Pétrole : au pays de l'or, l'incertitude reste reine

L'or noir a retrouvé des couleurs. La remontée récente des cours de l'hydrocarbure, en stagnation depuis près de deux ans, laisse entrevoir aux majors du pétrole un horizon plus dégagé.

L'or noir a retrouvé des couleurs. La remontée récente des cours de l'hydrocarbure, en stagnation depuis près de deux ans, laisse entrevoir aux majors du pétrole un horizon plus dégagé.

Après avoir atteint un point bas à 30 dollars début 2016, le Brent est reparti à la hausse à l'hiver 2017 pour se stabiliser autour de 60 dollars, avec un pic au dessus des 70 dollars en mars 2018.

 

Une production mondiale sous contrôle

Cette hausse des cours tient à l'agrégation de plusieurs facteurs, au premier rang desquels l'accord de réduction des quotas mis en place en 2016 par l'Opep et ses partenaires, dont la Russie, et prolongé fin 2017. Dans le prolongement de ce système de quotas, instauré pour soutenir les cours, Moscou et Riyad seraient même sur le point de signer un accord de long terme. Cette alliance des plus improbables aurait pour but de mieux contrôler l'offre mondiale de pétrole et ainsi de limiter le risque d'un nouveau contre-choc pétrolier. Le contexte géopolitique houleux au Moyen-Orient, en particulier le regain des tensions avec l'Iran, ainsi que les velléités de protectionnisme outre-Atlantique viennent également nourrir cette tendance haussière.

 

Le schiste américain : régulateur des cours

Cependant, et malgré ce regain de dynamisme inespéré il y a encore un an, le contexte, notamment du côté des USA, incite à la prudence quant au maintien des cours. En 2018, la production américaine de pétrole de schiste a dépassé les 10 millions de barils par jour, dépassant ainsi l'Arabie saoudite. En fin d'année, elle devrait même dépasser les 11 millions, propulsant l'oncle Sam au rang de premier producteur mondial devant la Russie, et agissant dès lors comme un véritable régulateur des cours, de par sa grande souplesse.

 

Les pétroliers restent prudents

Face à ces incertitudes et malgré la remontée du cours, les pétroliers, qui ont pour la plupart restauré leurs profits en 2017, font montre d'une grande prudence et maintiennent leurs plans de réduction des coûts engagés il y a maintenant deux ans. Patrick Pouyanné, P-DG de Total, rappelle que la « volatilité » règne toujours sur ce marché, alors que les analystes d'ING allaient jusqu'à affirmer, en janvier dernier, que « les fondamentaux du marché restent baissiers ».  Globalement, les établissements anticipent en moyenne un brent à 58,98 dollars en 2018 et à 61,44 dollars en 2019, selon le consensus de Bloomberg. Quant à la demande mondiale de pétrole, celle-ci devrait continuer de croître jusqu'en 2023, selon les prévisions de l'Agence internationale de l'énergie, portée par la reprise de l'industrie pétrochimique américaine et les besoins énergétiques chinois.

 

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Ancienne avocate au barreau de Paris et spécialiste du règlement des litiges pour les entreprises, Sophie Henry est déléguée générale du CMAP depuis 2...

Le M&A tire les performances de Lazard

Le M&A tire les performances de Lazard

Malgré une année difficile sur les marchés de la gestion d’actifs, la banque d’affaires garde le sourire grâce aux opérations de fusions-acquisitions....

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie  des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale »

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approc...

Plusieurs universités françaises ont enclenché la dévolution de leur patrimoine immobilier, comme le prévoit la LRU. Successivement consultant « finan...

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Le groupe audiovisuel renforce son offre destinée à la jeunesse alors que Lagardère continue de réduire son exposition aux médias.

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Une acquisition à parité qui renforce les synergies au sein du groupe Globalise.

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

Les récents événements climatiques n’ont pas fait fondre que les glaciers de l'Antarctique. Les mauvais chiffres de la croissance allemande au second...

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Dans la cadre du projet d’OPA, les deux banques d’affaires sont attaquées au civil par la Scor. Et c’est une autre banque, Credit Suisse, qui a alimen...

M&A : l’Europe valide 2018 avec mention

M&A : l’Europe valide 2018 avec mention

Au niveau mondial, le M&A s’est davantage distingué par ses deals en hausse que par ses performances. Seule l’Europe a réussi une vraie belle anné...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message