Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation »

Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation »

© DR

Les nouvelles réglementations concernant les CGP et les assureurs font apparaître de nouveaux enjeux dans le secteur de la gestion privée. Olivier Roumélian, avocat associé du cabinet Artésia livre son expertise sur les évolutions de l’environnement réglementaire.

Décideurs. Comment appréhendez-vous l’environnement réglementaire dans lequel évoluent les acteurs de la gestion d’actifs et de la gestion privée ?

Olivier Roumélian. Le volume des textes ne cesse d’augmenter. Les législateurs appréhendent l’environnement à destination du client final. Cette logique est suivie aussi bien par les législateurs nationaux qu’européens. En pratique, cela se traduit par des contraintes supplémentaires, par un nombre croissant d’exigences procédurales. Le marché est encadré par des législations européennes, cependant les transpositions peuvent être différentes d’un État à l’autre. En l’absence de flux transfrontaliers, les divergences de transpositions ne sont pas source de difficultés. En revanche, en cas d’exercice de la profession en libre prestation de services, il est possible d’avoir des différences d’appréhension des notions. Ces réglementations ne sont pas totalement inconnues pour le législateur français. Dans le cadre de la DDA, la France a transposé la directive à l’identique, mais d’autres pays peuvent connaître des retards de transposition. À la différence du règlement qui est applicable de plein droit, la directive laisse la possibilité aux États d’aménager la transposition du texte.

En conséquence, quelles problématiques nouvelles pourraient se présenter dans les mois et années à venir ?

La profession des CGP devra connaitre une évolution dans son organisation. Afin de pouvoir être suffisamment équipés pour appréhender les marchés, des rapprochements auront probablement lieu. Sur le terrain du contentieux, n’oublions pas que la spécificité du marché français, principalement sur l’assurance vie, reposait sur la faculté de renonciation prorogée. Cela permettait très souvent au client d’obtenir gain de cause en cas de perte. Le contentieux a évolué. Du fait que cette faculté de renonciation ne soit quasiment plus applicable, le client peut rechercher la responsabilité des CGP ou des assureurs à travers leur obligation d’information et le devoir de conseil et de mise en garde. L’une des conséquences du poids des nouvelles contraintes pourrait être qu’en cas de perte ou de manque à gagner, le client pourrait être tenté d’engager la responsabilité des professionnels et particulièrement celle des intermédiaires d’assurance. Les acteurs seront donc contraints à un effort pour adapter leur pratique conformément aux exigences légales et fournir un service adapté. Contrairement à d’autres matières, il n’existe pas de texte pour accompagner la mise en œuvre de ces nouvelles exigences. Par exemple, l’ACPR, agissant en qualité de superviseur, est à l’origine d’interprétations, mais en aucun cas de textes impératifs.

Vous êtes un spécialiste de l’assurance vie. Selon vous, ce produit est-il toujours aussi attractif ?

Les actifs sous gestion progressent, il n’y a donc pas d’effet négatif direct des réformes. Mais, malgré sa toute puissance, l’assurance-vie - qui représente 1700 milliards d’euros en France - n’est pas en mesure d’imposer un cadre satisfaisant. La principale ombre au tableau est le fonds euro dont les assureurs ont du mal à s’extraire et imposer les unités de compte. Paradoxalement, si des contraintes fiscales et règlementaires s’ajoutent et rendent le produit moins attractif que par le passé, la collecte continue de progresser. Cette ambivalence fait le charme du produit !

Quels impacts peut avoir le système luxembourgeois sur le marché français ?

On constate que les assureurs luxembourgeois continuent de pénétrer le marché français. Deux choix s’offrent au législateur français. Soit il admet que le Luxembourg a créé un environnement de développement de ses acteurs locaux, et l’étudie pour s’en inspirer. Cependant, le système juridique luxembourgeois est valable pour un territoire sensiblement moins peuplé que le nôtre. Une duplication à l’identique serait difficilement envisageable. Le second choix consiste à faire preuve de repli national et à considérer qu’il s’agit d’une prise de marché provenant de l’étranger. Plutôt que de créer les conditions d’un marché encore plus ouvert, on constate, comme cela est ou a pu être le cas au Portugal ou en Belgique, une tendance française au repli. Il serait pourtant judicieux de s’inspirer de ce qui fonctionne.

Propos recueillis par Tiphanie Cliche

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message