P.Courbebaisse (FFP) : "Les entreprises ne se sentent pas accompagnées dans la mise en place de la réforme"

Promulguée le 5 septembre dernier par le Président de la République, la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel transforme en profondeur le domaine de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Pierre Courbebaisse, président de la Fédération de la Formation Professionnelle et son équipe, aident l’ensemble des acteurs du secteur, au décryptage et à la mise en œuvre de cette réforme.

Promulguée le 5 septembre dernier par le Président de la République, la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel transforme en profondeur le domaine de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Pierre Courbebaisse, président de la Fédération de la Formation Professionnelle et son équipe, aident l’ensemble des acteurs du secteur, au décryptage et à la mise en œuvre de cette réforme.

Décideurs. Que pensez-vous du compte personnel de formation (CPF) ?

Pierre Courbebaisse. C’est la première fois qu’un dispositif de formation avec un accès direct, sans intermédiaire, est créé. Il responsabilise l’individu et lui laisse une plus grande liberté dans le choix de sa formation. À mes yeux, il présente toutefois une contrainte : le CPF est mobilisable uniquement sur une formation certifiante. Or, l’entreprise cherche parfois à renforcer les compétences de ses collaborateurs et pas systématiquement à les certifier. À la FFP, nous pensons que le CPF devrait être utilisable pour les formations qualifiantes pas uniquement certifiantes, et plus particulièrement dans le cas où l’employeur abonde le CPF de son salarié. Cette réflexion devra être relancée dans les années à venir.

La monétisation du CPF est-elle une bonne chose ?

Nous l’avons soutenue. Elle apporte plus de lisibilité pour les bénéficiaires et permet de tenir compte de l’innovation dans les modalités pédagogiques qui est décorrélée de la notion d’heure de formation. Cependant, nous sommes très vigilants dans la période de transition actuelle aux dysfonctionnements dans les prises en charge par les différents financeurs. Certains n’ont pas encore entièrement intégré le passage à la monétisation dans leur système ce qui freine la mobilisation de certains dispositifs d’accès à la formation.

Au-delà du renforcement de l’accès individuel à la formation qui est quelque chose de positif, nous nous préoccupons de l’accès pour les entreprises aux dispositifs de développement des compétences. En réalité, les organisations se demandent si elles ont toutes les informations sur la réforme, elles ne se sentent pas préparées, ni accompagnées. Par exemple, une toute petite minorité sait qu’elle peut proposer de l’apprentissage. Un autre point qui inquiète les entreprises concerne la mutualisation des contributions qui est désormais réservée aux entreprises de moins de 50 salariés. Autrement dit, les entreprises de plus de 50 salariés ne pourront plus financer leur plan de développement des compétences sur les fonds mutualisés. Il aurait fallu a minima relever le seuil de mutualisation aux entreprises de 250 salariés. Ces entreprises ne sont pas forcément dotées de services RH et formation et ont aussi besoin d’un accompagnement à l’investissement dans la formation de leurs collaborateurs.

Où en sont les Opca dans leur transformation en Opco ?

C’est un peu prématuré pour le savoir… Une certaine inquiétude est tout de même visible. Les Opca sont préoccupés par leur réorganisation interne et leur fusion en Opco. Pourtant il ne faut pas que cela se fasse au détriment du bon fonctionnement des prises en charge des dispositifs d’accès à la formation qu’ils gèrent en 2019. Le risque de provoquer un « trou d’air » dans l’activité du secteur est important et se dessine déjà. À terme, les Opco seront recentrés sur les petites entreprises et l’alternance, ainsi que sur la gestion prévisionnelle des emplois et c’est extrêmement positif. Il reste que la temporalité n’est pas facile car regrouper les branches, travailler en filières, monter des GPEC ensemble, demande du temps.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Le contenu de la réforme des retraites que le gouvernement dévoilera mercredi portera sans doute la marque de son architecte, Jean-Paul Delevoye. Cet...

J.C. Benzo (Groupama) : "Le PER arrive à point nommé dans un contexte de réforme des retraites"

J.C. Benzo (Groupama) : "Le PER arrive à point nommé dans un contexte de réforme des retraites"

Jean-Christophe Benzo, qui dirige Groupama Épargne Salariale, évoque l’un des dispositifs mis en place par la loi Pacte, le PER. Il revient sur la néc...

S. Honoré Hatton (Mastercard France) : "Je crois à la vertu de l’exemple"

S. Honoré Hatton (Mastercard France) : "Je crois à la vertu de l’exemple"

Directrice générale de la filiale française d’un groupe mondial, Solveig Honoré Hatton évoque la question de l’égalité entre hommes et femmes et celle...

B.Tiers (e-SNCF) : "Devenir data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF"

B.Tiers (e-SNCF) : "Devenir data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF"

Benoît Tiers, directeur général d’e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour mi...

C. Castanet (AMF) : "L’épargne salariale est avant tout une épargne populaire"

C. Castanet (AMF) : "L’épargne salariale est avant tout une épargne populaire"

Avec encours total de 130 milliards d’euros et un nombre de contrats légèrement supérieur à 10,5 millions, l’épargne salariale a encore une marge de p...

B.Sobry-Chognot (Groupe Shell) : "L’intéressement responsabilise les salariés"

B.Sobry-Chognot (Groupe Shell) : "L’intéressement responsabilise les salariés"

Accroître l’engagement des collaborateurs et construire une politique sociale active notamment en matière d’employabilité durable, telle est la missio...

Chateauform':"La formation ? Là est notre ADN"

Chateauform':"La formation ? Là est notre ADN"

Avec 75 maisons et plus de 3 000 entreprises clientes, Chateauform’ s’est imposé comme un incontournable du secteur de la formation. Directrice des op...

C. Levasseur (SFR Altice) : "Notre marque employeur devient un atout"

C. Levasseur (SFR Altice) : "Notre marque employeur devient un atout"

Après un important plan de transformation engagé en 2017, Altice s'efforce de prendre soin de sa marque employeur pour attirer de nouveaux talents. Re...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message