P. Depoux (Compagnie Lebon) : "Nous devrons rapidement comprendre les nouvelles attentes de nos clients"

Après avoir géré l’urgence, la Compagnie Lebon commence à préparer l’après-confinement. Philippe Depoux, directeur général du groupe, revient sur les décisions qui ont été prises ces dernières semaines et partage ses réflexions avec Décideurs.
Philippe Depoux (©D.R.)

Après avoir géré l’urgence, la Compagnie Lebon commence à préparer l’après-confinement. Philippe Depoux, directeur général du groupe, revient sur les décisions qui ont été prises ces dernières semaines et partage ses réflexions avec Décideurs.

Décideurs. La solidarité est le leitmotiv des professionnels de la fabrique de la ville depuis le début du confinement. Comment cela se matérialise-t-il au sein de la Compagnie Lebon ?

Philippe Depoux. Elle se matérialise d’abord au niveau du dividende. Tenant compte du contexte exceptionnel actuel le conseil d’administration a décidé de proposer à la prochaine assemblée générale de ne pas distribuer de dividende pour l’exercice 2019. En parallèle, nous avons déployé des mesures sociales, facilitées par les dispositions exceptionnelles de l’Etat, comme le chômage partiel pour le personnel de nos établissements hôteliers et thermales afin de préserver l’emploi. Nous avons généralisé le télé-travail pour le reste des équipes afin de maintenir l’activité mais aussi de garder le lien et ainsi préserver l’âme de l’entreprise.

En externe, nous avons mis un de nos quatorze hôtels, situé à Paris rue du Faubourg Saint-Honoré, à disposition de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris. Nous recevrons les premiers personnels soignants dans les prochains jours et veillerons à limiter les contacts entre eux et nos collaborateurs au strict minimum. Nous avons également donné nos stocks de masques FFP2, disponibles dans nos Thermes de Brides-les-Bains, à l’hôpital de Moûtiers. Dans le cadre de notre activité immobilière, nous avons suspendu les loyers d’avril de nos quelques actifs qui génèrent des cash-flows et avons donné suite aux demandes de report des acteurs qui étaient en passe d’acquérir certains de nos immeubles. Enfin, en matière de private equity, nous sommes en contact régulier avec les dirigeants des entreprises dans lesquelles nous avons investi et nous leur proposons notre assistance dans la gestion de la crise.

Quels sont vos rapports avec vos créanciers ?

Outre le report de certaines charges fiscales et sociales dans le cadre des dispositions prévues par la loi, nous avons demandé à nos financeurs des délais dans le remboursement de certaines échéances. Ils nous ont écouté favorablement car ils ont reçu des préconisations des pouvoirs publics en ce sens, en raison de nos relations de confiance, et dans le cadre de la préparation de l’après-crise. Le véritable sujet portera probablement sur les encours futurs.

"Le fait de fonctionner sur quatre métiers complémentaires est certainement un amortisseur en cas de crise majeure"

Comment jugez-vous l’action du gouvernement dans cette situation de crise sanitaire ?

Je trouve le gouvernement présent, pédagogue et aussi transparent et agile que possible dans une telle situation. Je suis heureux de vivre en France où l’Etat prend en mains un certain nombre de sujet, ce qui nous offre plus de résilience par rapport à d’autres pays. 

Quelles sont vos propositions pour solutionner les problèmes liés à cette situation dans votre activité ?

Le fait de fonctionner sur quatre métiers complémentaires est certainement un amortisseur en cas de crise majeure. Après avoir mis en œuvre les dispositions nécessaires à la survie de la société lors des premières semaines, nous réfléchissons désormais aux moyens et actions qui nous permettront de rebondir une fois la crise sanitaire terminée. Dans notre métier d’exploitant, les clients de nos hôtels et de nos établissements thermaux constitueront la clé de la reprise. Nous devrons rapidement comprendre leurs nouvelles attentes et identifier les nouvelles segmentations pour calibrer notre offre de manière adaptée. Chacun devra mener ce travail d’introspection.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait faire évoluer à moyen terme votre stratégie et les grands principes de fonctionnement du secteur de l'immobilier ? 

Nous sommes passés très rapidement d’une période où l’économie fonctionnait bien à une phase où nous avons pris un coup de massue sur la tête. Pour penser à l’après, nous devrons réétudier en profondeur nos business models, notamment avec l’aide de regards extérieurs. Nous pourrons ainsi identifier les points de faiblesse et chercher des solutions. En immobilier, les réflexions autour de la centralité, de la mixité, des concepts communautaires et de la transformation des affectations en usages seront à creuser par exemple. En parallèle, nous devrons retenir les points positifs de cette crise sanitaire et économique. Le niveau de solidarité que nous connaissons actuellement en est incontestablement un et nous permettra d’améliorer le fonctionnement de nos métiers.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
Christel Bories, transformer le minerai en or

Christel Bories, transformer le minerai en or

Patronne d’Eramet depuis l’été 2017, Christel Bories s’est attelée à sortir le groupe minier de la crise et à le désendetter. Saluée pour sa performan...

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Sûrement l’un des plus grands défis urbains découlant du changement climatique, les îlots de chaleur urbains mettent en difficulté les villes des quat...

La veille urbaine du 19 octobre 2020

La veille urbaine du 19 octobre 2020

DeA Capital qui acquiert Le Cap à la Plaine Saint-Denis, le conseil de surveillance d’URW qui rejette le plan des « activistes », la RATP qui teste un...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

La veille urbaine du 16 octobre 2020

La veille urbaine du 16 octobre 2020

Primonial qui signe trois cliniques MCO pour son fonds ESI, Mickaël Nogal qui prend la présidence du Conseil national de l’habitat, Engie à l’heure de...

L’opération Westfield, créatrice de valeur ou boulet pour Unibail-Rodamco-Westfield ?

L’opération Westfield, créatrice de valeur ou boulet pour Unibail-Rodamco-Westfield ?

Un consortium d’investisseurs emmené par Léon Bressler et Xavier Niel s’oppose frontalement à la stratégie des dirigeants d’Unibail-Rodamco-Westfield....

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia a annoncé, le 14 octobre, l’émission de deux nouvelles obligations hybrides pour une valeur totale de 2 milliards d’euros. Cette somme doit ser...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte