P. Poletti (Ardian) : « Ardian est le premier acteur européen et le cinquième mondial »

Président d'Ardian France et de l'activité de Buyout, Philippe Poletti dresse le portrait de la société de gestion, en pleine croissance dans tous ses métiers. Il revient aussi sur les derniers deals large-cap qui ont fait l'actualité ces derniers mois.

Président d'Ardian France et de l'activité de Buyout, Philippe Poletti dresse le portrait de la société de gestion, en pleine croissance dans tous ses métiers. Il revient aussi sur les derniers deals large-cap qui ont fait l'actualité ces derniers mois.

Décideurs. Peut-on dire qu’Ardian est aujourd'hui un acteur du large-cap, compte tenu du nombre de deals au-delà du milliard d’euros que vous réalisez avec le fonds buyout?

Philippe Poletti. Chacun a sa vision de la segmentation du marché du capital-investissement selon la taille des opérations. En fonction des pays, le large-cap commence entre 500 millions et 1 milliard d’euros de valeur d’entreprise (VE). Quand on étudie notre dernier véhicule de buyout, 50 % de nos deals sont entre 500 millions et 800 millions d’euros de valorisation, contre 30 % entre 300 millions et 500 millions d’euros de VE, et 20 % au-dessus du milliard. Nous sommes donc majoritairement large-cap.

Ce virage vers le large-cap est-il une conséquence directe du succès de votre société de gestion? Les LPs vous confient plus d’argent, et vous devez donc accompagner de plus grands groupes…

À ce jour, Ardian est l’acteur qui possède la plus grande présence locale dans la zone Euro. La plupart de nos concurrents sont anglo-saxons ou ont une majorité des professionnels de l’investissement basés à Londres. Grâce à notre forte présence en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne, nous bénéficions d’une capacité de « sourcing » inégalée. Ce critère est très apprécié de nos LPs. Dans notre dernier fonds, 62 % de nos transactions sont propriétaires et primaires. De façon assez paradoxale, nous avons à la fois augmenté la taille moyenne de nos deals et élevé la proportion de deals propriétaires et primaires. Kersia, Assystem Technologies et DRT font partie de nos belles acquisitions primaires récentes.

Nous avons à la fois augmenté la taille moyenne de nos deals et élevé la proportion de deals propriétaires et primaires

Ce positionnement « glocal » reflète-t-il ce que vous faites dans le monde à travers vos différents produits finalement?

Ardian gère 90 milliards de dollars d’actifs. C’est le premier acteur européen et le cinquième mondial. Nous sommes effectivement multi-produits avec une empreinte géographique très marquée en Europe et aux Etats-Unis. Toutes les activités sont en croissance. En particulier le fonds de fonds (secondaire) et le fonds infrastructures qui sont respectivement leaders mondial et continental. Quant à l’investissement direct, dans le mid-cap, le fonds Expansion est incontournable en France, Allemagne et Italie. L’équipe growth a elle levé 240 millions d’euros, ce qui en fait un acteur important de son marché. L’activité de private debt, dirigée depuis Londres, est aussi très européenne. Enfin, le real estate, la petite dernière, a déjà investi un first-time funds de 700 millions d’euros !  

Parmi ces cinq piliers d’investissement (fonds de fonds, infra, direct, private debt, real estate), y a-t-il une volonté de développement homogène ou comptez-vous accélérer sur un produit spécifique?

Aujourd’hui, la stratégie de croissance est homogène et globale à travers nos différentes activités. Cependant, nous notons une forte progression du fonds de fonds, de l’infra et des LBO.

Parlons du pôle dont vous êtes responsable, le buyout dans le large-cap. Quels sont les deals qui ont marqué ces dix-huit derniers mois, notamment à l’étranger?     

En Espagne, nous avons accompagné Monbake dans le pain et la viennoiserie surgelés. Nous avons fusionné les numéros trois et cinq du marché pour créer le numéro deux. Chose assez originale, notre investissement s’est fait dans le même temps que le rapprochement entre les deux entreprises. On parle d’une valeur d’entreprise de 500 millions d’euros, et il s’agit de notre premier LBO en Espagne. L’affaire se porte très bien. Comme dans chaque région où nous nous implantons  ̶  le bureau espagnol a ouvert il y a trois ans  ̶   nous avançons avec prudence et détermination.

En Belgique, dans l’aromathérapie, nous soutenons Inula, et en Italie, nous avons pris une participation dans Neopharmed Gentili sur la base d’une valorisation de 500 millions d’euros de ce groupe pharmaceutique familial. Le père et la fille voulaient une liquidité alors que le fils souhaitait poursuivre l’aventure. Toujours de l’autre côté des Alpes, nous avons acquis l’intégralité de Celli, une entreprise spécialisée dans les systèmes de distribution de boissons (bières, eau, sodas…). Clairement, ce ne sont pas des dossiers que l’on réaliserait avec un Italien à Londres. Les carve-out et les transmissions de capital familial sont les opérations les plus risquées. Il faut être au plus près du business, comprendre la dynamique d’un marché, les chiffres et développer une affinité avec le management. 

Les carve-out et les transmissions de capital familial sont les opérations les plus risquées      

Votre historique est plus dense en France bien sûr. Quelles sont les dernières lignes du portefeuille?

Au-delà de 500 millions d’euros de valorisation, nous avons soutenu le groupe pharmaceutique Unither. À plus d’un milliard d’euros, toujours en 2017, nous avons racheté la chaîne de magasins de produits frais  Grand Frais et réalisé le carve-out de la filiale de R&D d’Assystem, Global Product Solutions, devenant dans la foulée Expleo, champion de international de l’ingénierie (automobile, aéronautique…). Dans la foulée, nous lui avons associé une société allemande, SQS Software.

Ajoutons une précision qui a son importance, Assystem qui a conservé une participation de 40 % dans l’ensemble, marque de sa foi dans le projet de croissance malgré ses vives ambitions dans le domaine de l’énergie dont le nucléaire  ̶  Assystem s’est appuyé sur le produit de cession pour investir dans Areva. Outre notre relation de confiance avec les familles, un dossier comme celui-ci démontre notre capacité à travailler avec de grands industriels.

Plus récemment, nous nous sommes portés au capital de DRT, l’un des leaders mondiaux de la production d’ingrédients issus de la chimie du végétal. C’est encore un deal au-dessus du milliard d’euros. Une énième preuve de l’existence d’un vivier de groupes français à la pointe de leur secteur dans le monde, et qui ne font pourtant pas la une des médias. Il y a quelques semaines, le dossier Revima, spécialiste de la maintenance aéronautique, a été conclu. Dans la dernière ligne droite, on était en concurrence avec des stratégiques et des fonds, mais l’équipe de management nous a choisis. Non seulement pour notre réputation mais surtout pour notre capacité à les accompagner dans leur plan de croissance. Dans leur cas, la taille du business pourrait vite tripler.    

Vous êtes aussi entrés au capital de l’assureur SFAM il y a quelques mois. Une participation minoritaire dans un groupe en hypercroissance assez discret. Quel était le contexte de cette opération?

SFAM est à l’origine un courtier d’assurances de produits nomades (smartphones, tablettes…). En pleine croissance, le groupe a diversifié son offre et propose désormais une carte de cashback et des services de création de sites Internet, moyennant un forfait mensuel, par le biais de sa plateforme Hubside. Le postulat de SFAM : les consommateurs sont prêts à payer une assurance relativement coûteuse à condition que le remboursement en cas de casse ou de vol de l’appareil soit immédiat et sans contrainte. Cela marche très bien. La société est l’une des plus performantes du secteur et très rentable. Le patron, Sadri Fegaier, nous a fait confiance et ne nous a pas mis en concurrence.

La société SFAM est l’une des plus performantes du secteur et très rentable

Il y a quelques semaines, vous vous êtes également distingués en Angleterre avec la reprise de Study Group, l’entreprise de formation des étudiants à l’entrée dans de grandes universités anglo-saxonnes. Cela faisait un petit moment que l’on ne vous avait pas vu investir en direct au « UK » ...  

C’est vrai que l’on avait fait qu’un dossier en Angleterre en trois ans avant cette opération auprès de Study Group. Ces temps-ci, le Brexit invite à la prudence. Néanmoins, Ardian conserve des positions long-terme dans ses différentes géographies, et il n’était pas question de quitter le Royaume-Uni. Study Group ne puise que 40 % de ses revenus en Angleterre, le reste provenant essentiellement de l’Australie et des Etats-Unis. La société a d’ailleurs un bel avenir devant elle tant les universités américaines  ̶  elles font face à une pénurie d’étudiants locaux lourdement endettés  ̶  et anglaises  ̶  la perspective du Brexit pourrait limiter les étudiants européens  ̶  convoitent les candidats des régions asiatiques, africaines et du Moyen-Orient.  

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Comment accélérer sa croissance ?

Private equity, dette, crowdfunding, auto-financement... Entrepreneurs et fonds reviennent sur les meilleurs moyens d'accélérer le développement de sa société.
Sommaire T.Khris (OnOff) : "Il faut garder le contrôle de son entreprise" F.Zocchetto (PayFit) : "Très vite, nous avons pu présenter de bons KPI aux fonds" J.F Faure (AuCoffre.com) : "Le crowdfunding nous a permis de lever 600 000 euros" L.Pruvost (In'Tech Medical) : "Les fonds ont parfois mauvaise presse mais ont été salutaires" P.Marol (Alstef) : "Le soutien d'un fonds permet de gagner en crédibilité" X.Gaillard (SILAB) : "Nous finançons l'innovation en étant indépendants" Y du Rusquec : "Nous avons plusieurs licornes potentielles en portefeuille" H.Marcoux (Tikehau) : "Nous ne voulons pas casser la belle dynamique de Sofidy"
X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à aller plus loin"

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à alle...

Le réseau de crèches Babilou Family, créé en 2003 en France, leader en Europe et très présent à l’international, poursuit sa croissance malgré une ann...

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conseil est prioritaire"

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conse...

En 2021, Vestiaire Collective, spécialiste de la vente de vêtements et d’accessoires d’occasion de luxe, est devenu l’une des licornes françaises de l...

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Le courtier de portefeuille de cryptomonnaies Ledger boucle un nouveau tour de table de 380 millions de dollars. Désormais valorisé 1,23 milliard de d...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

Conseil des entreprises du secteur du numérique, des éditeurs de logiciels aux sociétés de services, PAC - teknowlogy Group propose son offre à des en...

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Alors que le gouvernement amorce la sortie des aides exceptionnelles, déconfinement oblige, les sujets ne manquent pas : de la réforme des retraites a...

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis se prépare à lancer son introduction en Bourse sur le marché coté Euronext 40. Créée en 2001, l’entreprise a su se démarquer de la concurrence...

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

La pandémie n’en finit pas de maintenir dirigeants et investisseurs dans un brouillard d’incertitudes. Frédéric Balochard, associé-fondateur de la soc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte