Pascal Martinez (Juri’Predis) : « Nous n’avons pas vocation à remplacer les magistrats ni les avocats »

Si la justice prédictive n’a pas à ce jour convaincu tous les professionnels du droit, certains acteurs continuent à faire leur entrée sur le marché. Tel est le cas de la start-up aixoise Juri’Predis, qui a développé un outil d’aide à la décision. Ce projet, conçu et imaginé par des chercheurs en intelligence artificielle et en droit, a vu le jour en mars 2018.
Pascal Martinez, fondateur, Juri’Predis

Si la justice prédictive n’a pas à ce jour convaincu tous les professionnels du droit, certains acteurs continuent à faire leur entrée sur le marché. Tel est le cas de la start-up aixoise Juri’Predis, qui a développé un outil d’aide à la décision. Ce projet, conçu et imaginé par des chercheurs en intelligence artificielle et en droit, a vu le jour en mars 2018.

Décideurs Juridiques. Pourquoi avoir choisi le secteur de la justice prédictive ?

Pascal Martinez. Par concours de circonstances. Depuis vingt ans, je dirige une agence de communication spécialisée dans le secteur du droit. Nos clients, principalement des avocats, se sont sentis menacés par l’apparition des legaltechs. Nous avons alors réfléchi à un outil pour optimiser la recherche juridique. Contrairement à ce que l’on peut lire dans la presse, nous n’avons pas vocation à supprimer les magistrats ni les avocats. Juri’Predis n’est pas un outil de prédiction mais d’aide à la décision.

Quelle solution proposez-vous ?

Juri’Predis est un moteur de recherche juridique qui utilise l’intelligence artificielle pour imiter l’indexation humaine de la jurisprudence. Quatre fonctionnalités permettent aujourd’hui à nos clients d’optimiser leur recherche jurisprudentielle. Après une première étape d’analyse qualitative des décisions de justice, notre solution propose dans un second temps leur hiérarchisation et une première interprétation des données récoltées. Une fois identifié, le texte le plus pertinent peut être rattaché à un courant jurisprudentiel constant. Enfin, Juri’Predis permet de trouver et de compiler les données jurisprudentielles des cas similaires.

Comment fonctionne votre algorithme ?

Il est composé d’une série de neurones artificiels programmés aux méthodes d’apprentissage automatique (machine learning), ce qui permet des classifications rapides. Son raisonnement se fait en deux temps. La machine a appris que l’arrêt qu’elle recherche doit être le plus proche possible de la demande de l’utilisateur (approche qualitative). Dans un second temps, elle identifie les cas semblables qui se rapprochent au maximum du cas exposé par l’utilisateur.

En quoi Juri’Predis se différencie-t-il de ses concurrents ?

Contrairement à nos concurrents, Juri’Predis ne collecte pas des données juridiques pour en extraire des statistiques sur les contentieux de masse. ­Là où certains moteurs traitent les données juridiques issues du « Big Data » comme n’importe quel autre type de données, Juri’Predis analyse et filtre la jurisprudence comme le ferait un juriste : c’est le cœur même de l’algorithme développé et de l’intelligence artificielle proposée. Notre solution raisonne par singularité : l’arrêt à trouver doit être le plus proche possible du cas souhaité, d’où l’approche purement qualitative pour proposer aux utilisateurs des arguments jurisprudentiels aboutis qui les aideront à optimiser leur stratégie.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

En 2019, nous prévoyons de déployer notre offre avec le lancement d’un outil dédié aux contentieux indemnitaires. Sur le long terme, Juri’Predis a également vocation à être diffusé dans l’ensemble des pays francophones dont le système juridique est proche du nôtre.

Propos recueillis par Pierre Allemand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Naissance de MWF Advogados

Naissance de MWF Advogados

Les trois associés Alfredo Migliore, Kedma Moraes Watanabe et Cláudia Regina Figueira lancent cabinet de règlement des litiges basé à São Paulo.

Vandenbulke se renforce en corporate

Vandenbulke se renforce en corporate

Vandenbulke accueille une spécialiste des transactions, Hida Ozveren, accompagnée de ses collaborateurs Luis Alberto Aguerre Enríquez et Séamus McCall...

Croissance interne et externe chez Courrégé Foreman

Croissance interne et externe chez Courrégé Foreman

L’avocate pénaliste Aurélie Girault devient associée du cabinet Courrégé Foreman, tandis que Aloïs Blin rejoint l’équipe en qualité de counsel.

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

Ce lundi 28 septembre, s’ouvre un procès disciplinaire inédit qui durera une semaine. Le Haut Conseil du commissariat aux comptes (H3C) examine l’impl...

Le professeur Paul-Henri Antonmattei rejoint Bredin Prat

Le professeur Paul-Henri Antonmattei rejoint Bredin Prat

Ancien associé de Barthélémy Avocats, Paul-Henri Antonmattei choisit l’équipe de Pascale Lagesse chez Bredin Prat pour poursuivre sa carrière.

Le promoteur Verrecchia accueille un nouveau directeur juridique

Le promoteur Verrecchia accueille un nouveau directeur juridique

Julien Sauvé devient directeur juridique chez Verrecchia, après plusieurs années passées chez son concurrent Quartus.

Les nouvelles technologies à l’honneur au Cercle Montesquieu

Les nouvelles technologies à l’honneur au Cercle Montesquieu

Le prix du Cercle Montesquieu 2020 a été remis le 24 septembre dernier à l’ouvrage Blockchain et actifs numériques rédigé par le professeur Dominique...

M&A : évolution du contrôle de concentration

M&A : évolution du contrôle de concentration

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager l’avait annoncé lors du renouvellement des commissaires fin 2019 : le droi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message