P.Maurice (Ifri) : "La France a réussi à faire de la crise un accélérateur de ses ambitions en Europe"

Le mois dernier, la déclaration commune d’Emmanuel Macron et Angela Merkel en faveur d’un plan de relance européen marquait le retour en force du couple franco-allemand, à l’arrêt depuis trois ans. Chercheur spécialisé dans les relations franco-allemandes à l’Ifri, Paul Maurice revient sur les raisons de ce rapprochement et sur ses possibles effets.

Le mois dernier, la déclaration commune d’Emmanuel Macron et Angela Merkel en faveur d’un plan de relance européen marquait le retour en force du couple franco-allemand, à l’arrêt depuis trois ans. Chercheur spécialisé dans les relations franco-allemandes à l’Ifri, Paul Maurice revient sur les raisons de ce rapprochement et sur ses possibles effets.

Décideurs. Le 19 mai, la déclaration commune d’Emmanuel Macron et Angela Merkel mettait fin à des mois de tensions entre les deux dirigeants ; à quoi étaient-elles imputables ?

Paul Maurice. Avec cet accord, il est vrai que le couple franco-allemand revient de loin puisque le tandem était à l’arrêt depuis 2017. À l’époque, les Allemands voient en Emmanuel Macron un président très européen, très porté sur les réformes ; ça leur plaît. Mais la dynamique va être un peu cassée lorsqu’en septembre de la même année Angela Merkel est réélue avec un score très faible, ce qui l’affaiblit au sein de son parti et la place dans l’incapacité de constituer un gouvernement. Si bien que, lorsqu’Emmanuel Macron prononce le discours de la Sorbonne dans lequel il délivre un message très en faveur de l’Europe, celui-ci ne rencontre pas outre- Rhin l’écho espéré.

En réalité, pour Angela Merkel, le timing est mauvais. Elle est en difficulté et ne peut s’engager dans ce projet. Par la suite, la situation va s’aggraver... Effectivement. Rapidement Emmanuel Macron apparaît un peu trop volontariste, déterminé à bousculer l’Allemagne pour faire avancer le projet européen alors que, de son côté, celle-ci cherche à prolonger le statu quo. En 2019, à l’approche des élections européennes, l’opposition devient flagrante. Alors qu’Emmanuel Macron plaide pour la mutualisation des dettes, Annegret Kramp-Karrenbauer alors dauphine potentielle de la chancelière lui oppose une fin de non-recevoir. Le désaccord semble consommé.

Diriez-vous que la crise sanitaire a contribué au rapprochement ?

Cela ne fait aucun doute même si, au début de la pandémie, on est sur des positions très antagonistes : la France défendant le principe d’une solidarité financière via la création de corona-bonds et, de son côté, l’Allemagne refusant l’utilisation du mécanisme européen de stabilité. Et puis entre fin mars et mi-mai, un rapprochement progressif va s’opérer. Début avril, Bruno Le Maire et Olaf Scholz, le ministre allemand des Finances – formulent une déclaration commune en vue de la réunion de l’Eurogroupe, un consensus commence à émerger dans lequel Emmanuel Macron et Angela Merkel tempèrent tous deux leurs positions, jusqu’à ce que l’Allemagne accepte enfin le principe de la mutualisation des dettes.

Ce revirement est donc le fruit de mois d’efforts diplomatiques?

Il y a eu de gros efforts diplomatiques de la part du président français, c’est certain, mais la gravité de la crise a fait le reste. En se ralliant à ses positions, Angela Merkel a d’abord agi par pragmatisme : elle savait qu’elle ne pouvait plus s’opposer à la solidarité financière entre États membres sans risquer la dislocation de l’UE, laquelle impacterait considérablement l’économie allemande, très dépendante des exportations.

Pour autant, faut-il voir dans ce dénouement une victoire d’Emmanuel Macron?

Cela ne fait aucun doute. Pour lui, cette victoire est d’autant plus marquante qu’elle permet d’avancer vers le fédéralisme européen qu’il a toujours souhaité. De fait, la proposition franco-allemande ne se limite pas à la question budgétaire mais évoque aussi la question sanitaire, la transition écologique et numérique et la souveraineté européenne. Autant de sujets qui ont toujours été des priorités plutôt françaises et qui, aujourd’hui, peuvent être portés par plus de fédéralisme européen. Résultat : la France a réussi à faire de la crise sanitaire un accélérateur de ses ambitions pour l’Europe, mais le président de la République a eu l’intelligence de le faire en se plaçant, d’emblée, sur le plan européen et non national, dans le cadre du couple franco-allemand. Si bien que, si la crise se révèle être le déclencheur d’une plus grande intégration européenne, c’est ce qui restera du couple Macron-Merkel.

Propos recueillis par Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Les années passent et nos responsables politiques publient toujours autant d’ouvrages. Objectifs : se faire connaître, montrer leur expertise, se plac...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Une droite qui ne parle quasiment plus qu’aux personnes âgées, un président de la République doté d’un socle solide dans toutes les CSP, un RN souvera...

Pegasus, au cœur du scandale

Pegasus, au cœur du scandale

De nombreux États, qu’ils soient considérés comme des dictatures ou des démocraties, utiliseraient un logiciel proposé par la société israélienne NSO...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte