P. Taffin (Aviva) : "Nous avons encore renforcé l’intégration des critères ESG dans nos processus de gestion"

Directeur des investissements et de la gestion actif-passif chez Aviva France depuis 2012, Philippe Taffin a su amener son expertise au service de l’assureur. Entre tendances fortes, et impact des critères ESG, il livre sa vision de la gestion d’un investisseur institutionnel.

© DR

Directeur des investissements et de la gestion actif-passif chez Aviva France depuis 2012, Philippe Taffin a su amener son expertise au service de l’assureur. Entre tendances fortes, et impact des critères ESG, il livre sa vision de la gestion d’un investisseur institutionnel.

Décideurs. Comment s'inscrit la démarche de la direction des investissements au sein du groupe Aviva France ?

Philippe Taffin. Notre équipe comprend trois pôles, composé d’une quinzaine de collaborateurs. Le premier pôle, constitué de deux personnes, est en charge de suivre la trésorerie de l’ensemble des flux de cash qui interviennent sur chacun des portefeuilles. Concrètement, leur mission consiste en ce que rien ne soit laissé non investi dans les portefeuilles. Ensuite, nous avons une équipe de gestion actif-passif qui est au cœur du réacteur sur la partie gestion des mandats euros. Pour les produits d’assurance-vie et les mandats en euros, il faut que la stratégie de portefeuille soit capable à tout moment de répondre aux besoins de nos clients compte tenu des garanties données aux assurés, tout en prenant en compte les règles énoncées par Solvabilité II. Le rôle central de la gestion actif-passif est de déterminer l’allocation stratégique pour l’ensemble des périmètres. Notre troisième équipe, dédiée à l’activité d’investissement, met en œuvre notre stratégie d’allocation sur le long terme. C’est elle qui met en place les mandats de gestion et les délégations auprès des sociétés de gestion.

Comment se subdivisent vos activités ?

Nos trois périmètres principaux sont composés du portefeuille du Fonds Garanti AFER, fonds dédié à l’Association française d’épargne et de retraite, première association d’épargnants de France qui représente environ 48 milliards d’euros ; du fonds en euros dédié aux contrats Aviva Vie ; et enfin d’Aviva Assurance, qui couvre l’ensemble des produits non vie (multirisque habitation, assurance auto...) quels que soient les réseaux de distribution. Au total, les encours sont d’environ 65 milliards d’euros sur tout le périmètre mandats et de plus de 21 milliards d’euros sur le périmètre « unités de compte ».

Quelle est la spécificité d’une structure comme la vôtre ?

Notre avantage compétitif réside dans le fait que nous sommes une petite équipe très intégrée au groupe. Cela nous offre la capacité d’être rapide et agile, contrairement à d’autres entreprises de grande taille qui seraient contraintes d’intégrer leurs convictions au sein d’un long processus décisionnel qui peut conduire à la perte de certaines opportunités. C’est en partie grâce à cette fluidité que nous pouvons saisir des opportunités d’investissement diversifiées et bien rémunérées.  Un exemple de cette agilité est notre investissement dans le digital lending, qui représente aujourd’hui 80 millions d’euros et dégage des rendements de 4 % sur des prêts de 2 ans et demi en moyenne. Ces chiffres traduisent une rentabilité non négligeable que peu de placements offrent à l’heure actuelle.

Quel regard portez-vous sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ?

Parmi les chantiers entamés cette année et qui se poursuivront en 2019, l’intégration de la dimension ESG climat occupe une place majeure. Aviva avait déjà historiquement des portefeuilles gérés sur des critères ESG et respectant la charte des Nations-Unies ou l’intégration d’une analyse ESG sur les émetteurs. Depuis, grâce à un important travail fait par les équipes d’Aviva Investors, nous avons encore renforcé l’intégration des critères ESG dans le processus de gestion des portefeuilles et pouvons suivre la qualité du portefeuille sur l’ensemble des métriques ESG. Cela signifie qu’à tout moment, le gérant a une description précise de la qualité ESG de son portefeuille et peut ainsi définir des stratégies sur un certain nombre d’axes d’amélioration.

« Nous nous efforçons de pouvoir influer sur les entreprises dans lesquelles nous investissons »

Comment se positionne le groupe Aviva par rapport à la notion de best-in-class ?

Outre l’intégration des critères ESG dans la gestion mandats, nous disposons également au sein de notre gamme en unités de compte des fonds ISR gérés par Aviva Investors France selon l’approche best-in-class. Sur nos OPCVM, cinq OPC sont labélisés ISR (investissement socialement responsable). Nous visons à élargir notre gamme ISR l’an prochain sur les produits en unités de compte destinés à une clientèle de particuliers, mais également sur un certain nombre de fonds dédiés sur nos portefeuilles mandats. Pour parvenir à cet objectif, nous visons tous les actifs possibles, que ce soient les gestions monétaires, obligataires ou actions. Sur la gestion du portefeuille en ligne directe, notre objectif est d’améliorer les choses sur le plan des facteurs extra-financiers, sans forcément s’accrocher à un score ESG théorique à 7 ou 8, mais surtout en s’efforçant de pouvoir influer sur les entreprises dans lesquelles nous investissons.

« Nous visons à élargir notre gamme ISR l’an prochain sur les produits en unités de compte destinés à une clientèle de particuliers »

Comment ses engagements se traduisent-ils dans votre gestion, notamment à propos des secteurs controversés tel que le charbon ?

Il y a la gestion proprement dite et l’engagement, deux notions que l’on ne doit pas dissocier. La politique de gestion des portefeuilles d’Aviva Investors est dominée de longue date par une volonté d’améliorer la qualité et les scores ESG. Pour accentuer cela, un axe stratégique d’amélioration va être fixé à travers les gérants de fonds et les investissements plus ESG tels que les actifs verts, les infrastructures, la dette ou l’equity. Lors de la COP 21, l’engagement d’investir 500 millions d’euros à l’échelle du groupe et 100 millions d’euros au niveau de la France a été pris. C’est un objectif rempli, voire dépassé, car l’investissement du groupe se situe désormais au-dessus de ces chiffres. Au sujet des secteurs controversés, Aviva France a décidé de désinvestir du secteur du tabac ainsi que de réduire son exposition, déjà faible, au charbon, notamment via les producteurs d’énergies fossiles.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui pr...

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

N.Guffroy (Grain de Malice) :  "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe bien"

N.Guffroy (Grain de Malice) : "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe b...

Comme beaucoup d’entreprises du retail, l’entreprise de prêt-à-porter Grain de Malice affronte une forte concurrence et un avenir bien incertain pour...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte