P.Marol (Alstef) : "Le soutien d'un fonds permet de gagner en crédibilité"

En 2018 Alstef, le spécialiste des systèmes de manutention automatisée, annonce la création d’une holding avec le spécialiste de la robotique mobile BA Systèmes. Nouvelle étape pour cette entreprise qui, après avoir repris son indépendance en 2006, a fait appel au private equity pour soutenir sa croissance. Explications de son président, Pierre Marol.

En 2018 Alstef, le spécialiste des systèmes de manutention automatisée, annonce la création d’une holding avec le spécialiste de la robotique mobile BA Systèmes. Nouvelle étape pour cette entreprise qui, après avoir repris son indépendance en 2006, a fait appel au private equity pour soutenir sa croissance. Explications de son président, Pierre Marol.

Décideurs. Pourquoi avoir racheté Alstef en 2006 ?

Pierre Marol. Il faut revenir rapidement sur l’histoire de l’entreprise : fondée en 1961, elle est revendue en 1978 à Alstom puis acquise en 2000 par un fonds de private equity anglais. En 2006, le fonds souhaitait se séparer du groupe. J’en étais alors le dirigeant depuis six ans et j’ai décidé de le racheter en prenant 51 % du capital et en proposant aux membres du comité de direction et aux salariés qui le souhaitaient d’acquérir le reste. L’opération a été financée à 25 % par l’actionnariat et le reste par un emprunt bancaire. Les banques, la Société générale et Fortis, nous ont suivis sans problème. Nous sommes ainsi redevenus une PME française indépendante et nous avons pu poursuivre notre croissance ainsi que traverser la crise de 2007-2009 en restant profitables.

En 2011, vous vous tournez vers un fonds. Pour quelles raisons ?

Nous voulions alors accélérer notre développement, en particulier grâce à de la croissance externe. Nous nous sommes rendu compte que, non soutenus par un fonds, nous n’étions pas forcément pris au sérieux par certains vendeurs. Recourir au private equity nous permettait de bénéficier d’un conseil, de financements et de gagner en crédibilité. Nous avons retenu l’offre de CM CIC Capital qui, avec la Société générale, a pris 20 % du capital. L’une des raisons de ce choix est qu’ayant financé l’investissement sur fonds propres, CM CIC n’avait pas fixé de date de sortie. L’opération s’est réalisée en achat de titres –certains actionnaires ont pu réaliser un cash-out – sans passer par une augmentation de capital. L’entrée du fonds a accéléré notre croissance organique en finançant notre internationalisation.

"Le principal frein n'est pas le financement mais le recrutement"

Nouvelle étape en 2018 avec le rapprochement avec BA Systèmes et l’entrée d’un nouveau fonds, Future French Champions (FFC)…

À cette étape de notre croissance, il nous a semblé opportun de redonner un peu de liquidités aux actionnaires mais aussi de mettre en œuvre une opération de croissance externe un peu particulière en construisant un projet industriel commun avec BA Systèmes, le spécialiste français de la robotique mobile. Ce sont nos deux entreprises réunies sous le chapeau d’une holding, B2A Technology, qui sont parties en quête d’un nouveau financement, et le projet a suscité un grand intérêt. Nous avons reçu une quinzaine d’offres et retenu celle de Future French Champions, un fonds détenu à parité par Bpifrance et Qatar Investment Authority. Ce rapprochement a permis à deux PME de devenir une ETI de 530 salariés affichant 108 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018.

Quel futur pour Alstef et B2A Technology ? Et avec quel accompagnement financier ?

Nous allons poursuivre notre croissance organique, qui est d’environ 15 % par an, avec un chiffre d’affaires attendu de 125 millions d’euros cette année. Nous avons aussi deux projets d’acquisition en cours de réflexion pour lesquels nous pourrons soit recourir à notre trésorerie, soit bénéficier de la ligne ouverte auprès de notre pool bancaire, soit faire appel à FFC. Pour conclure, j’aimerais souligner que, pour une entreprise en croissance, le principal frein n’est pas celui du financement (le marché regorge de liquidités) mais celui du recrutement : trouver les bons collaborateurs.

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Comment accélérer sa croissance ?

Private equity, dette, crowdfunding, auto-financement... Entrepreneurs et fonds reviennent sur les meilleurs moyens d'accélérer le développement de sa société.
Sommaire T.Khris (OnOff) : "Il faut garder le contrôle de son entreprise" F.Zocchetto (PayFit) : "Très vite, nous avons pu présenter de bons KPI aux fonds" J.F Faure (AuCoffre.com) : "Le crowdfunding nous a permis de lever 600 000 euros" L.Pruvost (In'Tech Medical) : "Les fonds ont parfois mauvaise presse mais ont été salutaires" P. Poletti (Ardian) : « Ardian est le premier acteur européen et le cinquième mondial » X.Gaillard (SILAB) : "Nous finançons l'innovation en étant indépendants" Y du Rusquec : "Nous avons plusieurs licornes potentielles en portefeuille" H.Marcoux (Tikehau) : "Nous ne voulons pas casser la belle dynamique de Sofidy"
J.H Lorenzi : (Cercle des économistes) "Il faudra deux ans pour revenir au niveau d’activité de 2019"

J.H Lorenzi : (Cercle des économistes) "Il faudra deux ans pour revenir au niveau d’activité de 2019...

Alors que s’ouvre la 20ᵉ édition des Rencontres économiques d’Aix, rebaptisées cette année Aix-en-Seine et, ambiance post-confinement oblige, organisé...

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Chef économiste et membre du comité exécutif de Natixis, Patrick Artus travaille depuis de nombreuses années sur les politiques monétaires menées par...

Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Les PME s’étant vues refuser un prêt garanti par l’État peuvent bénéficier d’un dispositif d’avances remboursables ou de prêts à taux bonifiés. Si le...

Auris Finance, l’expertise sectorielle au service des opérations financières

Auris Finance, l’expertise sectorielle au service des opérations financières

Le cabinet de conseil en fusions-acquisitions se distingue sur son marché par sa proximité avec les entreprises, son expertise et son pragmatisme. Pou...

Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins connectés et autonomes

Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins connectés et autonomes

Le premier magasin autonome de France devrait être français. C’est ce que promet Storelift, qui a réuni 5 millions d’euros pour commencer le déploieme...

R. Evangelista (Edmond de Rothschild) : "L’architecture ouverte est un combat d’arrière-garde"

R. Evangelista (Edmond de Rothschild) : "L’architecture ouverte est un combat d’arrière-garde"

De nouvelles obligations de transparence pèsent désormais sur les banques privées. Leurs clients sont ainsi en mesure de comparer l’ensemble des servi...

Private equity : priorité aux build-up

Private equity : priorité aux build-up

Conséquence directe du déconfinement, les entreprises et les fonds ont pris une bonne bouffée d’air et peuvent relâcher la pression sur les dispositif...

Procos et EY dévoilent douze propositions pour sauver le commerce spécialisé

Procos et EY dévoilent douze propositions pour sauver le commerce spécialisé

Dans un livre blanc intitulé "Commerce spécialisé : une chance pour la France", Procos et EY évaluent l’impact de la crise sanitaire sur le secteur et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message