Paul-Charles Ricard (Distillerie Générale) : "Derrière les grandes marques, il y a des artisans passionnés"

Paul-Charles Ricard trace un nouveau sillon en parallèle de ses fonctions d’administrateur de la SA Paul Ricard. Son credo : la quête de spiritueux ultra-premium, via une entité autonome.

Paul-Charles Ricard trace un nouveau sillon en parallèle de ses fonctions d’administrateur de la SA Paul Ricard. Son credo : la quête de spiritueux ultra-premium, via une entité autonome.

Décideurs. En quoi consiste cette Distillerie générale lancée en 2017 ?

Paul-Charles Ricard. Il s’agit de proposer une sélection raffinée de jus rares issus de la plus grande bibliothèque de spiritueux au monde, celle du groupe Pernod Ricard. Nous isolons des fûts remarquables ou des lots rares. Les embouteillages se font en série limitée dans des flacons de 35 cl qui rappellent ceux des coffrets à liqueurs de nos parents. Les tarifs vont de 42 à 490 euros.

Un géant du secteur qui se lance dans le craft, c'est original…

Vous allez agacer plus d’une maison indépendante ! On finit par oublier que derrière nos grandes marques (Havana Club, Martell, Beefeater, Chivas…), il y a des artisans passionnés qui travaillent avec les mêmes alambics que les petites maisons.

Quel est l’impact sur les grosses locomotives du groupe ?

Cela encourage les synergies entre les assembleurs. Par exemple, une folle blanche (une eau-de-vie destinée à l’armagnac) a été envoyée à notre gin maker, qui va l’utiliser comme base pour un gin en édition limitée. De même, nous avons demandé à notre maître de chai Anne Chevillard, chez Suze, de réaliser une recette de gentiane "comme à l’époque". Résultat ? Cette micro-édition a influencé la marque, qui a sorti depuis Racines de Suze. Je pense aussi à cette embouteilleuse manuelle que nous avons installée chez Chivas pour mettre en flacons nos single malts. Elle leur a donné l’idée de produire des batches confidentiels.

Comment s’articule votre réseau de distribution ?

Nous nous appuyons sur un réseau d’une quinzaine de cavistes en France. Pas question pour eux de ne vendre que nos whiskys, secteur très en vogue en ce moment. Ce serait trop facile. Ils doivent s’engager à distribuer toute la gamme. À leur contact, j’apprends beaucoup. C’est d’ailleurs chez l’un d’eux, à Nancy, que j’ai découvert l’association whisky (Longmorn 2008) et munster. Les spiritueux escortent à merveille les fromages !

Un créneau sur lequel vous vous êtes appuyés récemment…

En décembre, nous avons ouvert un pop-up store rue du Faubourg Saint-Denis, en complicité avec la maison Julhès.
L’idée : associer nos produits à des fromages sélectionnés par Nicolas Julhès. Les experts Thierry Daniel et Éric Fossard, les initiateurs du Salon Cocktails Spirit et de la Paris Cocktail Week, nous ont aidés à mettre au point des accords magnifiques : cognac et shropshire (un fromage bleu anglais à pâte orange), reblochon lavé à l’absinthe, comté et single malt écossais…

Quelles sont vos ambitions pour demain ?

L’objectif est de rester petit, avec pas plus de dix à quinze points de vente supplémentaires. Je souhaite défricher d’autres secteurs : nous n’avons pas encore de calvados, par exemple, et il faudra y remédier. Nous allons nous aventurer hors du groupe familial, en conservant notre démarche hédoniste.

Guillaume Tesson

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à...

En voiture avec Jérémie Palacci

En voiture avec Jérémie Palacci

Membre du cabinet Netter depuis quinze ans et associé depuis 2012, cet expert en brevets en France et à l’étranger s’est essayé au pilotage de la Rena...

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Après quatre ans de travaux le Lutetia rouvrait ses portes l’été dernier. Résultat : la rive gauche a désormais son palace, avec tous les attendus du...

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Vinted, The RealReal, Le Bon Coin ou Vestiaire Collective, le secteur de l’occasion fait la fortune de sites d’e-commerce qui dépoussièrent le dépôt-v...

«Je suis une légende»

«Je suis une légende»

Créatif de génie aux talents multiples, Karl Lagerfeld aura « fait Chanel », mais aussi sauvé Fendi, révolutionné Chloé, lancé sa propre marque… Régna...

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message