choisir : l’essentiel de ma relation aux autres doit-elle se construire sur l’adhésion, sur le leadership ? Ou est-ce que je veux aller à l’essentiel, ne pas m’embarrasser de consensus et m’appuyer tout simplement sur le pouvoir qu’on m’a donné ?

 

Décideurs. Quels sont les trois leaders qui vous inspirent ? Pourquoi ?

P.-É. L. Gandhi, parce qu’il prouve que chacun peut changer le monde, sans violence : par la force de son exemple, de son sacrifice, et briser les chaînes (anglaises) d’un empire (indien). Steve Jobs, parce qu’il a changé le monde par ces innovations de rupture : le micro-ordinateur, puis Pixar, puis l’iPod jusqu’à l’iPad. Einstein, enfin, qui n’avait aucune « troupe » mais a rappelé à tous, appris à tous, l’humilité à avoir devant les certitudes : tout est relatif.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership

Certaines personnes changent le monde quand d’autres vivent une vie tranquille, s’affairent « simplement » à manager les affaires courantes. Des personnalités plus affirmées révolutionnent leur secteur, leur environnement, leur pays. Qu’il s’agisse de Xavier Niel, Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Ghandi ou Nelson Mandela, quels sont les secrets du Leadership ?
Sommaire
Le match du Brexit : Paris vs Londres

Le match du Brexit : Paris vs Londres

Alors que la date fatidique du Brexit approche, Paris et Londres sont plus que jamais en concurrence pour la place de première ville européenne. Tech,...

V. Donnadieu (Aspim) : "On espère une stabilisation du taux de distribution sur valeur de marché en 2019"

V. Donnadieu (Aspim) : "On espère une stabilisation du taux de distribution sur valeur de marché en...

L’appétit des épargnants pour les SCPI pose questions. Comment les sociétés de gestion gèrent-elles l’important flux de collecte ? Ont-elles travaillé...

Esther Duflo, prix Nobel d'économie

Esther Duflo, prix Nobel d'économie

Barack Obama, Bill Gates ou Klaus Schwab ont recours aux services de cette économiste qui accueille les meilleurs chercheurs du monde dans son laborat...

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

La gouvernance est un sujet dont l’importance est trop souvent minimisée par les entreprises. Pourtant, une gouvernance efficace est indispensable pou...

J. Thibault-Liger (Lazard Frères Gestion) : "En France, la générosité est beaucoup plus discrète"

J. Thibault-Liger (Lazard Frères Gestion) : "En France, la générosité est beaucoup plus discrète"

Les équipes de la banque privée Lazard Frères Gestion accompagnent leurs clients dans leurs projets philanthropiques et de mécénat sur plusieurs génér...

Lancel, de tradition et d'audace

Lancel, de tradition et d'audace

À la fois ancrée dans son époque et garante d’un héritage, rigoureuse dans sa maîtrise de la confection et furieusement créative dans son style, la ma...

E. Philippe et M. Laubignat (Air France) : "Considérer la compliance comme un levier économique stratégique "

E. Philippe et M. Laubignat (Air France) : "Considérer la compliance comme un levier économique stra...

Après plus de 20 ans passés au sein d’Air France, Elisabeth Philippe en devient responsable de la conformité. Forte de son expérience, elle expose à D...

A. Lherbière (La Mutuelle Générale) : "Il me paraît légitime que le rendement soit lié à un risque"

A. Lherbière (La Mutuelle Générale) : "Il me paraît légitime que le rendement soit lié à un risque"

Dans un environnement marqué par les taux bas, La Mutuelle Générale a abaissé sa part investie en produit de taux avec l’idée de privilégier les actif...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message