Olivier Laboux : « La CPU a imaginé le PEEC2030 pour inscrire les universités dans un cercle vertueux »

Près de huit ans après le lancement de la dévolution du patrimoine immobilier aux universités, Olivier Laboux, vice-président de la Conférence des présidents d’université, dresse un premier bilan et dévoile à Décideurs ses propositions pour améliorer le processus.
©Franck Tomps pour l'Université de Nantes

Près de huit ans après le lancement de la dévolution du patrimoine immobilier aux universités, Olivier Laboux, vice-président de la Conférence des présidents d’université, dresse un premier bilan et dévoile à Décideurs ses propositions pour améliorer le processus.

Décideurs. Quel bilan tirez-vous de la première vague de dévolution ?

Olivier Laboux. Les trois établissements concernés par la première vague de dévolution ont bénéficié de conditions financières favorables. Ils se sont emparés du sujet en professionnalisant leurs équipes pour pouvoir gérer le patrimoine immobilier. Et les résultats sont au rendez-vous. A Poitiers, l’université a un impact fort sur le territoire par exemple et gère efficacement sa consommation d’énergie.

Quels sont les avantages d’une dévolution pour une université ?

L’autonomie des universités est régulièrement mise en avant. Mais la dévolution leur permet surtout d’interagir avec leur territoire. En maitrisant leur patrimoine, ces véritables « villes dans la ville » deviennent des acteurs à part entière des politiques publiques et renforcent leurs relations avec les collectivités. Enfin, la dévolution les amène à définir une stratégie immobilière de long terme.

La question de la maitrise des coûts et, par extension, des économies énergétiques a été mise en avant comme un avantage de la dévolution. Qu’en est-il ?

A Poitiers, l’université a adopté une stratégie qui lui permettra de venir un campus zéro carbone en 2030. Cela démontre qu’un établissement avec une vraie réflexion peut très bien gérer son patrimoine et apporter de la valeur.

Quels sont les principaux freins aujourd’hui à la dévolution du patrimoine ?

Les établissements qui sont concernés par la deuxième vague de dévolution ne bénéficieront pas des mêmes conditions financières que les premières. Et les universités ne peuvent pas avoir recours à l’emprunt pour accompagner leur stratégie immobilière. Enfin, les contrôles sont encore systématiques. L’Etat assiste à tous les contrôles à priori. Nous demandons plus de confiance et donc des contrôles à posteriori.

Incitez-vous vos membres à se lancer dans la dévolution ?

Nous ne les incitons pas spécifiquement à avoir recours à la dévolution. Nous conseillons à nos membres de mettre en place un schéma de développement immobilier, à professionnaliser leurs équipes et à réfléchir sur la valorisation de leur patrimoine. Cela passe par une réflexion sur le triptyque dévolution, valorisation, transition écologique et des usages.

Comment améliorer le processus de la dévolution selon vous ?

Jusqu’à présent, les universités attendaient des subventions de l’Etat, la conclusion d’un nouveau CPER, de bénéficier du plan Campus…. Nous leur proposons de sortir de ce modèle pour s’inscrire dans un cercle vertueux : le programme PEEC2030 (Programme énergétique des campus à 2030) a été conçu au sein de la CPU en associant des établissements prêts à relever le défi. Ce dernier consiste à réaliser des économies d’énergie drastiques et à revoir les usages pour améliorer, in fine, la santé financière des établissements, car les gros entretiens et réparations sont aujourd’hui une variable d’ajustement financier des établissements et cela n’est pas possible si l’on veut améliorer la qualité d’accueil sur les campus.

Un tel concept fonctionnerait avec une aide de l’Etat représentant 30 % de l’investissement total, le soutien des collectivités via le CPER à hauteur de 20 % et en autorisant les universités à emprunter. Au lieu de payer des factures énergétiques et d’assumer des coûts de maintenance, les universités investissent pour valoriser leur patrimoine et remboursent la charge financière de l’emprunt par ces économies.

Par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Dévolution de l' immobilier universitaire : un pas de plus vers l'autonomie

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, l'a récemment annoncé : l'Etat souhaite donner un coup d'accélérateur aux initiatives de dévolution du patrimoine immobilier universitaire. Avec les grands acteurs du sujet, la rédaction de Décideurs décrypte une démarche visant à permettre aux établissements de reprendre la main sur leurs actifs et ainsi à les valoriser en mettant en place de véritables stratégies de long terme.
Sommaire P. Denise (UniCaen) : "Le processus de dévolution prend du temps mais il n’est pas compliqué" M. Tunon de Lara (Université de Bordeaux) : "Nous avons individualisé une trentaine d’hectares pouvant être valorisés" Hubert Briand (Caisse des Dépôts) : « L’absence de stratégie sur l’immobilier universitaire devient problématique » Corinne Mascala (Toulouse 1 Capitole) : « En lançant des opérations immobilières, on ne sacrifie pas notre mission » Laurent Brizzi (Université de Poitiers) : « La dévolution a changé le regard sur l'université » Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale » Elodie Auda (Université Côte d’Azur) : « Même sans dévolution, nous investissons dans des projets de long terme » Guillaume Decroix (MESRI) : « Grâce à la dévolution, l'université est devenue un interlocuteur qui crée la cité » V. Roussel : "Nous offrons à l'Etat une sécurité juridique"
La veille urbaine du 31 juillet 2020

La veille urbaine du 31 juillet 2020

Tristan qui acquiert une cinquantaine de sites logistiques en France, LaSalle qui cède l’immeuble Sainte-Cécile à Paris 9e, Engie qui va se recentrer...

La veille urbaine du 30 juillet 2020

La veille urbaine du 30 juillet 2020

In’li et Axa IM – Real Assets qui créent une foncière de développement, BNP Paribas REIM qui lève le voile sur sa feuille de route RSE pour 2024, Infr...

A. Liss (DTZ Investors) : "Nous allons privilégier une stratégie de haute couture qui nous permettra de créer de la valeur"

A. Liss (DTZ Investors) : "Nous allons privilégier une stratégie de haute couture qui nous permettra...

DTZ Investors France anime régulièrement le marché de l’investissement immobilier. Alban Liss, son président, partage ses convictions au regard de la...

La biomasse sur le fil, en plein débat européen

La biomasse sur le fil, en plein débat européen

La biomasse correspond à 60 % de la consommation d’EnR en Europe, soit plus que les énergies solaire et éolienne combinées, selon Eurostat. Pourtant,...

D. Maixandeau (Groupe Maixandeau) : "Nous espérons doubler la taille de notre patrimoine d’ici trois ans"

D. Maixandeau (Groupe Maixandeau) : "Nous espérons doubler la taille de notre patrimoine d’ici trois...

Le Groupe Maixandeau s’est distingué ces dernières semaines avec l’acquisition de quatre galeries commerciales avec De Watou et la signature d’un entr...

La veille urbaine du 29 juillet 2020

La veille urbaine du 29 juillet 2020

La Française REM qui acquiert un immeuble de 20 000 m² à Malakoff, STAM Europe qui lance la JV Highlands II, France Mobilités qui fait 7 propositions...

A. Thibord (OFI Pierre) : "Nous espérons déployer notre capacité d’investissement de 100 M€ au cours des 12 prochains mois"

A. Thibord (OFI Pierre) : "Nous espérons déployer notre capacité d’investissement de 100 M€ au cours...

Trois ans après sa création, OFI Pierre entame une nouvelle phase de développement avec l’arrivée d’Aymeric Thibord à sa tête. Ce dernier livre à Déci...

La veille urbaine du 28 juillet 2020

La veille urbaine du 28 juillet 2020

Unibail-Rodamco-Westfield qui va installer son siège dans la tour Trinity, Procivis Nord en passe d’acquérir Nacarat, Nexity qui met en place un nouve...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message