P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le projet va dans le bon sens. Même si elle reste vigilante.

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le projet va dans le bon sens. Même si elle reste vigilante.

Décideurs Magazine. Était-il nécessaire de toucher à notre modèle de retraite ?

Pascale Coton. Oui. Le système actuel est illisible. Une majorité écrasante des futurs retraités n’y comprend plus rien. Ils doivent parfois s’adresser à plusieurs régimes différents et ne savent pas exactement quel sera le montant de leur pension. Si le projet de loi est conforme aux négociations que nous menons actuellement, les salariés connaîtront précisément leur retraite, ce qui est gage de sécurité et de transparence.

Vous considérez que, sur le papier, le projet est social. Quelles sont les grandes avancées ?

Pour le moment, il y a une vraie prise en compte de la situation des femmes. Le congé maternité sera considéré comme du temps de travail et les salariés amenés à partir en retraite anticipée pour s’occuper d’un proche bénéficieront d’un nombre de points lors de leur départ à la retraite. Un effort est également fait en faveur des petits salaires, notamment les travailleurs au Smic qui devraient voir leur retraite atteindre le seuil des 1 000 euros, ce qui est loin d’être le cas actuellement. La CFTC se félicite également de la reconnaissance de la pénibilité dans la fonction publique. Bien entendu, nous veillerons à ce que ces avancées se matérialisent au moment du vote du texte.

Quels sont les principaux points qui vous préoccupent dans cette réforme ?

Ramener à 64 ans l’âge qui permet de partir à taux plein au lieu de 67 nous va très bien. Par contre, pénaliser ceux souhaitant partir à 62 ans, même ceux ayant tous leurs trimestres ne nous convient pas. Il faut les inciter à partir plus tard en leur octroyant un bonus et non un malus. Nous espérons convaincre le haut-commissaire de changer les choses.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Quel est le point commun entre Emmanuel Macron, Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou Joe Biden ? Tous utilisent une puissante technique de manipulation de...

LGBT, un vote convoité

LGBT, un vote convoité

Une gauche qui reste dominante mais déclinante, une droite classique à la peine. Et une extrême droite en pleine ascension qui surfe sur les agression...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Ces deux défenseurs de la liberté d’expression succèdent au programme alimentaire mondial (PAM). Un sacre qui déjoue les pronostics.

Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Le presque candidat se rêve en représentant de la jeunesse et des catégories populaires. Pour le moment, son électorat est plutôt âgé, masculin et ais...

Sondage. Qui vote quoi à la présidentielle ?

Sondage. Qui vote quoi à la présidentielle ?

Un président qui dispose d’un socle solide, une gauche moribonde et divisée, une droite qui ne parle plus qu’aux personnes âgées, un RN en perte de vi...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

C. Cartau (CHU Nantes) : "En matière de cybersécurité, il y a beaucoup de choses à faire avant de dépenser de l'argent"

C. Cartau (CHU Nantes) : "En matière de cybersécurité, il y a beaucoup de choses à faire avant de dé...

Ingénieur de formation, Cédric Cartau a exercé dans le privé avant d'entrer au CHU de Reims en 1999 comme ingénieur spécialiste système et sécurité. N...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte