Pierre-Édouard Stérin (Otium Capital) : « Nous explorons le retail expérientiel »

Serial entrepreneur animé d’une authentique foi chrétienne, Pierre-Édouard Stérin s’est imposé au fil des années comme un business angel respecté et atypique. Le propriétaire de Smartbox gère depuis sept ans son fonds d’investissement Otium Capital, à la recherche de la prochaine pépite. Mais toujours en quête de sens.

Serial entrepreneur animé d’une authentique foi chrétienne, Pierre-Édouard Stérin s’est imposé au fil des années comme un business angel respecté et atypique. Le propriétaire de Smartbox gère depuis sept ans son fonds d’investissement Otium Capital, à la recherche de la prochaine pépite. Mais toujours en quête de sens.

Décideurs. Vous avez fondé votre propre fonds d’investissement à la suite de votre succès dans les Smartbox et la vente de vos parts dans le site La Fourchette. Quelles sont les priorités d’Otium capital ?

Pierre-Édouard Stérin. Nous avons trois équipes, une spécialisée sur le digital tech, une sur le retail et les biens de consommation, et une autre qui est plus opportuniste. Chaque équipe a des objectifs très agressifs, avec des dossiers très explosifs. Nous visons des TRI de 50% par an sur cinq à sept ans. L’autre chiffre clé, c’est cinquante millions d’euros. Nous cherchons à gagner au minimum cette somme sur chaque ligne d’investissement, quelle que soit la taille du projet. Nous visons donc des marchés assez importants.

Dans le digital, quel type de projet vous intéresse ?

L’équipe investit en pre-seed, seed ou en série A, sur des thèmes comme l’intelligence artificielle, la blockchain, ou encore les modèles Saas. Dans le retail, notre stratégie est différente. Nous pouvons investir dans une activité classique, à condition qu’il y ait une dose d’entertainment. C’est le cas par exemple avec la société Hapik, qui développe des centres d’escalade à destination des enfants. Ce modèle est difficile à disrupter. De même, nous avons investi dans Oh My Cream !, une entreprise qui ne propose que des soins de beauté ou cosmétiques, mais haut de gamme. Sephora propose une version industrielle de ces soins. Oh My Cream ! ajoute des services et des conseils. Pour résumer, nous explorons le “retail expérientiel”.

« Nous visons des TRI de 50% par an sur cinq à sept ans. » Pierre-Édouard Stérin, fondateur d'Otium Capital

Un projet dans lequel vous investissez est-il forcément innovant ?

Comme nous recherchons des investissements qui puissent générer des TRI forts, nous visons surtout des sociétés innovantes. L’équipe spécialiste du retail suit par exemple les tendances observées chez les millenials. Cette population consomme davantage de produits bio. Du coup, nous avons investi dans Hari&co, une société créée par un ingénieur agronome qui produit des boulettes de protéines végétales. Nous avons également misé sur Feed, qui développe une gamme de substituts de repas.

Vous affirmez votre foi chrétienne, ce qui vous conduit par exemple à vouloir léguer votre fortune à des œuvres caritatives. Comment ces valeurs influencent-elles votre activité au quotidien ?

Mes convictions ont un effet indiscutable sur ma vie professionnelle. J’évite d’investir dans certains secteurs. Par exemple, récemment, dans le cas d’un dossier de business assez “olé olé”. Il s’agissait d’un site de réservation d'hôtel, proche de celui de booking.com, mais à la journée. L’objectif était de proposer aux voyageurs de prendre une douche entre deux avions. Mais nous savons que dans la majorité des cas, ce site aurait été utilisé par des hommes pour rejoindre leur maîtresse. Je ne souhaite pas participer à cela.

Votre développement de la licence Weekendesk, rebaptisée Smartbox, a-t-il été votre plus grand succès ?

Oui, et c’est d’ailleurs le seul. C’était mon bébé. La Fourchette a été un autre bel exemple, mais c’était un investissement. Depuis, j’ai essayé de monter d’autres sociétés, mais je n’ai pas connu de succès similaires. J’ai par exemple lancé une entreprise dans le secteur du parfum. Il s'agissait d’en changer le mode de consommation, avec des sprays de poche et un système de cartouche. Nous n’en avons pas vendu assez et l’activité s’est arrêtée. La deuxième entreprise commercialisait des produits dérivés du monde des jeux vidéo, notamment du jeu de simulation militaire World of tanks. Nous avions même conclu un partenariat avec le fabricant de jouets Solido. Là encore, la croissance n’a pas été aussi forte que prévue. Actuellement, je suis en train de développer un nouveau projet. Il touchera la promotion immobilière et le patrimoine gastronomique français. Mais je n'en dis pas plus pour le moment.

Propos recueillis par Florent Detroy

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

Alan, une nouvelle licorne française est née

Alan, une nouvelle licorne française est née

L’ascension fulgurante d’Alan se poursuit par un nouveau tour de table de 185 millions d’euros, mené par Coatue Management, Dragoneer et Exor aux côté...

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Véritable phénomène de société, le média Brut diffusé sur les réseaux sociaux, qui totalise près de 20 milliards de vues en 2020, débarque à présent s...

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

Marketing de crise : les marques s’adaptent

Marketing de crise : les marques s’adaptent

Avec la crise sanitaire, exceptionnelle et imprévue, les grandes marques ont dû réinventer leurs stratégies marketing.

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Directeur avant-vente du marché ERP chez Cegid, Claude-Emmanuel Chapelan revient sur les grands enjeux de son secteur d’activité.

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Afin de répondre aux incertitudes des Français, le Leem, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament en France, publie sur les réseau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte