Paris Pro Bono Day : Passage à la vitesse supérieure

Dans le cadre de l’European Pro Bono Week, le cabinet Reed Smith organisait son premier Pro Bono Day le 6 novembre dernier. L’occasion de réunir le temps d’une journée les acteurs du monde du droit autour de conférences, d’ateliers et de tables rondes entièrement dédiés au sujet.
Tout droit venu d’Angleterre et des États-Unis, le pro bono désigne l’expertise gratuite que certains avocats dispensent pour des initiatives d’intérêt général.

Dans le cadre de l’European Pro Bono Week, le cabinet Reed Smith organisait son premier Pro Bono Day le 6 novembre dernier. L’occasion de réunir le temps d’une journée les acteurs du monde du droit autour de conférences, d’ateliers et de tables rondes entièrement dédiés au sujet.

« L'avocat se doit d’être présent aux côtés de tous ceux qui ont des besoins relevant du droit », déclarait Daniel Kadar, associé cogérant du bureau parisien de Reed Smith lors de la plénière d’ouverture du Pro Bono Day. Dans le cadre de la semaine européenne du pro bono, la firme internationale accueillait dans ses locaux la première édition française du Paris Pro Bono Day, organisée en partenariat avec l’Alliance des Avocats pour les Droits de l’Homme (AADH) et une dizaine de cabinets parisiens. L’objectif ? Réunir les différents acteurs du droit (ONG, associations, étudiants, avocats, entreprises, facultés de droit…) afin de leur faire prendre conscience de leur capacité à travailler ensemble dans le cadre de dossiers pro bono. Cette pratique, qui se démocratise de plus en plus dans les grands cabinets en Europe, prend en effet son envol en France.

Professionalisation du pro bono

Tout droit venu d’Angleterre et des États-Unis, le pro bono désigne l’expertise gratuite que certains avocats dispensent pour des initiatives d’intérêt général. « La plupart des avocats, naturellement préoccupés par l’intérêt général, font du pro bono sans le savoir, note Daniel Kadar. Ce sont les cabinets qui ont eux-mêmes impulsé la professionnalisation du pro bono. » Au niveau mondial, les experts du droit notent également un fort attachement de leurs clients à ce type de démarche, « c’est même devenu un prérequis pour les cabinets anglo-saxons souhaitant candidater aux panels dans le cadre d’appel d’offres », rappelle Daniel Kadar. Après avoir interrogé plusieurs ONG sur les problématiques qui les préoccupaient le plus en matière de pro bono, le cabinet Reed Smith a choisi d’aborder différents thèmes lors de l’événement, comme les données personnelles, la loi Pacte ou encore la lutte contre la corruption, sur lesquels les participants ont pu échanger. Si l’activité pro bono repose uniquement sur la politique volontariste de chaque cabinet, elle demeure très instructrice pour les avocats. « Les collaborateurs de Reed Smith disposent de 140 heures par an qu’ils peuvent utiliser comme des heures facturables, dédiées au pro bono », explique-t-on au cabinet. L’occasion pour ces avocats de travailler sur des causes diverses et variées en faveur de réfugiés, de détenus, d’ONG et de participer à des programmes internationaux d’échanges. « C’est une manière différente de faire du droit, en raison de la configuration et du contexte propre à chaque dossier », analyse Daniel Kadar avant de souligner que « les clients pro bono bénéficient du même traitement que les clients professionnels. »

Une pratique en développement

Après avoir salué le succès de la première édition du Paris Pro Bono Day, à laquelle Olivier Cousi, le bâtonnier élu de Paris, assistait, Daniel Kadar relève la tendance naturelle de cette pratique à se développer : « De nombreux acteurs de la société civile et économique se sentent concernés et les besoins sont immenses. » Le premier Pro Bono Day, né de l’initiative européenne du projet de la semaine du pro bono, s’était tenu en Italie l’an passé. « C’est la première fois que la France accueille ce type d’événement, le Paris Pro Bono Day est le marqueur d’une nouvelle étape », se félicite l’associé gérant de Reed Smith à Paris. Ces initiatives ont cependant encore besoin de temps pour s’ancrer dans la culture de chaque pays : « Les pays anglo-saxons sont moteurs de cette pratique mais le niveau de pénétration et d’ouverture reste important sur le Vieux Continent », confirme Daniel Kadar. L’avenir du pro bono en France se dessine déjà sous les meilleurs auspices.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Transactions, la nouvelle plateforme de M&A

Transactions, la nouvelle plateforme de M&A

La société Collaboration Capital lance Transactions, une plateforme dédiée à l’identification automatisée des contreparties recherchées.

Le Conseil national des barreaux lance Avoventes.fr

Le Conseil national des barreaux lance Avoventes.fr

Le Conseil national des barreaux met en ligne une plateforme d’annonces de ventes aux enchères publiques immobilières, s’adressant aussi bien aux avoc...

Nemrod Avocat, la structure des secteurs de la défense et de la sécurité

Nemrod Avocat, la structure des secteurs de la défense et de la sécurité

Après plus de dix ans d’exercice au sein de cabinets internationaux, Maxime Molkhou lance sa propre structure, Nemrod Avocat, axée sur un positionneme...

Wolters Kluwer s’associe à Della

Wolters Kluwer s’associe à Della

Wolters Kluwer annonce son partenariat avec Della, une legaltech spécialisée dans l’analyse de contrats basée sur l’intelligence artificielle pour les...

G. Nemes (Patrimmofi) : "Nous préservons notre indépendance capitalistique mais l’avenir demeure très ouvert"

G. Nemes (Patrimmofi) : "Nous préservons notre indépendance capitalistique mais l’avenir demeure trè...

Le marché des CGP est en pleine consolidation. Patrimmofi, groupe issu du spin off d’avec Primonial en 2016, sait en tirer le meilleur en conjuguant c...

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants"

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants...

Julien Seraqui, président de la CNCGP, fait ses propositions pour favoriser la transition énergétique et la relance économique.

Solidarité intrafamiliale : nouvelle exonération pour relancer l’économie

Solidarité intrafamiliale : nouvelle exonération pour relancer l’économie

Le troisième projet de loi de finances rectificative adopté par le Parlement le 23 juillet prévoit une exonération de droits de mutation à titre gratu...

Le CSA lance l’Observatoire de la haine en ligne

Le CSA lance l’Observatoire de la haine en ligne

Le régulateur de l’audiovisuel met en place un organe chargé de quantifier, de favoriser le partage d’information et d'améliorer la compréhension de l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message