P.Courbebaisse (FFP) : " Une prise de conscience globale de l’enjeu de la compétence "

le 5 septembre 2018, loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui réforme la formation professionnelle, l'apprentissage et l’assurance chômage apportait des changements notables à l’univers de la formation. Pierre Courbebaisse, président de la Fédération de la Formation Professionnelle, tire un premier bilan, un an après la mise en place des premiers dispositifs prévus par la loi.

le 5 septembre 2018, loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui réforme la formation professionnelle, l'apprentissage et l’assurance chômage apportait des changements notables à l’univers de la formation. Pierre Courbebaisse, président de la Fédération de la Formation Professionnelle, tire un premier bilan, un an après la mise en place des premiers dispositifs prévus par la loi.

La formation professionnelle est-elle plus facile d’accès après la réforme ?

La mise en œuvre opérationnelle de la réforme n’est pas encore achevée, nous ne pouvons donc pas encore en analyser les résultats. Nous remarquons cependant une prise de conscience globale de l’enjeu de la compétence au cœur des transformations économiques et sociétales du pays. Pour répondre à ce défi, la Fédération aide au développement de la filière de tous les acteurs de la compétence autour de l’accompagnement, l’orientation, du conseil, de la formation et des solutions pédagogiques, et de la certification. 36% des français ont accès à la formation professionnelle en France et plus de 50% en Allemagne, il nous reste du chemin à parcourir.

Quel bilan faites-vous de la transformation des Opca en Opco ?

Je tiens à préciser que les Opco sont des outils au service des branches professionnelles, ils financent l’alternance, le plan de développement des compétences pour les entreprises de moins de cinquante salariés, et accompagnent les branches dans la gestion prévisionnelle de l’emploi et dans la certification. Ils se mettent actuellement en ordre de marche, leur totale transformation ne sera terminée qu’à la fin du premier ou second semestre. Deux choses sont importantes en ce qui les concerne : la clarté dans la prise en charge des actions de formations et la proximité dans le redéploiement de leurs actions régionales. Par ailleurs, les Opco doivent encourager le co-financement du CPF et créer un accompagnement adapté aux petites entreprises. Tout ceci est entrain de se mettre en place. 

L’utilisation de l’application CPF est-elle celle espérée ?

Nous en sommes à la première version de l’application, mais les chiffres sont plutôt prometteurs : 1 million de téléchargements, 136 000 dossiers déposés et 50 000 formations démarrées dans toute la France. Trois points seront améliorés pour les prochaines versions. Le moteur de recherche doit être plus lisible pour les usagers et neutre pour respecter la concurrence entre entreprises de formation. Nous attendons la mise en place des mécanismes d’abondements pour notamment pour les employeurs, les Régions et Pôle emploi. Cela devrait être déployé entre avril et juin.  

Les organismes suivent-ils le rythme de la réforme ? 

Nous sommes très actifs dans l’accompagnement des entreprises de formation, nous proposons de l’information en direct, des webinars, des échanges. Notre rôle est de suivre toutes les difficultés opérationnelles de la mise en œuvre de la réforme. Il est encore tôt pour mesurer son impact sur le secteur, mais nous constatons la véritable évolution stratégique des entreprises de formation : la certification, la digitalisation, le marketing, et le développement du BtoC.

La tendance est à l’internalisation de la formation, qu’en pensez-vous ?

L’enjeu est que les entreprises développent des stratégies d’investissement dans les compétences et s’engagent à devenir des organisations apprenantes. Elles s’appuient sur les professionnels du développement des compétences, leur expertise pédagogique et de certification, et notamment pour développer la formation en situation de travail (AFEST) qui est désormais reconnue, et c’est une bonne chose.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des personnalités"

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des person...

La crise va impacter durablement chacune des fonctions de l’entreprise. Florent Chapus et Guillemette Payen, associés du cabinet EIM, leader européen...

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

À la fois think tank et do tank, le Club XXIe siècle promeut depuis sa création en 2004 une vision positive de la diversité et de l’égalité des chance...

Intéressement, participation : le partage en question

Intéressement, participation : le partage en question

Souhaité par le gouvernement de Jean Castex, le débat autour de l’intéressement et de la participation dépasse la question de la seule redistribution....

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

La contraction du marché de l’emploi va résoudre la problématique attractivité et fidélisation des jeunes diplômés dans les entreprises. À plus long t...

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comités de direction"

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comit...

En tant qu’Associé de l’agence de management de transition Maestrium, Philippe Berton côtoie autant de situations de crise que d’enjeux de croissance...

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

Les risques psychosociaux et les maux liés à des conditions de travail bouleversées constituent peut-être la troisième ou quatrième vague dont personn...

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouv...

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

La jeune Première ministre de Nouvelle-Zélande s’est imposée sur la scène internationale et médiatique grâce à un leadership alliant charisme et simpl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message