P. Desurmont (groupe SMA) : "Il n’y a plus de limites aux valorisations des sociétés de croissance"

Pour Philippe Desurmont, directeur des investissements du groupe SMA, les marchés sont aujourd’hui coupés en deux, et ce sur toutes les classes d’actifs. Les investisseurs étant prêts à payer plus cher des actions de qualité ou des actifs immobiliers situés dans les meilleurs emplacements Cette segmentation rend les décisions d’investissement plus complexes et poussent les institutionnels à sortir des sentiers battus.
Philippe Desurmont

Pour Philippe Desurmont, directeur des investissements du groupe SMA, les marchés sont aujourd’hui coupés en deux, et ce sur toutes les classes d’actifs. Les investisseurs étant prêts à payer plus cher des actions de qualité ou des actifs immobiliers situés dans les meilleurs emplacements Cette segmentation rend les décisions d’investissement plus complexes et poussent les institutionnels à sortir des sentiers battus.

Décideurs. Les indices boursiers mondiaux ont fortement remonté depuis les points bas de mars dernier. Les avancées sur le vaccin ont aussi rassuré investisseurs. Quel regard portez-vous sur la situation ? Cela a-t-il un impact sur la gestion de votre portefeuille ?

Philippe Desurmont. La période de crise sanitaire que nous vivons ne s’est - heureusement - pas transformée en crise financière. Les moyens colossaux mis en œuvre par les autorités publiques ont permis de l’éviter. Grâce à ces leviers de politiques monétaires et fiscales, les marchés se tiennent relativement bien, au regard de la situation. Les indices américains ont même retrouvé leurs plus hauts niveaux historiques en septembre dernier. Ces niveaux records ne disent cependant pas tout. Les marchés actions sont coupés en deux. Il n’y a désormais plus de limites aux valorisations des sociétés de croissance, sensées être imperméables à la crise. A contrario, les investisseurs se détournent totalement des entreprises des secteurs en difficulté comme les médias, les loisirs ou encore les transports aériens. La masse de liquidité en circulation se concentre sur les entreprises qui offrent de la visibilité. De notre côté, notre politique d’investissement est mise en œuvre sur le long terme. Nous n’avons pas vocation à gérer notre allocation par à-coups. En mars et avril dernier, nous avions toutefois réinvesti un peu sur les marchés actions et un peu plus sur le marché du crédit. Depuis, notre allocation s’est stabilisée.

Quels sont, selon vous, les principaux facteurs de risque qui pèsent sur les marchés ?

À court terme, le principal facteur de risque est la situation sanitaire et la trajectoire de l’activité économique. On se trouve dans une situation économique particulière. La récession a été déclenchée par les pouvoirs publics. L’activité est aujourd’hui à 95 % de son potentiel et elle risque de rechuter avec les nouvelles mesures de restriction liées à la crise sanitaire. La remontée pourrait donc être plus longue que prévue. Les marchés financiers ont, quant à eux, enjambé la crise. Les principaux indices boursiers ont rapidement rebondi et pour certains retrouvé leurs niveaux d’avant crise. À moyen terme, nous suivons de près la remise en cause du phénomène de globalisation, déjà à l’œuvre depuis plusieurs années. C’est un phénomène aux dimensions multiples dont l’impact sur la croissance devrait être significatif, avec des avantages et des inconvénients. La question du surendettement des économies développées est aussi fondamentale. Les politiques de relance publique mises en place dans le cadre de la crise du Covid-19 ont accentué de façon dramatique le problème. Cette année, le déficit public aux États-Unis pourrait être proche de 20 % tandis que celui de la France se situerait autour de 10 %. Des niveaux qui n’ont pas été atteints depuis la Seconde Guerre mondiale.

"La masse de liquidité en circulation se concentre sur les entreprises qui offrent de la visibilité"

Quels sont vos choix d’investissement sur les marchés actions ?

Nous sommes de véritables stock-pickers. Notre sélection de titres repose sur une double approche : choisir une entreprise de qualité et s’assurer que sa valorisation soit attractive. Nous regardons notamment les avantages compétitifs de l’entreprise, sa structure financière, la qualité de son management ou encore le potentiel de croissance de son secteur d’activité.

À la sortie de l’été, le président de la Fed, Jerome Powell, a confirmé que les taux resteront proches de zéro pendant un certain temps, et ce même si l’inflation venait à dépasser 2%. Dans cet environnement de taux durablement bas, comment peut-on créer de la valeur sur les marchés obligataires ?

En tant qu’investisseur institutionnel, nos actifs sont constitués d’une part importante d’obligations. Il s’agit d’un véritable défi dans le contexte actuel. Les obligations d’entreprises constituent la majorité de notre portefeuille obligataire. Elles ont notamment le mérite d’offrir un surcroît de rémunération par rapport aux titres de dettes gouvernementales. Mais l’on se doit aussi d’être très sélectif pour éviter tout défaut. Nous essayons également de profiter des périodes de forte volatilité pour accélérer la mise en place de notre programme d’investissement, et ainsi capitaliser sur des taux d’intérêt plus élevés. En un mot : on essaye d’être opportuniste.

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurélien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Stéphanie Smatt-Pinelli, l'hyperactive

Stéphanie Smatt-Pinelli, l'hyperactive

Directrice juridique en charge du règlement des grands contentieux d'Orano, Stéphanie Smatt-Pinelli figure parmi les personnalités incontournables du...

Simon Associés se dote d’un département financements structurés

Simon Associés se dote d’un département financements structurés

À l’occasion de l’arrivée de la nouvelle associée Christelle Lataste-Salmon, Simon Associés lance un département consacré aux financements structurés...

Chez Centaure, deux avocates deviennent associées

Chez Centaure, deux avocates deviennent associées

Ourida Derrouiche et Nathalie Lagrée ont rejoint le collège d’associés du cabinet, qui compte désormais quatre femmes sur douze membres.

Septeo cible les huissiers de justice

Septeo cible les huissiers de justice

Le groupe Septeo fait l’acquisition de SoftOuest, une entreprise française spécialiste des logiciels à destination des huissiers de justice.

Hoche Avocats développe son activité de financement bancaire

Hoche Avocats développe son activité de financement bancaire

Une nouvelle associée pour s’affirmer en financement : c’est le pari de Hoche Avocats en ce début d’année. Ariane Berthoud, qui arrive tout droit du c...

N. Charles (BNP Paribas Real Estate) : "Si je devais résumer 2022 en un mot, ce serait la stabilisation"

N. Charles (BNP Paribas Real Estate) : "Si je devais résumer 2022 en un mot, ce serait la stabilisat...

BNP Paribas Real Estate, société de gestion d’actifs immobiliers, ne cesse de se développer grâce à une dynamique en phase avec les marchés et leurs c...

La plateforme de streaming Molotov condamnée pour contrefaçon

La plateforme de streaming Molotov condamnée pour contrefaçon

Le service de télévision en ligne avait été assigné devant le tribunal judiciaire de Paris par TF1, qui lui reprochait de diffuser le contenu des chaî...

Double nomination en droit social au sein du bureau toulousain de Vaughan Avocats

Double nomination en droit social au sein du bureau toulousain de Vaughan Avocats

Avec la cooptation de Laure Dubet et de Pauline Carrillo, le cabinet entend proposer une offre complète aux entreprises françaises et internationales.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte