P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de tous"

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de crise sanitaire et de confinement. Sa directrice générale Pauline Duval partage avec Décideurs son analyse de cette situation inédite.
Pauline Duval (©D.R.)

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de crise sanitaire et de confinement. Sa directrice générale Pauline Duval partage avec Décideurs son analyse de cette situation inédite.

Décideurs. La solidarité est le leitmotiv des professionnels de la fabrique de la ville depuis le début du confinement. Comment cela se matérialise-t-il chez Groupe Duval ?

Pauline Duval. Nous sommes un groupe familial diversifié à la fois propriétaires, locataires, gérants et commerçants. Nous vivons donc au quotidien les impacts de cette crise sanitaire et économique à plusieurs niveaux. Nous sommes dans une période d’incertitude importante avec des conséquences à court, moyen et long terme. C’est pour cela qu’il faut montrer une solidarité unanime. Des grandes aux petites entreprises, en passant par les salariés, tout le monde doit se serrer les coudes pour surmonter cette crise. Au sein de notre entreprise, nous faisons tous les efforts nécessaires pour poursuivre l’activité dans les secteurs qui ne sont pas frontalement touchés par la crise afin de soutenir l’économie française. En tant que directrice générale, j’ai demandé à ce que nos filiales maintiennent une saine gestion de leur trésorerie, tout en accordant une attention particulière aux plus petits prestataires en situation de fragilité financière. Cette crise n’appelle pas un repli sur soi, mais une solidarité unanime et une responsabilisation de tous.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement dans cette situation de crise sanitaire ?

Je tiens à saluer les efforts de l’Etat français qui fait preuve quotidiennement d’une solidarité immédiate et totale depuis le début de cette crise sans précédent. Il est facile pour certains de critiquer de l’extérieur mais ils oublient que prendre les bonnes décisions au bon moment est ce qu'il y a de plus difficile en réalité. Je pense que l’Etat français est totalement impliqué et engagé aux côtés des citoyens et des entreprises pour trouver et mettre en œuvre des solutions urgentes et adaptées à chaque situation. J’ai eu l’occasion d’être en contact avec plusieurs ministères et j’ai personnellement pu constater cette mobilisation sans répit.

Quelles sont vos propositions pour solutionner les problèmes posés par cette crise dans la fabrique de la ville ?

Nous sommes dans une situation d’incertitude et la plupart d’entre nous, en particulier les secteurs les plus impactés, naviguent à vue. Je le répète, il faut montrer une solidarité sans conteste sur tous les fronts. De manière générale, j’espère que cette crise entraînera des changements de mentalité en France qui pourraient se concrétiser plus spécifiquement par la ré-industrialisation de certains secteurs au profit du « made in France », ainsi que dans la production et la consommation locale.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait faire évoluer à moyen terme votre stratégie et les grands principes de fonctionnement du secteur de la fabrique de la ville ?

Nous sommes un groupe familial et nous définissons notre stratégie à long terme. Cela implique une vision prudente, équilibrée et pérenne. Nous sommes aussi une grande famille d’entrepreneurs. Un entrepreneur est avant tout un optimiste. Le choc actuel ne remet donc pas en cause notre approche, mais nous oblige une fois de plus à être agiles, créatifs et à nous réinventer.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire P. Colomer : "Je travaille sur un moyen de quantifier la baisse des valeurs locatives à partir des flux de personnes" C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société"
La veille urbaine du 22 mai 2020

La veille urbaine du 22 mai 2020

Les déménagements et visites immobilières désormais autorisés en dehors de son département et à plus de 100km de sa résidence, Damien Nerkowski nommé...

La veille urbaine du 20 mai 2020

La veille urbaine du 20 mai 2020

Les AG de copropriété qui pourront se tenir de manière dématérialisée, l'usage du vélo en forte hausse, le lancement du fonds M Capital en France, Mey...

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

Malgré les difficultés économiques provoquées par les mesures de confinements imposées pour enrayer l’épidémie de Covid-19, les sociétés de gestion im...

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entreprise"

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entrep...

Alors que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont au cœur de l’attention, Gilles Allard, président de l’Association des directeurs imm...

La veille urbaine du 19 mai 2020

La veille urbaine du 19 mai 2020

Le CNCC, Procos et l’Alliance du commerce qui demandent la réouverture des centres de plus de 40 000 m², Beaugrenelle autorisé à ouvrir, Panhard qui r...

La Justice donne du poids aux revendications des partisans de la réouverture des grands centres

La Justice donne du poids aux revendications des partisans de la réouverture des grands centres

Le centre commercial Beaugrenelle a obtenu du Tribunal administratif de Paris la suspension immédiate de l’arrêté de fermeture dont il faisait l’objet...

Régulation des activités économiques : la protection du climat devient centrale

Régulation des activités économiques : la protection du climat devient centrale

Huit autorités administratives ou publiques indépendantes profitent de cette période inédite de crise sanitaire pour faire évoluer leurs actions en fa...

N. Charles (ULI France) : "Des fondamentaux comme la mixité vont sortir renforcés de cette crise sanitaire"

N. Charles (ULI France) : "Des fondamentaux comme la mixité vont sortir renforcés de cette crise san...

Alors que chacun s’interroge sur les conséquences de la crise sanitaire et du confinement sur la fabrique de la ville, Nathalie Charles, présidente d’...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message