Philippe Ginestié (Gino LegalTech) : "Le temps de la legaltech est venu"

Philippe Ginestié (Gino LegalTech) : "Le temps de la legaltech est venu"

Gino LegalTech est l’une des plus anciennes pépites du marché français de la legaltech. Son fondateur, l’avocat Philippe Ginestié, nous soumet son analyse des mois écoulés et sa vision de l’avenir. Entre ambition et ténacité.

Décideurs Juridiques. La legaltech sortira-t-elle renforcée de cette crise sanitaire?

Philippe Ginestié. Le confinement a généralisé l’utilisation des technologies, et ce, dans les domaines professionnels et privés. Beaucoup ont découvert le caractère libérateur des technologies, mais aussi leurs limites. Les visio-conférences peuvent être d’une efficacité redoutable et enthousiasmantes, mais elles favorisent moins l’intelligence collective que les réunions physiques, les rencontres dans les couloirs de bureaux, les discussions autour d’un café. Elles voilent l’expression corporelle et tendent à limiter la relation au strict agenda de la réunion. Elles sont des facilités majeures, mais il faudra apprendre à ne pas en abuser. Un monde sans odeur s’exposerait à être sans souffle. Les technologies sortent renforcées de cette drôle de période. Les legaltechs bénéficieront de cette évolution générale.

Avez-vous le sentiment qu’un budget supplémentaire sera débloqué par les directions juridiques pour se digitaliser à l’avenir ?  

La digitalisation des directions juridiques est le fait de beaucoup de directeurs juridiques qui se passionnent pour le sujet. Ils intègrent dans la gestion de leur activité la révolution par les technologies de la pratique du droit et, in fine, du droit lui-même, la mutation progressive de toutes les activités humaines vers des activités homme + machine.

La digitalisation des directions juridiques est fortement favorisée par les responsables de la transformation numérique nommés dans tous les groupes importants, les départements juridiques étant encore ceux qui bénéficient le moins des technologies. Le temps de la legaltech est venu.

Les technologies sortent renforcées de cette drôle de période. Les legaltechs bénéficieront de cette évolution générale.

Par ailleurs, les appels d’offres se multiplient. Gino LegalTech vient d’en remporter plusieurs qui ont mis en concurrence les principaux acteurs mondiaux de la gestion du cycle de vie des contrats.

L’intégration du legal design dans les outils des différents segments est-elle une réalité ?

Le legal design, ou plus généralement le design thinking, est la recherche de l’intuitivité en tout domaine. C’est l’inverse de la pédanterie. Longtemps, un langage ampoulé, savant, incompréhensible par le commun des mortels était le signe de ­l’intelligence. C’était l’époque où les juristes fleurissaient leurs discours d’expressions latines et de mots techniques inconnus du public. Aujourd’hui, ­l’attitude est inversée. Il faut faire simple et clair : quel progrès et quel challenge ! Cette approche envahit progressivement tous les pans du droit et de la legaltech, des tutoriels à la rédaction des contrats. C’est le retour à Boileau : ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. C’est une véritable et bonne ascèse.

Est-ce que Gino LegalTech accompagne déjà des clients à l’étranger ?

Nous travaillons depuis longtemps avec Imerys, leader mondial des spécialités minérales pour l’industrie. Nous accompagnons ce groupe implanté dans une quarantaine de pays, grâce au déploiement progressif de Gino en Amérique du Nord et du Sud et prochainement en Asie.

Nous espérons bien que l’Europe produira plusieurs grands acteurs. La legaltech a le mérite.

Existe-t-il un effet made in France ?

La culture française de la codification est très favorable à l’exercice. Mais nous devons nous battre contre des géants, en particulier américains. Notre stratégie est inspirée de celle d’une entreprise que je conseille en tant qu’avocat, Hermès. Son génie : être une multinationale de l’artisanat, qui n’a jamais perdu l’amour du produit fait par des mains d’hommes pour des hommes. C’est fort ! Si nous savons conserver notre capacité à nous adapter à chacun de nos clients tout en leur apportant un service complet, nous relèverons le défi.

Pensez-vous que les institutions européennes donneront naissance à un géant de la legaltech ?

Nous espérons bien que l’Europe produira plusieurs grands acteurs. La legaltech a le mérite. Les cerveaux et l’esprit d’entreprise y sont présents. Dans notre secteur, nous pensons que dans cinq à dix ans, le marché de la gestion du cycle de vie des contrats sera concentré entre les mains de trois ou quatre acteurs. Notre défi est d’être l’un d’eux.

Propos recueillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech : les voyants sont au vert

Mappemonde par segment, bilan des financements, actions communes, projets & développements... Décideurs Juridiques réunit les principaux indices de réussite auprès des acteurs et des observateurs de la legaltech.
Sommaire Clémence Arto (Doctrine) : "Plus on a de données, plus performant sera l’algorithme qui ciblera les recherches" Les nouveaux acteurs et les nouveaux produits de la legaltech M.Brogli (DPO Consulting) : "Les directions juridiques devraient être au centre des réflexions stratégiques de l’entreprise" Du legal design jusque dans la legaltech Grégoire Debit (Closd) : "Réduire le nombre d’outils utilisés est un besoin formulé par de nombreux acteurs" Huissiers et notaires : une digitalisation à rythme différé L’Europe, terre promise de la legaltech française C.Roquilly (Edhec) : "Les machines sauront faire de plus en plus de choses, nous devons avoir confiance en elles" La regtech, un univers à part L'avenir de la legaltch française : le débat en podcast
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message