Paul Hermelin (Capgemini) « Pour rester leader, il faut oser faire de vrais choix »

Dans le secteur très concurrentiel des services informatiques, Capgemini affiche une croissance insolente. Son P-DG, Paul Hermelin, ne compte pas pour autant se reposer sur ses lauriers. Après l’acquisition historique d’Igate, il garde les yeux rivés sur l’avenir, sa recette pour ne pas être distancé.

Dans le secteur très concurrentiel des services informatiques, Capgemini affiche une croissance insolente. Son P-DG, Paul Hermelin, ne compte pas pour autant se reposer sur ses lauriers. Après l’acquisition historique d’Igate, il garde les yeux rivés sur l’avenir, sa recette pour ne pas être distancé.

Décideurs. Au troisième trimestre, la croissance du chiffre d’affaires de Capgemini dépasse 17 %. Allez-vous réaliser une année record ?

Paul Hermelin. Cette année, nous bénéficions d’un effet de change très favorable, d’une demande en hausse et d’une acquisition. Mais ce qui importe vraiment derrière ces 17 %, c’est notre croissance organique (1,5 %), la valeur que nous créons avec nos propres forces. Et pour l’instant, elle n’est pas suffisante. Nous visons une progression annuelle de 5 % à 7 %. Cela n’exclut pas les acquisitions, comme celle d’Igate, mais elles ne sont pertinentes que si elles permettent de créer de la valeur supplémentaire.

 

Décideurs. Vous évoquez Igate, que change cette acquisition pour le groupe ?

P. H. Grâce à Igate, nous prenons de l’importance dans deux pays stratégiques : les États-Unis et l’Inde. En Amérique du Nord, nos revenus progressent ainsi de 35 % et nous nous hissons à la douzième place du secteur. En Inde, nous allons dépasser les 100 000 collaborateurs, un chiffre symbolique dans ce pays qui forme 400 000 ingénieurs par an. Nous n’acquérons pas Igate pour faire des synergies de coûts mais parce que nous sommes parfaitement complémentaire. Sur ses 275 clients, seuls trois étaient aussi clients de Capgemini. 

 

Décideurs. Envisagez-vous d’autres acquisitions de ce type dans un futur proche ?

P. H. Nous gardons les yeux ouverts en particulier sur les entreprises qui pourraient nous apporter une technologie dans des domaines où notre offre est encore limitée comme ceux du marketing digital ou de la cybersécurité.

 

Décideurs. Dans un secteur qui évolue très rapidement, comment maintient-on son leadership ?

P. H. Il y a deux recettes principales. L’une est de toujours regarder vers l’avant, d’interroger l’avenir. Nous avons installé des centres de recherche partout dans le monde à cette fin. La seconde est d’oser faire de vrais choix. Une entreprise ne peut pas tout faire ou elle risque de faire tout moyennement.

 

Décideurs. Cela suffit-il à expliquer votre insolente bonne santé par rapport à certains de vos concurrents ?

P. H. La question fondamentale est celle du business model. Nous avons parié sur le cloud alors que nombre de nos concurrents sont encore lestés par des contrats importants d’infogérance hérités des années 1990 et très coûteux en hardware aujourd’hui. Or l’approche de nos clients a changé. Ce qui compte désormais c’est le service et donc l’usage. Les entreprises veulent voir tout de suite des « résultats business ». Signe de ce changement : 35 % à 40 % des investissements informatiques des entreprises ne se font plus dans les directions SI.

 

Décideurs. Vous répétez que l’informatique est passé d’un « mode défensif » à un « mode offensif », qu’entendez-vous par là ?

P. H. Initialement, les entreprises ont surtout utilisé l’informatique pour réduire leurs coûts et gagner en compétitivité. Depuis 2011 aux États-Unis, un autre usage se développe. L’informatique est devenue un instrument de conquête. Il n’y a qu’à voir Uber. Aujourd’hui, ce mouvement s’accélère en Europe avec le développement des véhicules connectés ou des logiciels de cartographie.

 

Décideurs. Le phénomène d’uberisation vous inquiète-t-il ?

P. H. Nous vivons une période où plusieurs ruptures se produisent en même temps : dans le cloud, la mobilité et le big data. Dans ce contexte, une personne qui connaît les données et sait les exploiter peut s’imposer dans un secteur et le bouleverser. L’uberisation en fait partie. Le phénomène consiste à acheter l’usage d’un bien plutôt que d’en être propriétaire. Et pour optimiser les usages, rien ne vaut l’informatique. Pour nous, c’est plutôt une bonne nouvelle.

 

Propos recueillis par Jean-Hippolyte Feildel

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les 100 meilleurs dirigeants France et International 2019

Leadership, culte de la performance, vision... Qu’ils soient à la tête de licornes, de Gafa ou encore de groupes industriels, les dirigeants d’entreprise possèdent un ensemble de qualités. Mais qui sont-ils vraiment? Réponse dans le palmarès inédit des « 100 meilleurs dirigeants France et international » que Décideurs Magazine vous présente pour la seconde année consécutive. Si certains noms sont bien connus, d’autres figures peu médiatisées tirent leur épingle du jeu.
Sommaire Marie-Christine Coisne-Roquette, entrepreneuriat au féminin Tim Cook, le consolidateur Hardware vs Software : la tentation de l'autre Mark Zuckerberg, l’insoutenable légèreté du geek Pony Ma, l'omniprésent Thierry Breton, le super commissaire Sergey Brin, le fer de lance de la Silicon Valley Satya Nadella, le successeur Michael Dell, la métamorphose

retrouvez l'intégralité du dossier Risques et opportunités

En 2015, le cours du CAC 40 a progressé de 8,5 %. Une jolie performance qui cache pourtant une belle déconvenue. Si au cours du premier trimestre, l’indice parisien s’est envolé de 17 %, le retour de bâton a été douloureux. De mars 2015 à mars 2016, il s’est effondré de 27 %. En cause, l’enchaînement de mauvaises nouvelles : nouvelle crise grecque en juin, effondrement des places chinoises en décembre 2015 et ralentissement de l’économie mondiale confirmée en janvier 2016. Pourtant, à regarder de plus près nos grands groupes, la situation n’est pas si catastrophique.
Sommaire Hervé Hélias (Mazars) : « Deux entreprises sur trois réfléchissent à faire une acquisition à l’international dans les deux ans » Henri Brandford Griffith « La manière dont les dirigeants sont rémunérés en France est inutilement complexe » Sébastien Van Dyk (ManpowerGroup Solutions) : « Le strategic workforce planning s'apprête à révolutionner les RH en France »
Sommaire
Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail et des partenariats avec les marques. Elle revient sur les...

Christel Heydemann (Orange) : "La technologie est un formidable levier pour accélérer l’innovation dans la santé"

Christel Heydemann (Orange) : "La technologie est un formidable levier pour accélérer l’innovation d...

Présente lundi 16 mai pour l’inauguration officielle des locaux de Future4care, l’incubateur européen de start-up spécialisées en e-santé, lancé en ju...

A la découverte des start-up Bliss et MaPatho

A la découverte des start-up Bliss et MaPatho

Comme chaque semaine, Décideurs vous faire découvrir les start-up de la première promotion de l'incubateur Future4care spécialisé dans la e-santé. Cet...

Comment Twitch aide les marques à séduire la jeunesse

Comment Twitch aide les marques à séduire la jeunesse

Jusque-là consacré aux jeux vidéo, le service de diffusion en direct, Twitch, continue d’accroître ses contenus artistiques et culturels. Cette filial...

Inauguration officielle de l’incubateur Future4care

Inauguration officielle de l’incubateur Future4care

Né de l’alliance entre Sanofi, Capgemini, Generali et Orange, l’accélérateur de start-up européennes Future4care a tenu son inauguration officielle ce...

Muriel Benitah (MedInTechs) : "Le salon MedInTechs se veut le mégaphone de l’innovation en santé"

Muriel Benitah (MedInTechs) : "Le salon MedInTechs se veut le mégaphone de l’innovation en santé"

Salué par Emmanuel Macron, la première édition de MedInTechs, salon de l’innovation en santé, a rassemblé 6000 personnes. Muriel Benitah, sa président...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message