Patrick Mousset rejoint l'équipe corporate de Gowling WLG

Patrick Mousset a rejoint Gowling WLG en tant qu'associé le 1er mai 2020. Avec une expérience de près de vingt ans en corporate et en private equity, il vient renforcer un cabinet ambitieux et enrichir des synergies sectorielles et internationales.
Patrick Mousset

Patrick Mousset a rejoint Gowling WLG en tant qu'associé le 1er mai 2020. Avec une expérience de près de vingt ans en corporate et en private equity, il vient renforcer un cabinet ambitieux et enrichir des synergies sectorielles et internationales.

Décideurs. Quelle est l'histoire de votre arrivée chez Gowling WLG ?

Patrick Mousset. L'entrepreneuriat a été le fil conducteur de ma carrière grâce à mes expériences dans les bureaux parisiens de cabinets anglo-saxons. Aujourd'hui, je retrouve cette dynamique au sein de Gowling WLG, cabinet leader anglo-canadien, également présent en Allemagne, au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique du Sud, qui affiche une volonté de se redéployer à Paris et de conquérir le marché européen et mondial en corporate mais aussi dans d'autres pratiques comme l'immobilier, l'infrastructure ou encore la propriété intellectuelle, qui figurent parmi les fers de lance du cabinet. Cela fait également écho à mes premières années de vie professionnelle passées à Montréal et Toronto.

Quelles valeurs partagez-vous avec le cabinet et l’équipe ?

Patrick Mousset. L’un des éléments différenciants de Gowling WLG est la jeunesse de ses associés. De même, la diversité sociale et nationale des avocats, la parité, l'ouverture d'esprit et la ferme volonté d'aller de l'avant et de prendre des risques calculés sont des valeurs dans lesquelles je me suis immédiatement reconnu. J'ai également été séduit par la volonté de faire de la cooptation au sein du cabinet une réalité, ce qui n'est pas si répandu dans des structures de cette taille. Gaëlle Le Breton, avec qui j'ai déjà commencé à collaborer, a été cooptée l'an dernier, en droit social, comme l'a été Danhoé Reddy-Girard, un Canadien, en 2013, en banque-finance. Il est important de reconnaître et de promouvoir les talents en interne.

Frédéric Dereux, managing partner et associé en contentieux. Nous poursuivons aujourd'hui un objectif ambitieux en ayant pour projet de doubler le nombre d’associés à Paris d'ici les deux prochaines années soit fin 2022. Nous sommes actuellement 10 associés pour 25 avocats à Paris. Nous comptons bien prendre une place centrale sur le marché. L’une des particularités qui m’a beaucoup séduit chez Patrick, avocat de renom dans sa spécialité, c'est qu'à la notion d'activité "support", dont le droit social et les autres pratiques sont communément qualifiés, il préfère celle de "collaboration" car, selon lui : "il est impossible de mener à bien des dossiers d’une certaine envergure sans une collaboration sans failles avec chaque pratique". Cette valeur, nous la partageons chez Gowling WLG, car ce qui nous fédère, c’est l’entrepreneuriat collectif.

Quelles sont aujourd'hui les priorités de recrutement du cabinet ?

Frédéric Dereux. Notre priorité est d'asseoir la marque Gowling WLG sur notre marché grâce à la création de pôles dans lesquels plusieurs associés collaborent soit par pratique soit par secteur. Par exemple, l'activité restructuring est construite sur un modèle associant toutes les expertises. En outre, avoir deux associés par pratique et/ou secteur semble être le minimum pour pérenniser une marque. Pour le département corporate, nous pensons également doubler le nombre d'associés. Avec l'arrivée de Patrick, nous avons déjà parcouru la moitié du chemin. Il nous reste à attirer de nouveaux talents afin de compléter cette équipe prometteuse.

Quelles sont les synergies mises en place entre les pratiques ?

Patrick Mousset. J'ai trouvé particulièrement intéressante la diversité des secteurs dans lesquels le cabinet excelle, notamment ceux dans lesquels intervient Céline Bey en propriété intellectuelle, à savoir la cosmétique, le luxe, les médias et la tech, que nous espérons développer en France comme à l'international.

Céline Bey. Effectivement, notre pratique propriété intellectuelle à Paris est large et couvre non seulement le contentieux des brevets et des marques dans plusieurs secteurs comme la tech mais également la protection des données, l'e-commerce, le droit de la publicité et de la consommation. Je suis très heureuse que Patrick nous ait rejoints, car nous allons pouvoir mettre en place rapidement des synergies entre nos deux spécialités afin d’accompagner les entrepreneurs.

Quelles sont les particularités du bureau parisien ?

Frédéric Dereux. Gowling WLG intervient dans de nombreux autres domaines : l'aéronautique, l'automobile, la distribution, la logistique et maintenant l'éducation – avec Patrick notamment –, les énergies renouvelables et l'infrastructure – avec Antoine Pampouille qui nous a rejoints en 2018 en provenance de LPA-CGR – ou l’immobilier avec Sylvain Canard-Volland qui a quitté Linklaters pour nous rejoindre il y a trois mois. De nouveau, notre stratégie plurisectorielle nous permet de mutualiser les expertises tout en minimisant notre exposition aux risques économiques sectoriels.

Patrick Mousset. À ce jour, l’équipe corporate de Gowling WLG est composée de Barbara Jouffa, associée dans le département depuis 2018, et de Simon Lowe, associé historique. Barbara, anciennement counsel au sein d'Orrick Rambaud Martel, intervient dans le cadre d'opérations de fusions et acquisitions nationales et transfrontalières ainsi que sur des opérations de private equity et de venture capital. Simon conseille des clients dans le cadre d'investissements étrangers en France, qu'il s'agisse d'achat ou de vente d'actions de sociétés françaises, d'opérations impliquant la vente d'entreprises françaises ou d'autres actifs. Pour ma part, bien que représentant depuis de nombreuses années des managers dans des LBO de diverses tailles, je prends également grand plaisir à prodiguer mes conseils à d'autres acteurs du monde du private equity tels que des fonds d'investissement ou des fondateurs qu'ils soient actionnaires majoritaires ou minoritaires. Maintenant, notre objectif commun est de collaborer au développement d'une offre smid-cap pour le monde du private equity, les Corporate ainsi que les dirigeants d'entreprises et leurs salariés.

Céline Bey. Au sein de Gowling WLG, nous pourrions être rejoints par une quatrième femme associée. Nous sommes sur le même ratio que Gowling WLG au Canada, exemplaires en ce qui concerne la diversité et l'égalité, ce qui fait partie de l'ADN du cabinet. Notre volonté est de soutenir nos collaboratrices dans leur carrière afin de leur proposer un avenir au sein de Gowling WLG par un accompagnement spécifique afin qu'elles accèdent à l'association. Nous étudions actuellement le sujet de la prolongation du congé paternité pour nos collaborateurs.

Et dans le monde ?

Frédéric Dereux. Notre singularité a été et sera pour longtemps de ne pas être présents aux États-Unis malgré la proximité du Canada et la langue commune avec nos amis/collègues du Royaume-Uni. Nous sommes un relai très apprécié en France d'un grand nombre de firmes américaines avec lesquelles nous collaborons, permettant ainsi à leurs clients de bénéficier de notre expertise lors de la mise en œuvre de leur stratégie internationale. En parallèle, nous poursuivons notre développement dans des régions telles que le Moyen-Orient avec le bureau de Dubaï et bien entendu la Chine où Gowling WLG est présent à Pékin et à Guangzhou dont le bureau est actuellement dirigé par Vivian Desmonts, transfuge de DS avocats en 2019.

Le Canada est évidemment une juridiction importante pour Gowling WLG et devrait être l’un de nos axes de développement majeurs pour les années à venir. En ce sens, le parcours de Patrick a retenu toute notre attention

Patrick Mousset. J'ai conservé des liens forts avec le Canada et notamment le Québec et l'Ontario qu'il convient de rendre plus étroits. En rejoignant Gowling WLG, j'ai l’occasion de mettre à profit mes connaissances de l'environnement juridique et culturel de ce pays pour le compte de clients français mais également canadiens. J'espère que le bureau de Paris pourra ainsi bénéficier plus encore de la renommée incontestable de la marque Gowling WLG en Amérique du Nord.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Votre magazine Décideurs Juridiques évolue et va bientôt adopter une nouvelle formule. Chaque jour, vous recevrez de nos nouvelles si vous nous donnez...

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

En s’associant, la spécialiste de la propriété intellectuelle Isabelle Laratte et la pénaliste Jade Dousselin constituent une offre inédite sur le mar...

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Dans le cadre de sa stratégie de développement, Delcade étend son offre à Lille en ouvrant un nouveau bureau sous la houlette de Frédérique Sallée et...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

C’est un duo formé par une civiliste et un pénaliste qui se présente devant les avocats parisiens. Julie Couturier est avocate depuis 1995. Elle exerc...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Les deux pénalistes Xavier Autain et Clotilde Lepetit forment un des deux duos pour les élections au bâtonnat 2022 de Paris. Candidat au poste de bâto...

Les notaires ont désigné leur nouveau président

Les notaires ont désigné leur nouveau président

À 50 ans, David Ambrosiano prend la tête du Conseil supérieur du notariat. Il vient de dérouler sa feuille de route pour son mandat de deux ans.

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

Amélie de Braux, co-responsable de la Factory du Cercle Montesquieu a pris part, aux côtés de la grande famille du droit, à la mise en place d’un nouv...

Carbonnier Lamaze Rasle crée un pôle restructuring/distressed M&A

Carbonnier Lamaze Rasle crée un pôle restructuring/distressed M&A

Carbonnier Lamaze Rasle accueille deux anciens associés du cabinet Poulain : Amandine Rominskyj et Antoine Poulain. Ils auront la charge d’un nouveau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte