P. de Gouville (Ismo) : "Notre credo est d’amener les jeunes à épargner autrement"

Être jeune et investir de façon responsable. Un doux rêve longtemps bloqué par des tickets d’entrée bien souvent trop élevés pour la plupart des jeunes actifs. L’application Ismo, lancée en 2020, propose à tout épargnant, et surtout à la nouvelle génération, de placer des petits montants tous les jours dans des ETF ISR. Philippe de Gouville, CEO d’Ismo nous détaille le projet de la fintech qui lève les barrières à l’entrée de l’investissement responsable.
Philippe de Gouville

Être jeune et investir de façon responsable. Un doux rêve longtemps bloqué par des tickets d’entrée bien souvent trop élevés pour la plupart des jeunes actifs. L’application Ismo, lancée en 2020, propose à tout épargnant, et surtout à la nouvelle génération, de placer des petits montants tous les jours dans des ETF ISR. Philippe de Gouville, CEO d’Ismo nous détaille le projet de la fintech qui lève les barrières à l’entrée de l’investissement responsable.

DécideursComment la prise de conscience croissante des enjeux sociétaux et environnementaux peut-elle changer la vision de l’épargne auprès des nouvelles générations ?

Philippe de Gouville. Il y a effectivement une très forte appétence sur des sujets tels que l’environnement ou l’égalité des chances auprès de la nouvelle génération. Les jeunes manquent cependant de conseil et de visibilité sur leurs possibilités d’investissement. Face à ces problématiques, le volet éducationnel est primordial. Notre credo est d’amener les jeunes à épargner autrement, à avoir les bons réflexes d’épargne. Évidemment cela ne signifie pas abandonner des moyens d’épargne pratiques comme le livret A, qui permet de disposer d’une épargne de précaution dans laquelle on peut piocher pour financer des voyages ou un déménagement. Mais au-delà de cela et pour trouver des produits d’épargne plus rémunérateurs, il faut se projeter à long terme, ce qui n’est pas un acte naturel.

"Dès que ces petits montants dépassent les cinq euros, Ismo les place dans des produits d’investissement"

Ismo propose de remédier à cette problématique par le biais de la consommation : lors de chaque dépense effectuée avec la carte ancaire, l’application épargne automatiquement les arrondis à l’euro supérieur (ou plus selon le paramétrage). Il est également possible d’épargner un euro par jour par exemple, mais l’objectif reste le même : que l’épargne soit régulière et indolore. Dès que ces petits montants dépassent les cinq euros, Ismo les place dans des produits d’investissement.

En matière de stratégie d’investissement, comment tenir la promesse entre responsabilité et rentabilité auprès d’une population toujours plus informée?

Lors de la construction de nos portefeuilles d’investissement début 2020, nous avons tout de suite opté pour que toutes les classes d’actifs sur lesquelles nous investissons soient sur des supports ISR ou ESG. Sur nos "profils dynamiques" il y a par exemple 75 % d’ETF socialement responsables. Certains sujets comme l’exclusion de certains secteurs (nucléaire, tabac…) ont tout de suite été très bien intégrés et compris par les épargnants. Quant à d’autres – la notion de "best in class" par exemple –, ils nécessitent un vrai travail d’éducation auprès des jeunes qui sont parfois surpris de voir apparaître certaines entreprises dans nos portefeuilles.

Pour ce qui est de la rentabilité, depuis début 2020 les ETF Actions européennes ISR sont plus performantes que les actions européennes classiques. L’ISR introduit en effet un biais dans les performances car il favorise les valeurs dites "de croissance".

Les jeunes qui se lancent dans des investissements sur du long terme (huit ou dix ans), sont bien conscients que l’avenir est incertain et que les placements "sûrs" de leurs parents ne rapportent plus rien. Nos portefeuilles sont en phase avec cette réalité et offrent un équilibre entre risque et rendement. C’est la raison pour laquelle nous investissons dans les ETF ISR des grandes maisons telles que BlackRock, Lyxor, Amundi et BNP. Nos fonds sont extrêmement peu chargés et font partie des moins chers de la place. Leur TER, c’est à dire le total annuel de tous les frais sur un fonds, dans leur ensemble, se situe entre 0,50 % et 0,70 %.

Quelles sont les prochaines grandes étapes du développement d’Ismo ?

Nous avons lancé le service en septembre 2020 et l’on compte aujourd’hui un peu plus de 20 000 inscrits et une équipe de dix collaborateurs. Le développement technique est assez original : pour pouvoir investir cinq euros dans les fonds, il faut un peu révolutionner le circuit de l’épargne car en général, des montants plus importants sont nécessaires. Nous avons intégré un ensemble de fonctions qui est généralement réservé à d’autres entreprises, comme les dépositaires, pour agir sur toute la chaîne, de la création du compte à l’investissement. Cette capacité va nous permettre d’accueillir plus d’un million de personnes sans difficulté. Nous prévoyons également de recruter, notamment des spécialistes en architecture numérique.

Propos recueillis par Sandy Andrianabiby

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier ISR, de la prise de conscience à l'impact

Investissement durable, à impact, socialement responsable... Autant de termes qui définissent une transformation de la finance pour construire une économie plus durable. L’Investissement 
socialement responsable  (ISR) connaît aujourd’hui l’évolution la plus importante depuis la signature des Accords de Paris et semble évoluer dans un environnement favorable. La prise en 
compte de critères extra-financiers, comme le respect de l’environnement ou la gouvernance, dans la sélection d’entreprises et la construction de portefeuilles par les gérants, permet à l’épargnant de placer de façon ciblée en fonction de ses valeurs. L’investissement à impact va plus loin encore et mesure réellement l’effet produit par les sociétés investies. De plus en plus de fonds thématiques sont développés – dont le succès va grandissant – en vue de contribuer à l’élaboration d’une économie plus vertueuse. Ainsi, l’ISR peut-il s’imposer comme une forme majeure d’investissement ? La rédaction a échangé avec des acteurs au cœur du sujet et, selon eux, c’est déjà le cas.
Sommaire S. Fasolo (ELEVA Capital) : "Le client se tourne de plus en plus vers les fonds à impact" P. Chabrol (Trésor): "On est passé d’un label de niche à un label central pour la gestion ESG " Marchés émergents : des green bonds pour financer la reprise ? Atos et DreamQuark misent sur l’IA pour faire progresser l’investissement responsable L. Florez et J.-M. Péan (OFI AM): "l'avenir sera marqué par la finance à impact et les sujets de la biodiversité et du social" N. Parsons (ThomasLloyd) : "L'impact est ce qui importe vraiment en fin de compte" K. Carmoun (Robeco) : "Repenser la place de la banque privée dans la société" Le climat, nouvel enjeu sur la place financière
V. Couroyer (Magnacarta) : "Notre maître-mot est de sécuriser l'activité des cabinets"

V. Couroyer (Magnacarta) : "Notre maître-mot est de sécuriser l'activité des cabinets"

Entretien croisé avec Vincent Couroyer, président du groupement de cabinets indépendants de gestion en patrimoine Magnacarta, et Julie Compagnon, prés...

Herbert Smith Freehills se renforce en financement de projets

Herbert Smith Freehills se renforce en financement de projets

Michaël Armandou rejoint Herbert Smith Freehills en qualité d’associé à Paris. Au sein du département finance de la firme, l’avocat travaillera sur le...

Fidal a définitivement tourné la page

Fidal a définitivement tourné la page

Le bouleversement des équipes parisiennes de Fidal provoqué par le départ d’une centaine d’avocats en janvier 2019 à destination de KPMG ne sera bient...

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Avec une fortune avoisinant les 5 milliards d’euros, Ariane de Rothschild est désormais seule à la tête du groupe Edmond de Rothschild, après la mort...

Un nouvel associé rejoint Consigny Monclin Bellour

Un nouvel associé rejoint Consigny Monclin Bellour

Quelques mois seulement après sa création, le cabinet Consigny Monclin Bellour accueille un nouvel associé en droit pénal des affaires : Benjamin Bohb...

BCLP accueille deux associés en contentieux des affaires

BCLP accueille deux associés en contentieux des affaires

Philippe Métais et Élodie Valette intègrent le pôle contentieux et investigations de Bryan Cave Leighton Paisner (BCLP) en qualité d’associés. Dans ce...

P-A. Poussier (Financiale gestion privée) : "Nous exerçons un métier de généraliste en réunissant des experts thématiques"

P-A. Poussier (Financiale gestion privée) : "Nous exerçons un métier de généraliste en réunissant de...

Financiale fête ses 10 ans et Pierre-Antoine Poussier détaille l’impact de la crise sur l’activité du cabinet et ses ambitions pour les prochaines ann...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte