Pétrole : au pays de l'or, l'incertitude reste reine

L'or noir a retrouvé des couleurs. La remontée récente des cours de l'hydrocarbure, en stagnation depuis près de deux ans, laisse entrevoir aux majors du pétrole un horizon plus dégagé.

L'or noir a retrouvé des couleurs. La remontée récente des cours de l'hydrocarbure, en stagnation depuis près de deux ans, laisse entrevoir aux majors du pétrole un horizon plus dégagé.

Après avoir atteint un point bas à 30 dollars début 2016, le Brent est reparti à la hausse à l'hiver 2017 pour se stabiliser autour de 60 dollars, avec un pic au dessus des 70 dollars en mars 2018.

 

Une production mondiale sous contrôle

Cette hausse des cours tient à l'agrégation de plusieurs facteurs, au premier rang desquels l'accord de réduction des quotas mis en place en 2016 par l'Opep et ses partenaires, dont la Russie, et prolongé fin 2017. Dans le prolongement de ce système de quotas, instauré pour soutenir les cours, Moscou et Riyad seraient même sur le point de signer un accord de long terme. Cette alliance des plus improbables aurait pour but de mieux contrôler l'offre mondiale de pétrole et ainsi de limiter le risque d'un nouveau contre-choc pétrolier. Le contexte géopolitique houleux au Moyen-Orient, en particulier le regain des tensions avec l'Iran, ainsi que les velléités de protectionnisme outre-Atlantique viennent également nourrir cette tendance haussière.

 

Le schiste américain : régulateur des cours

Cependant, et malgré ce regain de dynamisme inespéré il y a encore un an, le contexte, notamment du côté des USA, incite à la prudence quant au maintien des cours. En 2018, la production américaine de pétrole de schiste a dépassé les 10 millions de barils par jour, dépassant ainsi l'Arabie saoudite. En fin d'année, elle devrait même dépasser les 11 millions, propulsant l'oncle Sam au rang de premier producteur mondial devant la Russie, et agissant dès lors comme un véritable régulateur des cours, de par sa grande souplesse.

 

Les pétroliers restent prudents

Face à ces incertitudes et malgré la remontée du cours, les pétroliers, qui ont pour la plupart restauré leurs profits en 2017, font montre d'une grande prudence et maintiennent leurs plans de réduction des coûts engagés il y a maintenant deux ans. Patrick Pouyanné, P-DG de Total, rappelle que la « volatilité » règne toujours sur ce marché, alors que les analystes d'ING allaient jusqu'à affirmer, en janvier dernier, que « les fondamentaux du marché restent baissiers ».  Globalement, les établissements anticipent en moyenne un brent à 58,98 dollars en 2018 et à 61,44 dollars en 2019, selon le consensus de Bloomberg. Quant à la demande mondiale de pétrole, celle-ci devrait continuer de croître jusqu'en 2023, selon les prévisions de l'Agence internationale de l'énergie, portée par la reprise de l'industrie pétrochimique américaine et les besoins énergétiques chinois.

 

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le match du Brexit : Paris vs Londres

Le match du Brexit : Paris vs Londres

Alors que le Premier ministre britannique rencontre Emmanuel Macron, Paris et Londres sont plus que jamais en concurrence pour la place de première vi...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

Aux yeux de Matias Möttölä 2018 aura été une année décevante mais pas désastreuse pour les fonds long/short Actions Europe. En moyenne, ils ont perdu...

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

Cette acquisition, valorisée à 27 milliards de dollars, permettra à la LSE de concurrencer l’américain Bloomberg, le géant des données financières.

R.Leban (CGPC) : "Les CGP n’ont pas conscience des enjeux autour de la gestion du patrimoine des personnes vulnérables"

R.Leban (CGPC) : "Les CGP n’ont pas conscience des enjeux autour de la gestion du patrimoine des per...

L’Association française des conseils en gestion de patrimoine certifiés (CGPC) compte près de 1 700 membres et a certifié plus de 2 600 professionnels...

Taxe Gafa : Amazon contre-attaque

Taxe Gafa : Amazon contre-attaque

Explicitement visé par l’adoption de la taxe Gafa, Amazon a choisi de riposter. En prévoyant de répercuter le coût du nouvel impôt sur les vendeurs fr...

F. Puzin (Corum AM) : "L’immobilier n’est en rien une valeur refuge"

F. Puzin (Corum AM) : "L’immobilier n’est en rien une valeur refuge"

Les prix de l’immobilier de bureaux parisiens s’envolent tandis que les SCPI collectent toujours plus. Une situation qui inquiète Frédéric Puzin, le p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message