Olivier Noël (Imerys) : « La gestion fiscale doit s’effectuer en phase avec le business et l’efficacité industrielle et commerci

Imerys, leader mondial des spécialités minérales pour l’industrie, a bouclé l’acquisition de Kerneos pour un milliard d’euros. Olivier Noël, son directeur fiscal, revient sur cette opération et décrypte les grands challenges que le métier devra relever dans les années à venir.
Olivier Noël, directeur fiscal du groupe Imerys

Imerys, leader mondial des spécialités minérales pour l’industrie, a bouclé l’acquisition de Kerneos pour un milliard d’euros. Olivier Noël, son directeur fiscal, revient sur cette opération et décrypte les grands challenges que le métier devra relever dans les années à venir.

Décideurs. Quelle est la place de la direction fiscale dans l'entreprise ?

Olivier Noël. La direction fiscale est intégrée à la direction financière. Elle y occupe un rôle de fonction support, tout comme la trésorerie par exemple, mais met un point d'honneur à accompagner au plus près les « business units » dans leur day to day et leurs opérations plus exceptionnelles.  La direction fiscale est, d'autre part, le leader naturel sur toutes les questions de structuration des flux et d’organisation juridique du groupe. Aujourd’hui, elle est composée de quatre collaborateurs à Paris, de deux spécialistes implantés respectivement en Chine et au Royaume-Uni, ainsi que de deux équipes d’une dizaine de personnes chapeautées par un directeur régional au Brésil et aux États-Unis.

 

Quelles sont les dernières missions d’envergure que vous ayez traitées ?

Le groupe est très actif en matière de M&A : nous avons mené environ quatre-vingts acquisitions au cours de ces dix dernières années. La direction fiscale est donc très sollicitée sur les sujets afférents à ce type d’opération, qu’il s’agisse de définir, prévoir ou gérer les conséquences fiscales de l’achat puis d’une intégration d’une nouvelle structure. Bien entendu, le raisonnement est le même en cas de cession. Outre la gestion de notre portefeuille, la direction fiscale est partie prenante de différents projets de réorganisation destinés à favoriser l’innovation et l’efficacité opérationnelle du groupe. La réforme fiscale américaine a enfin nécessité une révision importante des flux avec ce pays.

« La rationalisation de l’organigramme du groupe est un exercice perpétuel »

Pouvez-vous détailler l’une des dernières opérations du groupe ?

Récemment, ce sont le rachat de Kerneos et la cession de notre activité toiture, deux opérations de l'ordre d'un milliard d’euros, qui nous ont occupés. Concernant Kerneos, le fait qu’il soit en situation de LBO et donc avec un niveau de dette élevé et une construction impliquant naturellement plusieurs véhicules de financement et d'acquisition, a rajouté de la technicité à l’acquisition. Nous avons donc procédé à la réorganisation de la structure financière et capitalistique de l’ensemble. À propos de l’activité toiture, il s’agissait d’une structure essentiellement française, avec une base taxable élevée en France, ce qui modifie le « country-mix » du groupe.

 

Où en est votre projet baptisé ILean visant à simplifier l’organigramme juridique du groupe ?

Lancé il y a quatre ans, ce projet est toujours en cours même si le gros du travail a été fait. Nous avons rationalisé la structuration juridique du groupe et significativement réduit le nombre de sociétés du périmètre en éliminant surtout les entités non industrielles. Pourtant, il s’agit d’un exercice perpétuel puisque, en pleine croissance, Imerys poursuit les acquisitions et trouve dans chaque nouveau groupe intégré de nombreuses entités juridiques non essentielles aux opérations .

 

Comment développer la sensibilité fiscale des opérationnels ?

Tout dépend de la typologie des opérationnels dont il est question. S’il s’agit de contrôleurs comme nous les appelons, c’est-à-dire de directeurs financiers de business units, ils disposent déjà d’une bonne connaissance des enjeux fiscaux. Nous les accompagnons au quotidien en veillant surtout à garder à l’esprit que la gestion de la charge fiscale doit s’effectuer en phase avec les business et l’efficacité industrielle et commerciale. Pour tous les autres opérationnels, nous menons des formations afin de les sensibiliser aux enjeux de la fiscalité pour le groupe. La taille humaine du groupe favorise les échanges.

« Nous avons mené environ quatre-vingts acquisitions au cours de ces dix dernières années»

Quelle part le contentieux occupe-t-il dans votre fonction ?

La part du contentieux fiscal et administratif dépend beaucoup du pays considéré. De manière générale, elle est très faible chez Imerys car les contrôles et réclamations se passent globalement bien, hormis au Brésil où les us et coutumes mènent régulièrement au contentieux.

 

À quoi ressemblera la fonction fiscale en 2030 ?


Notre métier va devoir relever plusieurs défis. Le premier est d'éviter que l’accroissement des normes et la montée des contraintes de conformité, ne mène la fonction fiscale à se réduire à une fonction de compliance et ne soit plus qu'un centre de coûts au détriment d'un accompagnement dynamique du business. La gestion de la communication sur la politique fiscale du groupe me semble par ailleurs devoir être prise de plus en plus au sérieux, tant en interne qu'en externe, ce qui ne peut être que bénéfique, obligeant le fiscaliste à sortir de son silo et de sa confidentialité. Les fiscalistes doivent enfin bien sûr ne pas rater le train de la digitalisation qui devra nous permettre de « sous-traiter » aux systèmes et robots les tâches les plus répétitives de notre métier et nous permettre de nous focaliser sur les aspects les plus valorisant de notre fonction.

Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte