« Paradise papers » : un coup d’épée dans l’eau

Si la diversité des personnalités impliquées fera couler beaucoup d’encre, ces révélations ne devraient pas avoir de répercussions quant aux pratiques dénoncées : l’essentielle d’entre elles portent sur des montages financiers légaux d'optimisation fiscale. Seule une volonté politique pourrait changer la donne.

Si la diversité des personnalités impliquées fera couler beaucoup d’encre, ces révélations ne devraient pas avoir de répercussions quant aux pratiques dénoncées : l’essentielle d’entre elles portent sur des montages financiers légaux d'optimisation fiscale. Seule une volonté politique pourrait changer la donne.

Estimée à plus de 350 milliards de dollars par an, l’évasion fiscale demeure une pratique opaque. Qui en sont les protagonistes ? Quels schémas utilisent-ils ? Quels sont les véritables montants en jeu ? Autant de questions qui, jusqu’à maintenant, n’avait pas de réponse officielle. L’enquête menée par l'ICIJ, consortium international de médias, dont Le Monde ou The New York Times font partie, permet de prendre la véritable ampleur du phénomène. Fort de 13,4 millions de documents pour la plupart issus d'un cabinet d'avocats des Bermudes, Appelby, l’onde de choc des « Paradise Papers » s’annonce sans précédent.

Scandales politiques

Et pour cause, des politiques de premier plan sont impliquées.Parmi les premiers noms révélés, on retrouve ainsi deux membres du gouvernement de Donald Trump, Wilbur Ross et Rex Tillerson, le trésorier du parti libéral et ami du Premier ministre canadien Stephen Brofman et la reine d'Angleterre, Elizabeth II. Du côté des personnalités publiques figurent des chefs d’entreprise, comme le cofondateur de Microsoft, Paul Allen, ou le créateur d'eBay, Pierre Omidyar, et des stars mondiales comme Madonna et Bono. Enfin, le dernier contingent est représenté par les entreprises. Apple, Nike, Glencore ou encore Uber sont par exemple de grands utilisateurs de montages financiers complexes pour payer moins d’impôts.

Pour autant, les répercussions risquent d’être limitées. Car contrairement au « Panama Papers », ces pratiques sont légales. Les avocats d'Appleby respectent les règles internationales en vigueur, contrairement à leurs homologues panaméens de Mossack Fonseca. La majorité de ces révélations portent en réalité sur des montages financiers légaux d'optimisation fiscale.

Pour les hommes politiques impliqués, ces informations risquent néanmoins de provoquer des séismes : au Canada, où des proches de Justin Trudeau sont mis en cause ; au Royaume-Uni avec les investissements offshore  peu scrupuleux de la reine, et aux États-Unis où les documents montrent des liens financiers entre Wilbur Ross, le ministre du Commerce, et Sibur, groupe pétrochimique russe, dont le gendre de Vladimir Poutine, Kirill Shamalov, est actionnaire et membre du conseil d'administration. Wilbur Ross aurait ainsi touché de Sibur 68 millions de dollars depuis 2014 et ce malgré les sanctions économiques américaines envers la Russie. C’est pourquoi ces révélations doivent amener à une prise de conscience politique pour que des réformes juridiques mettent fin à ces pratiques à la frontière de la légalité.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

Dans un environnement économique et financier marqué par la crise de la Covid-19, les sociétés de gestion ont montré une certaine résilience. Si Mirel...

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gagne"

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gag...

Après l’annonce de la signature d’un accord pour l’acquisition du groupe Borsa Italiana, Euronext s’impose encore dans le paysage boursier européen. S...

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

2020 a confirmé la montée en puissance de la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissem...

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

La plus importante introduction en Bourse brésilienne de 2020 est signée Ilson Mateus. Ce self-made-man, parti d’une simple épicerie en 1984, est aujo...

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Bras armé de l’État dans l’aide aux entreprises de plus de 400 salariés, le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) voit sa mis...

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

Attendue depuis plusieurs années mais souvent réalisée a minima, la digitalisation du Wealth Management redevient une priorité absolue dans le context...

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Les femmes paient le prix fort de la pandémie. Pour limiter le recul déjà constaté en matière d’égalité, le Women’s Forum plaide pour une inclusion pl...

Éric Lombard (Caisse des dépôts) : "Il est possible de faire de l’industrie efficace et compétitive en France"

Éric Lombard (Caisse des dépôts) : "Il est possible de faire de l’industrie efficace et compétitive...

Dans le cadre du plan de relance, la Caisse des dépôts investira 26 milliards d’euros en fonds propres. Son directeur général, Éric Lombard, qui prési...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte