Perrine Bismuth (FrenchFood Capital) : « La force pour accélérer vient souvent du réseau »

Lancé en juillet 2017, FrenchFood Capital a choisi de se concentrer sur un secteur : l’alimentaire. Perrine Bismuth, associée fondatrice, revient sur la stratégie du fonds d’investissement et ses ambitions pour les années à venir.

© Yann Audic

Perrine Bismuth, founding partner, FrenchFood Capital

Lancé en juillet 2017, FrenchFood Capital a choisi de se concentrer sur un secteur : l’alimentaire. Perrine Bismuth, associée fondatrice, revient sur la stratégie du fonds d’investissement et ses ambitions pour les années à venir.

Décideurs. Quelle est la genèse de FrenchFood Capital ?

Perrine Bismuth. Nous sommes partis de deux constats. Le premier est que l’agroalimentaire est le premier secteur économique français et se compose à 90 % de TPE et de PME, qui réalisent environ 50 % du chiffre d’affaires global du marché et pèsent pour un tiers des exportations. Il y a donc un véritable enjeu pour faire de ces entreprises des ETI tournées vers l’international. Le deuxième est que le consommateur change sa manière de s’alimenter, aussi bien dans l’assiette que dans les usages entourant l’acte de restauration. Nous considérons que la valeur de marque est un vrai atout pour les entreprises et sommes très attentifs à leur capacité à répondre à ces nouvelles attentes des consommateurs.

Avec quel type d’entreprises souhaitez-vous travailler ?

Nous avons levé un fonds d’une taille de 100 millions d’euros, avec un premier closing à 70 millions d’euros en juillet dernier. Notre objectif est d’investir des tickets de 3 à 10 millions d’euros dans des entreprises que nous pourrons aider à grandir. Nous avons réalisé un premier investissement dans « Thierry Marx, La Boulangerie » en novembre 2017, avec pour objectif d’ouvrir une vingtaine de points de vente en cinq ans. Notre vision de la thématique alimentaire est large. Nous nous intéressons beaucoup aux marques et à leur relation avec les consommateurs. Nous pouvons ainsi investir dans la distribution, la restauration, le retail, mais aussi les services BtoB comme la logistique ou le packaging.

« Deux tiers de nos investisseurs sont des entrepreneurs, des familles et des corporate »

Qu’apportez-vous à ces entreprises ?

Les PME et TPE peinent souvent à se développer. Cela peut être dû en partie à un manque de financement, mais les dirigeants ont surtout besoin d’une expertise opérationnelle et d’une mise en réseau. Nous avons conçu une équipe atypique, très entrepreneuriale. Les trois fondateurs sont Laurent Plantier, ancien associé d’Alain Ducasse, Paul Moutinho, ex-membre du directoire de Naxicap Partners, et moi-même, créatrice d’entreprise dans le secteur de l’alimentation durable. Plus récemment, Denis Hennequin, ancien dirigeant de McDonald’s Europe et du groupe Accor, a rejoint l’équipe. Nous savons que la force pour accélérer vient souvent du réseau. Deux tiers de nos investisseurs sont des entrepreneurs, des familles et des corporate. Nous nous sommes également entourés de beaucoup d’entrepreneurs non-investisseurs afin de créer un écosystème. Ce sont ces échanges, ces contacts et ces retours d’expérience qui manquent particulièrement aux entreprises de l’alimentaire, souvent familiales, qui se sont développées, pour beaucoup d’abord localement et n’ont pas toutes les clés pour accélérer à plus grande échelle.

Quelles tendances identifiez-vous sur le marché de la food ?

Nous pensons que le consommateur veut mieux manger, d’où l’émergence de plusieurs tendances, parmi lesquelles la naturalité, la traçabilité, le bio. Les usages se transforment aussi, avec un impact qui ne se résume par au domaine de la livraison mais touche aussi, par exemple, tout le secteur de la logistique alimentaire. Nous voyons également une volonté de reconnexion avec la terre agricole. Le sous-jacent fort de cette « révolution food » est de retrouver la relation de confiance entre le consommateur et son alimentation. Les marques joueront à cet égard un rôle essentiel.

Vous avez développé une politique RSE forte. En quoi consiste-t-elle ?

Nous avons en effet développé un référentiel spécifique à notre secteur que nous utilisons en due diligence pour identifier les risques auxquels sont exposées les entreprises. L’alimentaire est un secteur dans lequel il peut y avoir des crises d’envergure. Nous avons donc élargi les critères ESG classiques en y ajoutant d’autres facteurs essentiels : les fournisseurs, les clients et la question du gaspillage alimentaire notamment. Cette analyse nous permet de cerner les zones de risque et de mettre en place des actions afin de les prévenir, mais aussi d’identifier les points de différenciation des sociétés. Lorsque nous investissons, nous choisissons avec le dirigeant certains indicateurs qui ont du sens pour son business, qu’il s’engage à piloter tout au long de la participation.

Propos recueillis par Camille Prigent

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Le millésime 2019 de Patrimonia fut l'occasion d'échanger à la fois sur l'avenir du métier de CGP et sur la pertinence des choix d'allocation à opérer...

Fintech : une régulation à ne pas manquer

Fintech : une régulation à ne pas manquer

L’avalanche de règles qui s’est abattue sur les banques depuis la crise de 2008 avait pour but de sécuriser les échanges financiers et de protéger les...

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

À l’occasion de son troisième anniversaire, Yomoni présentait ses résultats dans le cadre privilégié de la joaillerie Courbet.

Robert Ophèle  (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Robert Ophèle (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Le régulateur a-t-il un rôle d’accompagnateur ou de contrôleur ? En matière d’innovation, l’Autorité des marchés financiers (AMF) se positionne ouvert...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message