P.Fidaire (NN Investment Partners ) : "400 Md€ seront nécessaires à la transition zéro Carbonne"

NN Investment Partners, filiale du premier assureur hollandais NN Group, place l’investissement responsable au cœur de ses convictions. Philippe Fidaire, le directeur général de NN IP France, donne sa vision sur le Label Greenfin et ses impacts auprès des investisseurs et des épargnants.
Philippe Fidaire

NN Investment Partners, filiale du premier assureur hollandais NN Group, place l’investissement responsable au cœur de ses convictions. Philippe Fidaire, le directeur général de NN IP France, donne sa vision sur le Label Greenfin et ses impacts auprès des investisseurs et des épargnants.

Décideurs. Pourquoi avoir choisi de labelliser les fonds NN Green Bonds et NN Green Bond Short Duration ? Quelles sont les incidences de cette labellisation sur leurs stratégies ? 

Philippe Fidaire. L’investissement durable est au cœur de la stratégie du groupe NN IP. Nous disposions déjà du Label TEEC, l’ancien nom du label Greenfin. Labelliser les fonds NN Green Bonds et NN Green Bond Short était donc une évidence. Il s’agit de l’essence même de nos portefeuilles. Nous sommes précurseurs dans le domaine de l’ISR, puisque dès 2013, NN Investment Partners avait collaboré avec Novethic pour la labellisation de ses fonds.

Le label Greenfin est-il un réel gage de qualité ?

Le Label Greenfin impose certaines contraintes, libre à chacun de les respecter. Ces critères, clairement définis, reposent sur trois piliers. En premier lieu, le fléchage des investissements vers la transition énergétique et économique. Cette contrainte réduit significativement l’univers de l’investissement des fonds labellisés. En second lieu, l’utilisation des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance lors de la construction du portefeuille. Et enfin, le reporting : les sociétés de gestion doivent démontrer les impacts positifs de leurs investissements et prouver que ces derniers financent réellement la transition énergétique et écologique. Délivré par une entité indépendante, le label Greenfin n’est, en pratique, pas facile à obtenir, ce qui en fait, à mon sens, un gage de qualité.

Le niveau d'exigence imposé par le label Greenfin vous semble-t-il adapté au but recherché ?

Financer la transition écologique et énergétique constitue un enjeu majeur, faisant écho à la COP 21 qui a eu lieu à Paris en 2015. Les contraintes imposées dans le cadre de ce nouveau label sont parfaitement adaptées au but recherché.

"La France est novatrice dans le domaine de la transition écologique et énergétique" 

Comment ce label se positionne-t-il par rapport au label ISR porté par le ministère des Finances ? Ne craignez-vous pas un manque de lisibilité ?

Les labels ISR et Greenfin sont très différents. La label Greenfin a pour objectif de flécher les investissements vers le financement de la transition écologique et énergétique. L’objectif du label ISR est quant à lui beaucoup plus orienté vers la gestion du portefeuille qui doit respecter notamment une réduction de l’univers selon des critères ISR d’au moins 20%.  Les investisseurs institutionnels en maîtrisent parfaitement les distinctions. Mais il est vrai qu’aux yeux du grand public et des épargnants, un important travail de pédagogie reste à faire.

Existe-t-il une promesse de rendement ?

Dans le cadre de l’impact investing ̶ des fonds labelisées Greenfin ̶ nous prenons des paris sectoriels. Sur des périodes courtes, des décalages de performance avec les grands indices mondiaux sont possibles. Il faut avoir la conviction qu’investir dans la transition écologique et énergétique peut être porteur à moyen et long terme.

L'Europe doit-elle reprendre en main ces sujets et créer son propre label vert ?  

La France est novatrice dans le domaine de la transition écologique et énergétique, notamment avec la mise en place des labels Greenfin et ISR. Avec la création du Febelfin, la Belgique a également réalisé un travail intéressant sur le sujet. La transition zéro carbone va, j’imagine, générer des changements de valeurs. L’Europe est obligée de la financer. On estime ses investissements à 400 milliards d’euros par an. Un label paneuropéen en faciliterait à coup sûr le financement et offrirait une meilleure visibilité au thème de la transition écologique et énergétique. Le label Greenfin est une solution parmi d’autres pour flécher les investissements. Il permet également aux épargnants d’investir dans des fonds en accord avec leurs valeurs.

Propos receuillis par Chloé Buewaert

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Finance verte : la montée en puissance

Le réchauffement climatique met la planète et ses habitants en péril. Pour le limiter, la finance n’est pas forcément un problème, elle est une solution. Elle peut en tout cas contribuer à encourager
la transition énergétique grâce à la finance verte. Green bonds, politique des fonds, lutte contre le greenwashing... Le secteur monte en puissance. Mais ne peut à lui seul se substituer aux politiques publiques qui doivent devenir de plus en plus massives, offensives et contraignantes.
Sommaire Jeremy Rifkin, le pape de l'économie verte Le marché des green bonds se porte bien C.Itier (Haut-commissaire) : "La France est au début de son histoire avec l’impact investing" Des milliards pour une Europe plus verte T. Laquitaine (Aspim) : "Les sociétés de gestion peuvent piloter directement l’amélioration des performances ESG des actifs immo Label Greenfin : l’Europe en ligne de mire B.Poirson (Ministère de l'Écologie) : "Le label Greenfin agit comme un repère de confiance" P.Baussant (Baussant conseil) : "Le label Greenfin n’est pas une démarche philanthropique" P. Valentin (Ecofi Investissements) : "L’Europe voudra sans doute créer un label vert"
Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau Initiative France accompagne les entreprises pour traverser cette période inédite. Son président, Gu...

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte