P.Guimbert (Général de corps d'armée) : "Le bien-être au travail, un impératif pour la gendarmerie"

À la tête de la région de gendarmerie Auvergne Rhône-Alpes depuis près d’un an, le Général Guimbert a à cœur de garantir le bien-être au travail de ses équipes. Comme en entreprise, des dispositifs sont déployés afin de faire grandir les hommes dans un environnement de travail propice à l’efficacité.

À la tête de la région de gendarmerie Auvergne Rhône-Alpes depuis près d’un an, le Général Guimbert a à cœur de garantir le bien-être au travail de ses équipes. Comme en entreprise, des dispositifs sont déployés afin de faire grandir les hommes dans un environnement de travail propice à l’efficacité.

Décideurs. Que représente la gendarmerie en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Général Philippe Guimbert. Je tiens à vous donner quelques chiffres : ce sont 15 000 hommes et femmes militaires et personnels civils dont 3 600 réservistes, un collectif très fort avec plus de 400 unités territoriales. D’un point de vue managérial, le commandement est très éclaté car tous les effectifs ne sont pas regroupés au même endroit.

Quelles différences faites-vous entre le commandement et le management ?

Le commandement est vertical, du chef vers le subordonné, il est avant tout opérationnel. On ne peut plus aujourd’hui uniquement commander. Il faut combiner des stratégies locales à ce commandement vertical. Je laisse une grande part d’initiative aux groupements, aux compagnies ou aux brigades, cela relève d'un management horizontal qui favorise l’intelligence locale. Le principe de subsidiarité est essentiel.

Quelles sont vos enjeux en matière de bien-être au travail ?

Avec pour slogan « la gendarmerie est une force humaine », le bien-être au travail demeure notre première préoccupation. Il conditionne la réussite de nos projets, et par conséquent le service que l’on rend à la population. Les gendarmes sont de plus en plus confrontés à des situations violentes, ils voient au plus près également la réalité de la France ; il faut les accompagner dans l’exécution de leurs missions quotidiennes. Par ailleurs, il est intéressant, pour progresser en la matière, d’avoir des regards croisés avec le monde de l’entreprise. Je rencontre régulièrement des dirigeants et nous faisons le même constat : la société a évolué et même des institutions comme la nôtre s’en trouvent affectées, c’est à nous de nous adapter pour répondre au mieux aux aspirations de nos gendarmes.

Quelles démarches avez-vous réalisées au sein de la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes ?

Nous avons des actions de formation : tous les nouveaux commandants de brigade et compagnie sont formés à l’exercice d’un commandement bienveillant, agile et éclairé. On essaye de les sensibiliser à la détection et prise en compte de situation individuelle de souffrance au travail et des psychologues sont en mesure si nécessaire, de les accompagner. Les cas de souffrance sont pris en compte par une commission pluridisciplinaire (commandement, concertation, psychologues et médecins). Pour le personnel civil qui ne connaît pas bien le milieu de la gendarmerie, des réunions sont organisées afin de faciliter leur intégration. Les absences à répétition sont prises très au sérieux car elles peuvent témoigner d’un mal-être provenant directement du travail ou de l’environnement familial. Nous essayons d’instaurer un climat de confiance afin de pouvoir en parler librement.

Quelles valeurs défendez-vous ?

La relation humaine est au cœur du métier de gendarme, que ce soit lorsque nous sommes au contact de la population que nous protégeons ou en interne en favorisant des relations professionnelles apaisées.

La vertu de l’exemple, l’esprit de corps, la compétence, la confiance, constituent nos valeurs dans le monde militaire. Chez nous il n’y a pas de syndicats, nous avons des organes de concertation, à tous les niveaux de la région, ils sont élus par leurs pairs et font remonter aux chefs territoriaux d’éventuels problèmes, participent à la conduite du changement et éclairent leurs responsables. C’est une spécificité de la gendarmerie depuis trente ans. Le commandement ne se partage pas mais il peut être éclairé. La concertation contribue à la décision du chef et participe à la cohésion de l’institution. Cette concertation est très productive. Michel Serres traduit assez bien notre façon de penser : « La véritable autorité est celle qui grandit l’autre ». Cette citation est à la base de tout commandement ou management, valable pour les généraux ou chefs d’entreprise.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

La gouvernance est un sujet dont l’importance est trop souvent minimisée par les entreprises. Pourtant, une gouvernance efficace est indispensable pou...

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le...

L.Escure (Unsa) : "Nous n'étions pas demandeurs de la réforme des retraites"

L.Escure (Unsa) : "Nous n'étions pas demandeurs de la réforme des retraites"

Le secrétaire général de l’Unsa, Laurent Escure, essaie de peser sur la réforme des retraites. Il explique pourquoi cette dernière pourrait potentiell...

Equipe Wemean :  "Le dirigeant doit accepter d’être un leader"

Equipe Wemean : "Le dirigeant doit accepter d’être un leader"

Après plus de quinze ans à conseiller les entreprises et leurs dirigeants sur leur stratégie de communication et d’influence, le cabinet Wemean est né...

A.Broches (Lidl) : "La mobilité freine les candidatures féminines"

A.Broches (Lidl) : "La mobilité freine les candidatures féminines"

Même lorsque les effectifs sont en majorité féminins, la question de l’égalité hommes-femmes se pose. Elle implique de faire face au fameux plafond de...

B.Laforge (Sanofi) : "Associer nos partenaires sociaux plus en amont"

B.Laforge (Sanofi) : "Associer nos partenaires sociaux plus en amont"

Des transformations d’envergure s’annoncent dans l’industrie pharmaceutique. Le défi de Bruno Laforge dans ce contexte ? Adapter les compétences des c...

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Pour réformer les retraites, Emmanuel Macron fait confiance à Jean-Paul Delevoye. Cet homme de dialogue mène un véritable marathon pour convaincre syn...

Anticafé lève 1,7 million d’euros

Anticafé lève 1,7 million d’euros

La chaîne spécialisée dans l’accueil de freelances et d’entrepreneurs annonce une levée de 1,7 million d’euros auprès de Nexity et de Raise Sherpas vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message