P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleurs collaborateurs"

P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleurs collaborateurs"

Parmi les nombreuses répercussions de la crise sanitaire, l’accélération de la dématérialisation a été l’une des plus retentissantes pour l’entreprise. Positionnée sur ce marché Jenji, fondée en 2016, est devenue l’une des plateformes leader de la gestion des dépenses professionnelles grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle. Pierre Queinnec, son CEO et co-fondateur explique en quoi la technologie permet de comprendre les implications dans le contexte actuel au sein des entreprises.

Décideurs. Entre l’inflation et la hausse des taux, quels sont les effets de leur évolution rapide sur la gestion du cash au sein des entreprises ?

Pierre Queinnec. Le contexte est stressant et morose. Il génère une prépondérance de la question du cash pour les entreprises. Côté éditeur, nous constatons que la tendance est à l’automatisation de la refacturation pour éviter, au maximum,  d’avancer des liquidités. Mais la préoccupation liée à la question du cash se matérialise surtout autour d’une nouvelle crainte, celle de perdre les meilleurs collaborateurs au sein des structures. Les entreprises mettent tout en œuvre pour garantir une expérience de qualité afin de retenir les personnalités indispensables pour traverser ces périodes de crise. Ce qui les poussent à rembourser immédiatement des notes de frais ou encore à éviter à leurs collaborateurs d’avancer leurs dépenses professionnelles. Une logique qui a tendance à tendre encore plus la gestion du cash.

Améliorer le traitement des dépenses professionnelles permet-il de lutter contre les fraudes en entreprise ?

Il ne s’agit pas tant de fraude mais d’ anomalies. L’erreur est humaine. Il faut créer des technologies capables de pallier les mauvaises saisies de formulaires ou encore de détecter les incohérences. La solution pour corriger ces anomalies est d’automatiser la vérification grâce à des algorithmes. Pour les construire, il faut prendre en compte une multitude d'informations allant du ticket, à la période de congés, aux seuils de dépenses, aux schémas de validation… Seule l’intelligence artificielle peut gérer les éventuelles anomalies     .

"Le marché allemand privilégie les partenaires allemands ou technologiquement réputés, comme aux États-Unis."

Vous êtes en train d’investir l’Allemagne où la culture du cash est assez présente, comment abordez-vous ce nouveau marché, quelles difficultés et opportunités présente-t-il ?

En Allemagne, l’aversion au risque est supérieure à celle de la France. Ainsi le coût du changement qu’implique l’intégration d’un logiciel de dépenses professionnelles est perçu avec méfiance. De plus, le marché allemand privilégie les partenaires allemands ou technologiquement réputés, comme aux États-Unis. Quant aux opportunités, la taille du marché est importante, et le cadre des dépenses professionnelles est particulièrement réglementé mais nous avons le savoir nécessaire pour intégrer les normes et règlements dans notre solution car nous sommes éditeurs de logiciels sur mesure. Nous nous adaptons ainsi aux besoins et attentes du pays, quel qu’il soit.

Sur un segment assez concurrentiel en matière de gestion des dépenses professionnelles, en dehors de l’internationalisation, quels sont les autres leviers de croissance ?

L’internationalisation est une des clés de croissance. L’enjeu fort des prochaines années est l’ouverture vers les États-Unis. Enfin, il est nécessaire d’adapter son offre pour se distinguer, or Jenji a la capacité d’intégrer des problématiques sectorielles au travers de moyens de paiement intelligents, connectés à la plateforme. Le futur du marché est d’être à la fois proactif et prédictif, et avec la collecte de données issues de plusieurs années d’expérience, il devient possible de créer des solutions intelligentes qui répondent avec toujours plus de précision aux évolutions des dépenses professionnelles.

Propos recueillis par Céline Toni

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message