Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’euros au seul bénéfice de ses sociétaires. 40 % de ses investissements en actions le sont en dehors de l’Europe. Un positionnement singulier expliqué par son directeur des investissements, Philippe Rey.
Philippe Rey

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’euros au seul bénéfice de ses sociétaires. 40 % de ses investissements en actions le sont en dehors de l’Europe. Un positionnement singulier expliqué par son directeur des investissements, Philippe Rey.

Décideurs. Avant d’évoquer votre stratégie pour 2019, revenons sur 2018, une année particulièrement difficile pour les marchés actions. Comment avez-vous vécu la chute brutale des principaux indices mondiaux ?

Philippe Rey. L’UMR est un investisseur de long terme ; la durée moyenne de nos engagements est de vingt ans. Tactiquement, nous pouvons ajuster notre allocation à la marge, comme ce fut le cas l’année dernière, alors que les marchés actions ont connu leur pire année depuis 2011. L’optimisme des investisseurs du début d’année n’a pas résisté à l’accroissement du risque politique et le ralentissement synchronisé des principales économies mondiales. Ces craintes, nous les avions assez bien anticipées. Nous nous étions allégés au printemps 2018. En fin d’année, les investisseurs ont sombré dans le pessimisme, tant et si bien que nous avons assisté à un sell off sur les marchés actions mondiaux. Même le marché américain, qui avait jusqu’alors bien résisté, a baissé à partir du quatrième trimestre. En 2018, notre portefeuille d’actions européennes s’est replié de près 14,5%. Notre poche consacrée aux actions internationales a cependant joué son rôle d’amortisseur en ne cédant que 7,8 %. Les valeurs cycliques sont celles qui ont le plus souffert. À l’inverse, le secteur des services publics, de la santé et de l’énergie ont fait preuve d’une belle résistance.

Avez-vous allégé vos positions après le rebond des marchés au cours du premier trimestre 2019 ?

En fin d’année dernière, nous avions le sentiment que la correction était un peu sévère. La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement, et non de récession comme certains investisseurs avaient pu le craindre. Nous nous sommes donc repositionnés de manière marginale en toute fin d’année sur les marchés actions. Les performances de ce début 2019 sont exceptionnelles sur les marchés actions. Ces derniers ont rebondi très rapidement et nous nous sommes donc de nouveau allégés pour écrêter nos plus-values.

« Notre poche consacrée aux actions internationales a joué son rôle d’amortisseur en 2018 »

Malgré votre préférence pour les actions européennes, vous n’hésitez pas à diversifier vos investissements sur d’autres zones géographiques. Quelles parts réprésentent les marchés américains et japonais ? Qu’en est-il de la Chine ?

Plus de 40 % de nos investissements en actions le sont en dehors de l’Europe. Les États-Unis sont la première puissance mondiale et les voyons comme une zone de refuge davantage recherchée lorsque les marchés financiers sont secoués. Notre exposition globale à cette zone est légèrement supérieure à 26 %. Le Japon représente entre 4 ou 5 % de notre allocation. Malgré les problèmes de vieillissement de la population et du manque de main-d’œuvre, le pays fait partie des économies intéressantes, en partie décorrélé des autres zones géographiques. Outre nos expositions marginales sur le Canada et l’Australie, 10 % de notre portefeuille actions est investi sur les émergents, dont une majorité sur la Chine. Un attrait qui vise à la fois les grandes sociétés chinoises de croissance comme des actions d’entreprises locales gérées par des spécialistes.

Le segment de la dette privée est-il aujourd’hui attractif ? Comment gérez-vous les risques associés à ces investissements ?

La France est le deuxième marché européen de la dette privée. Nous investissons sur cette thématique par l’intermédiaire de fonds spécialisés, principalement sur la dette senior, et de façon plus modeste sur la dette mezzanine et l’unitranche. Dès 2012, nous nous étions par exemple positionnés sur les premiers Euro Private Placement (Euro PP). Nos engagements portent sur des tickets allant de 10 à 20 M€. Les fonds sur lesquels nous sommes investis sélectionnent une dizaine d’ETI et proposent un taux de rendement net oscillant entre 3 % et 3,5 %. Nous sommes très vigilants lorsque nous réalisons nos due diligence. Nous vérifions notamment la capacité des sociétés de gestion à bien mesurer les taux de défaut hypothétiques et le taux d’endettement des sociétés financées. Un regard très soutenu est également porté sur les aspects juridiques.

Propos recueillis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Guillaume Dard (Montpensier Finance) : "Donald Trump s’impatiente devant les tergiversations chinoises"

Guillaume Dard (Montpensier Finance) : "Donald Trump s’impatiente devant les tergiversations chinois...

Le pause des banques centrales dans leur politique de resserrement monétaire et la poursuite des discussions sino-américaines peuvent-ils faire oublie...

V. Roussel : "Nous offrons à l'Etat une sécurité juridique"

V. Roussel : "Nous offrons à l'Etat une sécurité juridique"

En pleine deuxième vague de dévolution du patrimoine immobilier universitaire, Vincent Roussel, Notaire à Paris, fait un point sur la mission essentie...

F. Priest (Colas Rail) : "Faciliter l’accès à des solutions de mobilité durable est essentiel"

F. Priest (Colas Rail) : "Faciliter l’accès à des solutions de mobilité durable est essentiel"

Colas est une entreprise française de travaux publics, dont la filiale Colas Rail, s’est spécialisée dans les travaux ferroviaires. Construction de la...

F.Duval (Amazon France) : "Nous avons investi plus de deux milliards d’euros en France depuis 2010"

F.Duval (Amazon France) : "Nous avons investi plus de deux milliards d’euros en France depuis 2010"

Impôts, enjeux du numérique, stratégies… Nous avons rencontré Frédéric Duval, Country manager d'Amazon France, pour faire le point alors que la filial...

E. Cosserat (Perial) : "Les incertitudes liées au Brexit redistribuent les cartes"

E. Cosserat (Perial) : "Les incertitudes liées au Brexit redistribuent les cartes"

Avec une collecte de 2,085 Md€ au premier trimestre 2019, les SCPI ont le vent en poupe. Faut-il s'en inquiéter ? Comment les sociétés de gestion s'ad...

Bernard Arnault, l'homme qui vaut 100 milliards de dollars

Bernard Arnault, l'homme qui vaut 100 milliards de dollars

Le PDG de LVMH a commencé sa carrière à 25 ans dans l’entreprise familiale. 45 ans plus tard, le voilà à la tête de la plus grosse fortune d’Europe. C...

N. Hubert (Milleis Banque) : " L’humain doit être remis au cœur de la banque privée "

N. Hubert (Milleis Banque) : " L’humain doit être remis au cœur de la banque privée "

En mai 2018, Barclays France est devenu officiellement Milleis Banque avec à son capital le fonds d’investissement britannique spécialisé dans le sect...

P. Bataillard (Edenred) : "Un des enjeux du directeur financier c’est d’être un bon communiquant"

P. Bataillard (Edenred) : "Un des enjeux du directeur financier c’est d’être un bon communiquant"

Arrivé en pleine réorganisation de la direction du groupe Edenred, Patrick Bataillard est à la tête de la DAF du groupe depuis novembre 2015. Il nous...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message