Rencontre avec Patrick Pelloux

Le président du syndicat des urgentistes ne partage pas la satisfaction de ceux qui se félicitent de voir le Ségur de la Santé déboucher sur un accord. Pour lui, il s'agit d'une occasion ratée qui entérine  "la culture de castes" à l’origine de nombre de dysfonctionnements et fait prendre "trente ans de retard" à l’institution hospitalière.

Le président du syndicat des urgentistes ne partage pas la satisfaction de ceux qui se félicitent de voir le Ségur de la Santé déboucher sur un accord. Pour lui, il s'agit d'une occasion ratée qui entérine "la culture de castes" à l’origine de nombre de dysfonctionnements et fait prendre "trente ans de retard" à l’institution hospitalière.

13 juillet 2020 : après des semaines de négociations, le Ségur de la santé vient de s’achever sur un accord de dernière minute, obtenu à l’arrachée et sur intervention du Premier ministre. D’un côté comme de l’autre, l’impression est mitigée mais la séquence est désormais refermée, le pays tout entier a maintenant les yeux rivés vers les célébrations du lendemain au cours desquelles le chef de l’État a prévu de rendre un hommage public au personnel soignant…

Partout, l’heure est au soulagement et à la satisfaction affichée. Patrick Pelloux, lui, ne décolère pas. Pour le Président du syndicat des urgentistes, le Ségur de la santé se résume à "une occasion manquée" et le soi-disant "accord majoritaire" sur lequel il débouche, "à des négociations de couloirs" entérinant la culture de classes qui, répète-t-il, mine l’hôpital et sa gouvernance. Alors célébrer l’émergence du "monde d’après" promise à l’ouverture des négociations, très peu pour lui.

Occasion manquée

"On nous avait promis une refonte complète de l’hôpital, alors oui, on s’attendait à une volonté de réforme en profondeur, à une remise à plat des dysfonctionnements pour se donner, enfin, les moyens de tout remettre en place, de repenser la gouvernance, de renouer avec le principe de démocratie… et rien !", tempête l’urgentiste et ex-Charlie Hebdo qui se dit "déçu et en colère".

"Pour l'hôpital public, c'est le monde d'avant mais en pire"

Déçu parce que la promesse de moderniser l’institution n’a pas été tenue, que "rien n’a été décidé sur les gardes, sur la permanence des soins, sur les heures supplémentaires" - en colère parce que, pour lui, "les jeux de corporatismes" qui cadenassent l’institution continuent à prévaloir, au point que, selon lui, "Le Ségur qui devait déboucher sur le monde d’après pour l’univers hospitalier a entériné celui d’avant, en pire"

"On nous avait promis un nouveau monde, une institution remise à plat et une organisation modernisée… c’est l’ancien monde qui a été entériné, résume Patrick Pelloux. Celui des castes et des clans".

Absence de moratoire

Autre sujet d’indignation : le fait que l’événement n’ait déclenché aucun moratoire sur la fermeture d’hôpitaux, laquelle se poursuit en dépit du contexte sanitaire instable. Résultat, s’inquiète l’urgentiste : "Des centaines de lits vont disparaître, avec tous les risques de saturation que cela comporte en cas de sursaut de l’épidémie."

"C'est l'ancien monde, celui des castes et des clans qui est entériné"

Quant à l’augmentation âprement négociée de 180 euros nets, il estime que, sur ce plan comme sur les autres, le Ségur n’a pas tenu sa promesse de faire entrer l’hôpital "dans la modernité", et encore moins dans "le monde d’après Covid", plus équitable et plus transparent, partout invoqué.

"Trente ans de retard"

Pour cela, explique-t-il, il fallait augmenter les salaires de manière à rattraper le retard accumulé sur les trois dernières décennies, non seulement dans un souci de justice sociale pour les salariés du secteur, mais aussi pour restaurer l’attractivité du secteur et se donner les moyens d’attirer les médecins vers l’hôpital. "On attendait l’égalité de salaires entre les universitaires et les médecins, on attendait le retour de la démocratie dans les instances de gouvernance et la fin de cette culture de l’entre-soi qui bloque toute transformation, on attendait la réforme de la loi de 1958 pour permettre de sortir de la tarification à l’activité… énonce Patrick Pelloux. Rien n’a changé. Pire, le Ségur est allé à rebours de ce qu’il fallait faire". Au point, estime le médecin, qu’au lieu d’enclencher sa transformation l’événement a fait prendre 'trente ans de retard' au secteur, le plaçant 'au cœur du monde financier'"et actant, au passage, le processus de privatisation de l’hôpital public déjà en marche.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Ces idées et personnalités inspirantes pour le monde d'après

Alors que le monde post-covid est en pleine construction, certaines voix s'élèvent et sont force de proposition.
Sommaire Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre" Esther Duflo, économiste de terrain Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintenant" Il est libre Musk Pour Marc Andreesen, "Nous devons exiger davantage de notre société" J. de Funès (philosophe) : "Le télétravail redonne au travail sa juste place" Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"
Christiane Taubira : qui sont ses soutiens ?

Christiane Taubira : qui sont ses soutiens ?

Pour le moment, l’ancienne garde des Sceaux se repose sur un cercle hétéroclite mélangeant anciens frondeurs PS et élus de centre-gauche pratiquement...

Général Castres : "L'action militaire seule ne règle aucun des problèmes liés à la misère ou l'injustice"

Général Castres : "L'action militaire seule ne règle aucun des problèmes liés à la misère ou l'injus...

Impliqué dans la gestion des crises internationales dans leur dimension militaire depuis son affectation à l’Élysée en 2005 puis comme chef du Centre...

Valérie Pécresse : balle au centre

Valérie Pécresse : balle au centre

Après avoir cajolé son aile droite, Valérie Pécresse s’attache à séduire le centre. Le soutien apporté ce week-end par l’UDI et Les Centristes lui ser...

Les bouchers, premiers communistes de France !

Les bouchers, premiers communistes de France !

Le communiste Fabien Roussel fait les yeux doux aux amateurs de viande et aux bouchers. Une stratégie qui est pertinente, en témoignent certains épiso...

La tech se toque des politiques

La tech se toque des politiques

Anciens ministres et hauts fonctionnaires sont dans le viseur des grands groupes de la tech qui recrutent de plus en plus ce type de profil. Un mariag...

Éric Zemmour : Python au pays de Socrate

Éric Zemmour : Python au pays de Socrate

Nombreux propos d’Éric Zemmour suscitent, sciemment ou non, la polémique. Si la sortie sur les élèves handicapés a été abondamment commentée ce week-e...

Anne Hidalgo : que contient son programme économique et fiscal ?

Anne Hidalgo : que contient son programme économique et fiscal ?

Hausse du Smic, égalité salariale, fiscalité verte, âge de départ à la retraite, politique industrielle… Voici les principales propositions contenues...

Wilfrid Lauriano do Rego (CPA/KPMG) : "L’ambition de notre diplomatie économique passera par celle de nos diasporas"

Wilfrid Lauriano do Rego (CPA/KPMG) : "L’ambition de notre diplomatie économique passera par celle d...

Dès son arrivée au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron a voulu impulser un renouveau de la relation avec le continent africain, notamment par la création...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte