P-C Fumoleau (Abbvie France) : "La dépendance sanitaire n'est pas qu'une question de production"

Pierre-Claude Fumoleau, président d'Abbvie France et de l'Agipharm, décrit les effets de l'intégration d'Allergan, qui propulse le groupe à la 4e place de l’industrie pharmaceutique mondiale. Une opportunité pour la filiale du groupe, lequel se dote ainsi de son premier site de production dans l'Hexagone.

Pierre-Claude Fumoleau, président d'Abbvie France et de l'Agipharm, décrit les effets de l'intégration d'Allergan, qui propulse le groupe à la 4e place de l’industrie pharmaceutique mondiale. Une opportunité pour la filiale du groupe, lequel se dote ainsi de son premier site de production dans l'Hexagone.

Décideurs. Cette opération met-elle fin au mouvement de spécialisation engagé lors de la scission d'Abbvie ?

Pierre-Claude Fumoleau. Je ne dirais pas que cela ouvre ou ferme un mouvement. L’acquisition d’Allergan est une étape supplémentaire dans le développement stratégique d'Abbvie, qui a d’abord fait le choix en 2013 de la spécialisation dans l’innovation, avec un développement organique très fort sur nos quatre aires thérapeutiques clés : l’immunologie, l’oncologie, les neurosciences et la virologie.
Mais l'innovation est particulièrement exigeante en capital et en investissements. L’étape suivante était logiquement de renforcer nos capacités pour poursuivre nos efforts en R&D. L'acquisition d'Allergan permet donc la mise en commun d'importantes capacités financières pour accélérer notre portefeuille de médicaments et d'innovation. L'opération marque aussi une diversification de nos activités. L’ophtalmologie et la médecine esthétique, qui sont les grandes forces d'Allergan, nous permettent désormais d'être leader sur six aires thérapeutiques et de conserver ainsi notre ADN.

Quels sont les défis et les opportunités d'une telle opération en France ?

C’est une opération importante, annoncée par le CEO du groupe en juillet 2019, et bouclée le 8 mai 2020, à distance, ce qui est aussi un concept particulier. Les défis sont nombreux, mais c'est d'abord une belle opportunité. Nous intégrons une entreprise qui a des valeurs très proches des nôtres, une culture américaine de l’innovation, et qui nous apporte une vraie complémentarité d'activité. Et, sans incidence sociale en France ; ce qui est suffisamment rare pour le signifier. Ensuite, en plus d'accélérer nos investissements en recherche clinique au niveau mondial, cette opération nous donne, en France, une nouvelle empreinte industrielle, avec le centre d’excellence d’Allergan près d’Annecy, un véritable fleuron industriel ainsi qu’en recherche & développement. D’un point de vue institutionnel également, il y a clairement un intérêt, autant sur nos solutions thérapeutiques que sur les enjeux économiques d'Abbvie en France.

"L'innovation est particulièrement exigeante en capital et en investissement. Avec cette intégration, nous renforçons nos capacités pour poursuivre nos efforts en R&D"

Concernant les soignants et les patients, nous avons évidemment l'obligation de communiquer pour expliquer ces changements. Au final, pour eux, l'important n'est pas de bénéficier du 4e ou 15e groupe mondial mais d’un laboratoire leader dans ses aires thérapeutiques, qui soit proche et qui apporte des solutions qui font la différence. C'est ce que nous offrons aujourd'hui. D’un autre côté, les autorités se sont rapidement intéressées aux enjeux locaux, notamment sur le site de production d'Annecy.

Comment avez-vous vécu la crise sanitaire ?

D'abord, si la pandémie a révélé une chose, c’est l’exemplarité de l'industrie pharmaceutique, et d'Abbvie en particulier. Nous n'avons pas souvent été cités comme des acteurs de première ou deuxième ligne, pourtant nous n'avons fermé aucun site pendant le confinement. Nos plans de continuité nous ont permis de maintenir les équipes de pharmacovigilance, d’information médicale, de suivi des commandes hospitalières et notre force de distribution. Nous n'avons pas chômé. Malgré des tensions sur l'approvisionnement, aucun de nos médicaments ne s'est trouvé en rupture.

"Il ne faut pas confondre indépendance sanitaire et politique industrielle"

Ensuite, il y aura clairement un avant et un après Covid-19. C'est une période difficile, en même temps passionnante sur le plan professionnel comme sur le plan humain. Cependant, il y a une réalité : la solution à l'épidémie passera par le médicament ou le vaccin. Cela remet en perspective la place de l’industrie du médicament dans les politiques de santé. Bien sûr, les soignants et les hôpitaux ont été les plus visibles au plus haut de l'épidémie. Mais en réalité, c'est d'un partenariat global entre les industries du médicament, les pouvoirs publics et les acteurs de santé dont nous avons besoin pour renverser l'épidémie.

La souveraineté pharmaceutique est au cœur des débats. La France peut-elle aujourd'hui redevenir un État clé de la production de médicaments ?

Abbvie produit un antiviral, qui a été identifié comme une piste de recherche contre la Covid-19. Nous avons été convoqués à l’Élysée dès le 5 mars, dans le cadre d’une politique très volontariste de mise en place des essais cliniques en France. Un appel auquel nous avons répondu. Compte tenu des enjeux de santé publique, la demande a explosé. Quelque 500 patients en France prennent habituellement ce médicament. Pour les essais et pour les prises en charge hospitalières des patients infectés, il a fallu multiplier nos stocks par dix en quelques jours ! Nous avons pu le faire, en allant chercher le produit, qui est fabriqué en Europe pour le rapatrier ici, et prioriser la France. Je n’aurais jamais pu le faire sur la base d’un simple outil de production locale. En revanche, avec une filière européenne vertueuse, d’excellence, et un système de distribution optimisé, cette demande inédite a pu être couverte. Il ne faut donc pas confondre indépendance sanitaire et politique industrielle. Il nous faut de l’agilité sanitaire et elle n’est pas seulement une question de production. Elle passe aussi par des capacités académiques, des partenariats public/privé, avec des acteurs comme le BARDA (Biomedical Advanced Research and Development Authority) américain, qui soutiennent les travaux innovants. C’est ce qui doit être privilégié, en évitant à tout prix un repli nationaliste.

Fabien Nizon

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fusions & acquisitions 2020-2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Fusions & acquisitions 2020-2021
Sommaire
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte