Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. »

La Société Française des Sélectionneurs de Fonds a récemment vu le jour, sous l’impulsion de son président Philippe Sarica. Entre pédagogie et travail de recherche, la nouvelle association entend participer à une meilleure compréhension de l’environnement financier.
Philippe Sarica, également spécialiste de la finance émotionnelle, revient pour nous sur la génèse de la SF2.

© DR

La Société Française des Sélectionneurs de Fonds a récemment vu le jour, sous l’impulsion de son président Philippe Sarica. Entre pédagogie et travail de recherche, la nouvelle association entend participer à une meilleure compréhension de l’environnement financier. Philippe Sarica, également spécialiste de la finance émotionnelle, revient pour nous sur la génèse de la SF2.

Décideurs. Vous êtes à l'initiative de la création de la SF2. De nombreuses associations coexistent à ce jour sur la Place, quelles seront les particularités de la Société Française des Sélectionneurs de Fonds ? 

Philippe Sarica. Notre projet n’est pas nouveau. J’avais imaginé de monter l’association il y a une dizaine d’année, déjà. Nous l’avons fait aujourd’hui avec une trentaine de professionnels fondateurs. L’originalité de notre association est de regrouper toutes et tous les professionnels qui se spécialisent dans la sélection des fonds, et de leurs gérants. Les principaux motifs de sa création relèvent d’abord, de notre désir de mieux situer cette activité dans le panorama français et européen, puis, de la faire reconnaitre comme un apport essentiel afin de mieux gérer son épargne et, enfin, à traiter des besoins communs et spécifiques de la diversité des acteurs : entreprises financières et pourquoi pas particuliers, en mal d’éducation financière.

Quelles sont les conditions requises pour devenir membre ? 

L’adhésion se fait à titre individuel. Il faut simplement être ou avoir été sélectionneur de fonds ; il faut faire acte de candidature et verser une cotisation annuelle. Pour le reste l’admission se fait par approbation du bureau de l’association au vu de l’expérience professionnelle du candidat. Outre la France, nous comptons sur des correspondants en Europe.

Comment s'organisera le travail de l'association ? 

Nous ouvrons trois commissions respectivement consacrées à la recherche, à la formation et aux meilleures pratiques de place. La recherche devrait avoir une place prépondérante, en particulier avec les développements d’analyse comportementales et émotionnelles ; la formation mettra en place progressivement des modules de formation de sensibilisation et d’expertise concernant la lecture des documents, la mise en place d’un observatoire quantitatif et qualitatif ainsi que l’intégration de la dimension comportementale au sein des sélection de fonds; les meilleures pratiques viseront à présenter les marges de progression de la place de Paris dans ce domaine.

La sélection de fonds va de paire avec les convictions du gérant…

Bien sûr ! Ce point est essentiel. En soi, la sélection d’un fonds c’est aussi sélectionner un gérant. Une fois le diagnostic du fonds établi avec sa dimension quantitative, accompagné de toutes les métriques nombreuses, diverses et variées à notre disposition et aussi une fois agrémenté de toutes les subtilités qualitatives nécessaires pour évaluer de la constance, de la régularité de la performance du fonds et des risques pris. Les convictions du gérant entrent en résonnance avec le style de gestion du fonds dont lui et son équipe ont la responsabilité. Il s’agit d’une dimension supplémentaire, comportementale et émotionnelle que nous aimerions mieux circonscrire pour aider les professionnels à préciser l’analyse du fonds ainsi que l’utilisation que nous en ferons ensuite au sein d’un compte ou d’un fonds de fonds.

On assiste aujourd'hui à une recrudescence du recours à la gestion passive. Quelle est votre analyse du phénomène ? 

La gestion passive est une manière de maitriser les profonds changements que connaissent les marchés financiers depuis la révolution numérique et tertiaire. L’approche quantitative rassure puisqu’il s’agit de sélectionner les titres qui font l’histoire du jour des marchés financiers du moment et de leurs indices de référence et qui souvent n’existaient pas il y a dix ans. La gestion passive progresse aussi du fait de la place croissante des transactions à haute fréquence et des transactions robotisées. Pour autant, la gestion active reste selon nous une source de performance importante. Même si comme chacun le sait, il est très difficile de battre le marché de manière continue et sut toutes les périodes. La compétence d’un bon sélectionneur doit lui permettre de trouver les fonds qui sur performent dans certaines circonstances. Comme un manager sportif il doit constituer une équipe dans laquelle le collectif apporte une valeur ajoutée.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de chan...

Mazars en France a donné la parole à 2 143 Français concernant leurs attentes vis-à-vis des entreprises en 2021, dans un contexte de sortie de crise....

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte