Philippe Arraou (BDO France) : « L’expert-comptable sera de plus en plus expert et de moins en moins comptable »

Depuis sa création il y a dix ans, BDO France a connu une croissance rapide et compte bien continuer sur sa lancée. Ancien président de l’ordre des experts-comptables, Philippe Arraou apporte au groupe sa connaissance du marché et de ses acteurs. Il succède à Michel Léger, qui reste actif au sein de la société et devient président du conseil de surveillance.

Depuis sa création il y a dix ans, BDO France a connu une croissance rapide et compte bien continuer sur sa lancée. Ancien président de l’ordre des experts-comptables, Philippe Arraou apporte au groupe sa connaissance du marché et de ses acteurs. Il succède à Michel Léger, qui reste actif au sein de la société et devient président du conseil de surveillance.

Décideurs. Dans quel état d’esprit êtes-vous au moment de prendre la relève de Michel Léger ?

Philippe Arraou. Je suis très enthousiaste et très optimiste pour l’avenir de BDO à court terme. Il y a pour moi une suite logique à mon action des dernières années pour la profession. En étant à la tête de l’Ordre, j’ai pris la mesure des challenges en cours. Entre l’arrivée du numérique, le développement croissant du besoin de conseil et l’internationalisation galopante des affaires, nous vivons une véritable révolution. Ce phénomène touche toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, et tous les cabinets. Je pense qu’il sera de plus en plus difficile pour un petit cabinet de rester isolé, des connexions ou rapprochements s’imposent aujourd’hui. BDO France a déjà bien avancé sur le chemin de la transition vers une nouvelle offre de services, et je vois comme un avantage de pouvoir bénéficier de l’expérience technologique des grands comptes pour adapter l’offre de services aux PME.

Quels sont vos objectifs en termes de croissance ?

Nous souhaitons continuer sur la lancée insufflée par Michel Léger. D’ici cinq ans, notre objectif est de doubler notre chiffre d’affaires. Nous souhaitons que BDO France ait la même position que le réseau mondial, à savoir la cinquième place derrière les « Big 4 ».

« Nous vivons une véritable révolution »

Quel sera votre stratégie pour maintenir un développement soutenu ?

Nous avons déterminé trois axes. Le premier se concentre sur la croissance externe. Si l’on regarde la carte de France, nous ne sommes pas encore présents dans toutes les régions, alors que l’offre BDO est parfaitement adaptée aux marchés régionaux et locaux, comme le montrent nos nombreux cabinets qui sont essentiellement de petites entités. Je suis convaincu que le modèle BDO convient aux besoins des petits cabinets du fait de nos règles de gouvernance qui accordent une grande autonomie à chacun. Le réseau BDO est à la fois international et local. Et ce n’est pas qu’un slogan, c’est une réalité.

Notre deuxième axe est de développer de nouvelles missions. Grâce au numérique, l’expert-comptable sera de plus en plus expert et de moins en moins comptable. À ce titre, le système d’information de l’entreprise devient le centre d’intérêt de notre fonction. Cela exige de disposer de ressources humaines adaptées. BDO a construit sa stratégie sur un écosystème de compétences pluridisciplinaires : audit et finance, comptabilité et gestion, analyse de données, fiscalité mais aussi gestion de patrimoine, expertise sociale et conseil en ressources humaines… Nos nouveaux locaux, avenue de la Grande-Armée à Paris, facilitent la fluidité et l’intégration de la diversité des compétences. Nous souhaitons encourager les échanges entre les différents métiers qui sont enfin réunis dans un même lieu.

Le troisième axe est l’international avec l’appui et le soutien d’un réseau mondial très puissant. C’est une source de développement pour notre activité, à condition de bien nous adapter à une demande qui n’est pas tout à fait la même que celle du marché national.

Envisagez-vous de réaliser des acquisitions dans le secteur du conseil ?

Nous ne nous interdisons rien. En revanche, mon expérience m’a appris que l’on a parfois plus intérêt à faire des partenariats que d’intégrer des ressources. Le maître mot aujourd’hui est l’agilité. Il faut aller vite et conserver de la souplesse dans ce monde digital. Une chose est sûre, nous aurons une activité très chargée en 2018.

Propos recueillis par Vincent Paes

 

Le réseau BDO en chiffres

2007 : date de création de BDO France.

1 200 : le nombre de collaborateurs en France.

68 000 salariés au niveau mondial répartis dans 157 pays et 1 328 bureaux.

7,6 MD$ : le chiffre d’affaires généré par le réseau mondial

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

SmartRH BI et SmartCare,  les solutions de BI dédiées  aux Ressources Humaines

SmartRH BI et SmartCare, les solutions de BI dédiées aux Ressources Humaines

En 2015, 28 % des décideurs interrogés par Markess déclarent utiliser au moins une solution en mode SaaS dans les domaines du reporting social. En eff...

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Pleinement engagée pour sa ville, la maire de Calais veut définitivement tourner la page de la crise migratoire, afin de rendre au territoire son attr...

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

Le spécialiste français du conseil en service numérique compte dépasser la barre de 100 M€ de revenus dès 2019.

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière dans les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation conce...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message