P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de tous"

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de crise sanitaire et de confinement. Sa directrice générale Pauline Duval partage avec Décideurs son analyse de cette situation inédite.
Pauline Duval (©D.R.)

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de crise sanitaire et de confinement. Sa directrice générale Pauline Duval partage avec Décideurs son analyse de cette situation inédite.

Décideurs. La solidarité est le leitmotiv des professionnels de la fabrique de la ville depuis le début du confinement. Comment cela se matérialise-t-il chez Groupe Duval ?

Pauline Duval. Nous sommes un groupe familial diversifié à la fois propriétaires, locataires, gérants et commerçants. Nous vivons donc au quotidien les impacts de cette crise sanitaire et économique à plusieurs niveaux. Nous sommes dans une période d’incertitude importante avec des conséquences à court, moyen et long terme. C’est pour cela qu’il faut montrer une solidarité unanime. Des grandes aux petites entreprises, en passant par les salariés, tout le monde doit se serrer les coudes pour surmonter cette crise. Au sein de notre entreprise, nous faisons tous les efforts nécessaires pour poursuivre l’activité dans les secteurs qui ne sont pas frontalement touchés par la crise afin de soutenir l’économie française. En tant que directrice générale, j’ai demandé à ce que nos filiales maintiennent une saine gestion de leur trésorerie, tout en accordant une attention particulière aux plus petits prestataires en situation de fragilité financière. Cette crise n’appelle pas un repli sur soi, mais une solidarité unanime et une responsabilisation de tous.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement dans cette situation de crise sanitaire ?

Je tiens à saluer les efforts de l’Etat français qui fait preuve quotidiennement d’une solidarité immédiate et totale depuis le début de cette crise sans précédent. Il est facile pour certains de critiquer de l’extérieur mais ils oublient que prendre les bonnes décisions au bon moment est ce qu'il y a de plus difficile en réalité. Je pense que l’Etat français est totalement impliqué et engagé aux côtés des citoyens et des entreprises pour trouver et mettre en œuvre des solutions urgentes et adaptées à chaque situation. J’ai eu l’occasion d’être en contact avec plusieurs ministères et j’ai personnellement pu constater cette mobilisation sans répit.

Quelles sont vos propositions pour solutionner les problèmes posés par cette crise dans la fabrique de la ville ?

Nous sommes dans une situation d’incertitude et la plupart d’entre nous, en particulier les secteurs les plus impactés, naviguent à vue. Je le répète, il faut montrer une solidarité sans conteste sur tous les fronts. De manière générale, j’espère que cette crise entraînera des changements de mentalité en France qui pourraient se concrétiser plus spécifiquement par la ré-industrialisation de certains secteurs au profit du « made in France », ainsi que dans la production et la consommation locale.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait faire évoluer à moyen terme votre stratégie et les grands principes de fonctionnement du secteur de la fabrique de la ville ?

Nous sommes un groupe familial et nous définissons notre stratégie à long terme. Cela implique une vision prudente, équilibrée et pérenne. Nous sommes aussi une grande famille d’entrepreneurs. Un entrepreneur est avant tout un optimiste. Le choc actuel ne remet donc pas en cause notre approche, mais nous oblige une fois de plus à être agiles, créatifs et à nous réinventer.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
La veille urbaine du 4 décembre 2020

La veille urbaine du 4 décembre 2020

Les fédérations du commerce qui dénoncent la décision de reporter les soldes, Pierre Ducret qui succède à Gilbert Emont à la direction de l’Institut P...

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Un mois après l’annonce de son départ de Paref, Antoine Onfray a pris les fonctions de CFO Group chez Tikehau Capital. Retour sur son parcours.

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Le ministère chargé du Logement a mis en ligne une carte interactive des loyers moyens afin de palier au manque d’informations dans les petites villes...

La veille urbaine du 3 décembre 2020

La veille urbaine du 3 décembre 2020

Un budget de 2,7 Mds€ pour l'Anah en 2021, BNP Paribas REIM qui acquiert l'ensemble « Ilot 4B » à Euronantes, Antoine Onfray nommé CFO de Tikehau Capi...

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confinement

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confineme...

Métamorphosé par la pandémie, le monde du travail se réinvente avec la mise en place massive du télétravail. De cette pratique découle un abandon part...

La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte