Pascale Boniface (Iris) : « Emmanuel Macron a une vraie vision de la place de la France dans le monde »

Alors qu’il ne disposait d’aucune expérience géopolitique il y a encore un an, Emmanuel Macron, bénéficiant de l’affaiblissement de certaines puissances comme les États-Unis ou l’Allemagne, s’impose aujourd’hui comme un leader planétaire à la fois « ferme et ouvert », selon le géopolitologue et président de l’Iris* Pascal Boniface.

Alors qu’il ne disposait d’aucune expérience géopolitique il y a encore un an, Emmanuel Macron, bénéficiant de l’affaiblissement de certaines puissances comme les États-Unis ou l’Allemagne, s’impose aujourd’hui comme un leader planétaire à la fois « ferme et ouvert », selon le géopolitologue et président de l’Iris* Pascal Boniface.

Décideurs. Emmanuel Macron semble bénéficier d’une image positive au niveau mondial. Peut-on dire qu’il redore l’image de la France à l’international ?

Pascal Boniface. Sur le plan diplomatique, Emmanuel Macron s’est, en l’espace d’un an, imposé comme une figure connue et reconnue. À plusieurs reprises, notamment lors des sommets du G20 ou de l’Otan, il a été accueilli en vedette. Il faut dire qu’il existait une grande attente autour de lui, la présence de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle ayant inquiété certains pays. Au-delà de sa jeunesse, Emmanuel Macron parvient à se démarquer avec un style particulier. Il est à la fois ferme sur ses positions et ouvert dans les discussions. Il l’a montré dès le début de son quinquennat avec Donald Trump ou Vladimir Poutine. Des personnalités avec lesquelles il a su nouer des relations amicales tout en s’imposant sur plusieurs sujets. L’ancien candidat applique sa promesse de campagne : il discute avec tout le monde, mais toujours sur un pied d’égalité.

Il se montre parfois très franc face à ses homologues. Ne risque-t-il pas d’agacer ?

Le risque existe toujours. Avec Vladimir Poutine, il a réussi à établir une bonne relation en tenant un langage de vérité. Emmanuel Macron est par ailleurs le chef d’État occidental qui s’oppose le plus fortement à Donal Trump, mais il pratique si bien la « câlinothérapie » que le président américain le considère en réalité comme un ami.

« Emmanuel Macron parvient à se démarquer avec un style particulier. Il est à la fois ferme sur ses positions et ouvert dans les discussions »

La présence de ce dernier à la Maison-Blanche affaiblit l'image des États-Unis sur la scène internationale. Cela permettrait-il à Emmanuel Macron de s’imposer comme le leader mondial ?

Ce qui est certain, c’est qu’Emmanuel Macron est né sous une bonne étoile. Sur la scène nationale, comme internationale, il bénéficie d’un espace inespéré. D’une part parce que, effectivement, Donald Trump fait peur et paraît déstabilisateur. L’inquiétude suscitée par ses prises de positions sert Emmanuel Macron. Il est son miroir opposé. Le Français bénéficie aussi du Brexit, la France étant dorénavant le seul pays de l’Union européenne, membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU et doté de la puissance nucléaire. Sans compter les difficultés que rencontre Angela Merkel en Allemagne, qui, là encore, viennent renforcer la place d’Emmanuel Macron sur la scène européenne et mondiale.

La comparaison avec le général de Gaulle est-elle justifiée ?

Emmanuel Macron se réfère lui-même au Général de Gaulle et à François Mitterrand. Deux présidents rentrés dans l’histoire pour des questions diplomatiques. Mais la situation n’a aujourd’hui plus rien à voir. Il est encore trop tôt pour savoir si le Français peut réellement débloquer la situation européenne. D’autant plus que les marges de manœuvre ne sont pas énormes. Il manque aujourd’hui de partenaires espagnols et italiens. Concernant les pays les plus hostiles, comme la Hongrie, il ne choisit pas la confrontation et tente de garder un contact. La solution se portera sans doute sur une Europe à deux vitesses.

« L’ancien candidat applique sa promesse de campagne : il discute avec tout le monde, mais toujours sur un pied d’égalité.»

Les Français peuvent-il reprocher à leur Président de trop se préoccuper des questions internationales et de délaisser les sujets nationaux ?

Tout dépend de ses résultats. S’il réussit sa politique économique, alors les Français ne lui reprocheront pas de s’être consacré aux questions internationales. S’il échoue, ils lui en tiendront sans doute rigueur.

Devrait-il limiter ses déplacements ?

Non seulement il aime les déplacements, mais il pense que c’est utile. Emmanuel Macron a une vraie vision de la place de l’Hexagone dans le monde et profite du moment qui, pour l’heure, lui est favorable, pour élargir les marges de manœuvre de la France, dans un monde en pleine évolution. Aujourd’hui il réussit à donner l’image d’un pays à la fois dynamique et ouvert. Ce qui est, de façon objective, plutôt positif.

 

Propos recueillis par Capucine Coquand

@CapucineCoquand

 

*L’Iris (Institut de relations internationales et stratégiques) est à la fois un think tank travaillant sur des thématiques géopolitiques et stratégiques composé de trente chercheurs permanents, et une école de relations internationales accueillant chaque année 400 étudiants.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière des les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation concer...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Après deux années de débat interne, les institutions européennes se sont mises d’accord sur les objectifs énergétiques à atteindre sur la prochaine dé...

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de chacun »

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de...

Nommé l’an dernier au poste de président de l’Association française des investisseurs institutionnels (AF2i), Jean-François Boulier met un point d’org...

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

Dans les tuyaux depuis de nombreux mois, la vente de 49,99 % des tours télécoms se fait au profit du fonds « infra » de la société d’investissement am...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message