P.Courbebaisse (FFP) : "Les entreprises ne se sentent pas accompagnées dans la mise en place de la réforme"

Promulguée le 5 septembre dernier par le Président de la République, la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel transforme en profondeur le domaine de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Pierre Courbebaisse, président de la Fédération de la Formation Professionnelle et son équipe, aident l’ensemble des acteurs du secteur, au décryptage et à la mise en œuvre de cette réforme.

Promulguée le 5 septembre dernier par le Président de la République, la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel transforme en profondeur le domaine de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Pierre Courbebaisse, président de la Fédération de la Formation Professionnelle et son équipe, aident l’ensemble des acteurs du secteur, au décryptage et à la mise en œuvre de cette réforme.

Décideurs. Que pensez-vous du compte personnel de formation (CPF) ?

Pierre Courbebaisse. C’est la première fois qu’un dispositif de formation avec un accès direct, sans intermédiaire, est créé. Il responsabilise l’individu et lui laisse une plus grande liberté dans le choix de sa formation. À mes yeux, il présente toutefois une contrainte : le CPF est mobilisable uniquement sur une formation certifiante. Or, l’entreprise cherche parfois à renforcer les compétences de ses collaborateurs et pas systématiquement à les certifier. À la FFP, nous pensons que le CPF devrait être utilisable pour les formations qualifiantes pas uniquement certifiantes, et plus particulièrement dans le cas où l’employeur abonde le CPF de son salarié. Cette réflexion devra être relancée dans les années à venir.

La monétisation du CPF est-elle une bonne chose ?

Nous l’avons soutenue. Elle apporte plus de lisibilité pour les bénéficiaires et permet de tenir compte de l’innovation dans les modalités pédagogiques qui est décorrélée de la notion d’heure de formation. Cependant, nous sommes très vigilants dans la période de transition actuelle aux dysfonctionnements dans les prises en charge par les différents financeurs. Certains n’ont pas encore entièrement intégré le passage à la monétisation dans leur système ce qui freine la mobilisation de certains dispositifs d’accès à la formation.

Au-delà du renforcement de l’accès individuel à la formation qui est quelque chose de positif, nous nous préoccupons de l’accès pour les entreprises aux dispositifs de développement des compétences. En réalité, les organisations se demandent si elles ont toutes les informations sur la réforme, elles ne se sentent pas préparées, ni accompagnées. Par exemple, une toute petite minorité sait qu’elle peut proposer de l’apprentissage. Un autre point qui inquiète les entreprises concerne la mutualisation des contributions qui est désormais réservée aux entreprises de moins de 50 salariés. Autrement dit, les entreprises de plus de 50 salariés ne pourront plus financer leur plan de développement des compétences sur les fonds mutualisés. Il aurait fallu a minima relever le seuil de mutualisation aux entreprises de 250 salariés. Ces entreprises ne sont pas forcément dotées de services RH et formation et ont aussi besoin d’un accompagnement à l’investissement dans la formation de leurs collaborateurs.

Où en sont les Opca dans leur transformation en Opco ?

C’est un peu prématuré pour le savoir… Une certaine inquiétude est tout de même visible. Les Opca sont préoccupés par leur réorganisation interne et leur fusion en Opco. Pourtant il ne faut pas que cela se fasse au détriment du bon fonctionnement des prises en charge des dispositifs d’accès à la formation qu’ils gèrent en 2019. Le risque de provoquer un « trou d’air » dans l’activité du secteur est important et se dessine déjà. À terme, les Opco seront recentrés sur les petites entreprises et l’alternance, ainsi que sur la gestion prévisionnelle des emplois et c’est extrêmement positif. Il reste que la temporalité n’est pas facile car regrouper les branches, travailler en filières, monter des GPEC ensemble, demande du temps.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

F. Bénichoux (Better Human) : "Il est impératif aujourd’hui de chiffrer le bilan humain d’une entreprise"

F. Bénichoux (Better Human) : "Il est impératif aujourd’hui de chiffrer le bilan humain d’une entrep...

Quantifier la gestion du capital humain, nouvel impératif pour les entreprises ou douce folie ? Dans le cadre de la RSE le constat est là : il est plu...

Lusis Avocats, cabinet spécialisé en droit du travail,  annonce l’association de Gaïa Sanchez

Lusis Avocats, cabinet spécialisé en droit du travail, annonce l’association de Gaïa Sanchez

A l’heure de son 10ème anniversaire, le cabinet nomme Gaïa Sanchez en qualité d’associée.

La tech se toque des politiques

La tech se toque des politiques

Anciens ministres et hauts fonctionnaires sont dans le viseur des grands groupes de la tech qui recrutent de plus en plus ce type de profil. Un mariag...

Coralie Rachet, managing director du cabinet Robert Walters en France, est nommée à la tête de Walters People France

Coralie Rachet, managing director du cabinet Robert Walters en France, est nommée à la tête de Walte...

Le Groupe Robert Walters a annoncé la nomination de Coralie Rachet en tant que Managing Director France de Robert Walters et Walters People en France.

Double nomination en droit social au sein du bureau toulousain de Vaughan Avocats

Double nomination en droit social au sein du bureau toulousain de Vaughan Avocats

Avec la cooptation de Laure Dubet et de Pauline Carrillo, le cabinet entend proposer une offre complète aux entreprises françaises et internationales.

Sandrine Wetter (Teleperformance)  "Digitaliser sans perdre les relations humaines”

Sandrine Wetter (Teleperformance)  "Digitaliser sans perdre les relations humaines”

Tout juste reconnu comme l'un des 25 meilleurs employeurs dans le monde en 2021 par Fortune et Great Place to Work®, Teleperformance est le leader mon...

Droit social : Seban & Associés coopte un associé

Droit social : Seban & Associés coopte un associé

Arrivé en septembre 2020 chez Seban & Associés en tant que directeur du pôle droit social, Benoît Roseiro est désormais membre de l’association du...

Quel avenir pour le management de transition ?

Quel avenir pour le management de transition ?

Louis Dupont est la concrétisation d’expertises et de valeurs communes sur la manière d’aborder les missions de management de transition. La vocation...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte