P. Nakhlé Cerruti (Viparis) : "La crise du secteur événementiel est suivie par le Quai d’Orsay, Matignon et Bercy"

L’Union des métiers de l’événementiel (Unimev) accuse déjà une perte de 15 milliards d’euros dans le sillage de la crise du Covid-19. Plus de 4 500 événements ont été annulés et plus de 3 000 reportés. Les grands rassemblements pourraient à nouveau être autorisés dès le 1er septembre. En attendant la filière s’organise. Viparis et Bureau Veritas ont, par exemple, mis en place un label sécurité dont nous parle Pablo Nakhlé Cerruti.
Pablo Nakhlé Cerruti, directeur général de Viparis, gestionnaire de sites de congrès et d'exposition.

L’Union des métiers de l’événementiel (Unimev) accuse déjà une perte de 15 milliards d’euros dans le sillage de la crise du Covid-19. Plus de 4 500 événements ont été annulés et plus de 3 000 reportés. Les grands rassemblements pourraient à nouveau être autorisés dès le 1er septembre. En attendant la filière s’organise. Viparis et Bureau Veritas ont, par exemple, mis en place un label sécurité dont nous parle Pablo Nakhlé Cerruti.

Décideurs. Vous avez mis en place, en partenariat avec Bureau Veritas, un label visant à assurer la sécurité des sites événementiels. Expliquez-nous.

Pablo Nakhlé Cerruti. Afin de préparer la rentrée début septembre, nous avons établi un protocole sanitaire strict, validé par Bureau Veritas. Les critères sont nombreux. Il y a d’abord la capacité du site à s’adapter aux enjeux sanitaires : salle isolée, sur-nettoyage des parties communes, comptage précis des personnes présentes pour ajuster la jauge, etc. Le travail avec les prestataires est également évalué, tout comme celui avec les clients. Je pense notamment à la manière dont on synchronise nos procédures afin d’éviter les trous dans la raquette. Enfin, le niveau de protection des collaborateurs est étudié.

Quel est l’intérêt de ce label ?

Il permet de bénéficier d’un socle de discussions avec le reste de l’industrie. Nous sommes plusieurs à promouvoir la destination Paris et donc à être concernés par la situation : hôtels, aéroports, grands magasins, etc. Le label permettra de rassurer les organisateurs d’événements mais aussi les visiteurs sur tout le parcours de leur voyage, en passant par l’hébergement et l’événement.

Comment le déconfinement se passe-t-il pour vous ?

Aujourd’hui notre activité est toujours interdite. Les rassemblements de plus de 5 000 personnes ne sont pas autorisés jusqu’au 1er septembre, tout comme ceux de plus de dix personnes pour le moment. Nous espérons que ces derniers le seront avant la fin de l’été. Pour les grands événements, outre le fait qu’il faudrait que la date de septembre soit confirmée, il existe une réelle inconnue : l’état du trafic aérien. Si nous organisons de grands événements mais que les personnes ne peuvent pas circuler, il va être difficile d’attirer du monde.

Quel est l’impact économique ?

Nous enregistrons une perte de 29 % de chiffre d’affaire sur le premier trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2019. Au deuxième semestre, c’est-à-dire après la levée probable de l’interdiction d’événements de plus de 5 000 personnes, certains sont déjà annulés, tels que le Mondial de l’auto ou la Paris Games Week.

Avez-vous des discussions avec le gouvernement à ce sujet ?

Les représentants du secteur touristique discutent de manière hebdomadaire avec l’État. Il y a une dizaine de jours s’est également tenue une réunion du Conseil interministériel du tourisme, qui traite de ces sujets. La crise du secteur est suivie par le Quai d’Orsay, Matignon et Bercy.

"Une quinzaine d’entreprises et grands groupes tirent tout le secteur de l’événementiel"

Les mesures gouvernementales concernant l’événementiel distinguent pour certaines les TPE et PME des ETI et grandes entreprises. Qu’en pensez-vous ?

Nous aimerions que ces différences soient gommées. Une quinzaine d’entreprises et grands groupes tirent tout le secteur de l’événementiel. Il ne faudrait pas les abîmer. Par ailleurs, tous les volets ne concernent pas le gouvernement. Par exemple, certaines négociations relèvent des villes. Nous demandons l’annulation des loyers des concessions pendant la période de fermeture administrative.

Quel est votre plus grand défi pour cette reprise ?

Redonner confiance aux visiteurs et aux exposants afin qu’ils reviennent dans les salons, les congrès et les événements. Il faut retrouver une dynamique économique, d’une part, tout en gérant le risque sanitaire d’autre part.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Come back de l'économie : les plans de relance, un défi collectif

Prévisions - acteurs de la relance - secteurs
Sommaire L'État dégaine un plan de 8 milliards d'euros pour l'automobile La relance post-Covid sera verte ou ne sera pas La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise Plan de relance : Bruxelles met 750 milliards d'euros sur la table Aéronautique : l’État débloque 15 milliards d’euros BTP : un plan de façade ? Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie K. Courboin (J.P. Morgan) "Les petites entreprises n'ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort de l Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte