P.Fidaire (NN Investment Partners ) : "400 Md€ seront nécessaires à la transition zéro Carbonne"

NN Investment Partners, filiale du premier assureur hollandais NN Group, place l’investissement responsable au cœur de ses convictions. Philippe Fidaire, le directeur général de NN IP France, donne sa vision sur le Label Greenfin et ses impacts auprès des investisseurs et des épargnants.
Philippe Fidaire

NN Investment Partners, filiale du premier assureur hollandais NN Group, place l’investissement responsable au cœur de ses convictions. Philippe Fidaire, le directeur général de NN IP France, donne sa vision sur le Label Greenfin et ses impacts auprès des investisseurs et des épargnants.

Décideurs. Pourquoi avoir choisi de labelliser les fonds NN Green Bonds et NN Green Bond Short Duration ? Quelles sont les incidences de cette labellisation sur leurs stratégies ? 

Philippe Fidaire. L’investissement durable est au cœur de la stratégie du groupe NN IP. Nous disposions déjà du Label TEEC, l’ancien nom du label Greenfin. Labelliser les fonds NN Green Bonds et NN Green Bond Short était donc une évidence. Il s’agit de l’essence même de nos portefeuilles. Nous sommes précurseurs dans le domaine de l’ISR, puisque dès 2013, NN Investment Partners avait collaboré avec Novethic pour la labellisation de ses fonds.

Le label Greenfin est-il un réel gage de qualité ?

Le Label Greenfin impose certaines contraintes, libre à chacun de les respecter. Ces critères, clairement définis, reposent sur trois piliers. En premier lieu, le fléchage des investissements vers la transition énergétique et économique. Cette contrainte réduit significativement l’univers de l’investissement des fonds labellisés. En second lieu, l’utilisation des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance lors de la construction du portefeuille. Et enfin, le reporting : les sociétés de gestion doivent démontrer les impacts positifs de leurs investissements et prouver que ces derniers financent réellement la transition énergétique et écologique. Délivré par une entité indépendante, le label Greenfin n’est, en pratique, pas facile à obtenir, ce qui en fait, à mon sens, un gage de qualité.

Le niveau d'exigence imposé par le label Greenfin vous semble-t-il adapté au but recherché ?

Financer la transition écologique et énergétique constitue un enjeu majeur, faisant écho à la COP 21 qui a eu lieu à Paris en 2015. Les contraintes imposées dans le cadre de ce nouveau label sont parfaitement adaptées au but recherché.

"La France est novatrice dans le domaine de la transition écologique et énergétique" 

Comment ce label se positionne-t-il par rapport au label ISR porté par le ministère des Finances ? Ne craignez-vous pas un manque de lisibilité ?

Les labels ISR et Greenfin sont très différents. La label Greenfin a pour objectif de flécher les investissements vers le financement de la transition écologique et énergétique. L’objectif du label ISR est quant à lui beaucoup plus orienté vers la gestion du portefeuille qui doit respecter notamment une réduction de l’univers selon des critères ISR d’au moins 20%.  Les investisseurs institutionnels en maîtrisent parfaitement les distinctions. Mais il est vrai qu’aux yeux du grand public et des épargnants, un important travail de pédagogie reste à faire.

Existe-t-il une promesse de rendement ?

Dans le cadre de l’impact investing ̶ des fonds labelisées Greenfin ̶ nous prenons des paris sectoriels. Sur des périodes courtes, des décalages de performance avec les grands indices mondiaux sont possibles. Il faut avoir la conviction qu’investir dans la transition écologique et énergétique peut être porteur à moyen et long terme.

L'Europe doit-elle reprendre en main ces sujets et créer son propre label vert ?  

La France est novatrice dans le domaine de la transition écologique et énergétique, notamment avec la mise en place des labels Greenfin et ISR. Avec la création du Febelfin, la Belgique a également réalisé un travail intéressant sur le sujet. La transition zéro carbone va, j’imagine, générer des changements de valeurs. L’Europe est obligée de la financer. On estime ses investissements à 400 milliards d’euros par an. Un label paneuropéen en faciliterait à coup sûr le financement et offrirait une meilleure visibilité au thème de la transition écologique et énergétique. Le label Greenfin est une solution parmi d’autres pour flécher les investissements. Il permet également aux épargnants d’investir dans des fonds en accord avec leurs valeurs.

Propos receuillis par Chloé Buewaert

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Finance verte : la montée en puissance

Le réchauffement climatique met la planète et ses habitants en péril. Pour le limiter, la finance n’est pas forcément un problème, elle est une solution. Elle peut en tout cas contribuer à encourager
la transition énergétique grâce à la finance verte. Green bonds, politique des fonds, lutte contre le greenwashing... Le secteur monte en puissance. Mais ne peut à lui seul se substituer aux politiques publiques qui doivent devenir de plus en plus massives, offensives et contraignantes.
Sommaire Jeremy Rifkin, le pape de l'économie verte Le marché des green bonds se porte bien C.Itier (Haut-commissaire) : "La France est au début de son histoire avec l’impact investing" Des milliards pour une Europe plus verte T. Laquitaine (Aspim) : "Les sociétés de gestion peuvent piloter directement l’amélioration des performances ESG des actifs immo Label Greenfin : l’Europe en ligne de mire B.Poirson (Ministère de l'Écologie) : "Le label Greenfin agit comme un repère de confiance" P.Baussant (Baussant conseil) : "Le label Greenfin n’est pas une démarche philanthropique" P. Valentin (Ecofi Investissements) : "L’Europe voudra sans doute créer un label vert"
Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail et des partenariats avec les marques. Elle revient sur les...

Christel Heydemann (Orange) : "La technologie est un formidable levier pour accélérer l’innovation dans la santé"

Christel Heydemann (Orange) : "La technologie est un formidable levier pour accélérer l’innovation d...

Présente lundi 16 mai pour l’inauguration officielle des locaux de Future4care, l’incubateur européen de start-up spécialisées en e-santé, lancé en ju...

A la découverte des start-up Bliss et MaPatho

A la découverte des start-up Bliss et MaPatho

Comme chaque semaine, Décideurs vous faire découvrir les start-up de la première promotion de l'incubateur Future4care spécialisé dans la e-santé. Cet...

Comment Twitch aide les marques à séduire la jeunesse

Comment Twitch aide les marques à séduire la jeunesse

Jusque-là consacré aux jeux vidéo, le service de diffusion en direct, Twitch, continue d’accroître ses contenus artistiques et culturels. Cette filial...

Inauguration officielle de l’incubateur Future4care

Inauguration officielle de l’incubateur Future4care

Né de l’alliance entre Sanofi, Capgemini, Generali et Orange, l’accélérateur de start-up européennes Future4care a tenu son inauguration officielle ce...

Muriel Benitah (MedInTechs) : "Le salon MedInTechs se veut le mégaphone de l’innovation en santé"

Muriel Benitah (MedInTechs) : "Le salon MedInTechs se veut le mégaphone de l’innovation en santé"

Salué par Emmanuel Macron, la première édition de MedInTechs, salon de l’innovation en santé, a rassemblé 6000 personnes. Muriel Benitah, sa président...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message